Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C'est vendredi, c'est le Bordel #206

par PA Gillet 22 Mai 2014, 23:00 Le Bordel du Vendredi

... Tel le ressac incessant de... (ah non, je l'ai déjà faite celle-là), telle la roue de la baise qui inlassablement tour... (non, ça aussi), telle la valse des saisons (ah oui, c'est bien ça) qui rythme la nature chatoyante qui (bon, abrégeons), nous sommes bien vendredi. Une fois de plus. Et inutile de dire que si vous prenez soin de regarder un peu autour de vous en levant les yeux deux secondes de votre smartphone (oui, vous pouvez), vous verrez que c'est également un petit peu le bordel eud' partout comme à l'UMP où Jean-François Copé reconnaît des "interrogations" sur Bygmalion et s'en dit très choqué jusqu'à Jean-Marie Le Pen qui se rapelle à notre bon souvenir, de la Thaïlande en plein coup d'état à Isabelle Balkany (ou est-ce Roger Zabel ?) très injustement mise en garde à vue pour des soupçons totalement ridicules absolument infondés, du Mali au Brésil, de l'Ukraine à la Chine, de Cuba au Nigeria et d'Ozoir-la-Ferrière à où vous voulez, c'est un petit peu le bordel eud' partout alors ici aussi, na, avec une sélection d'images vues pendant la semaine, remisées par devers moi, triées par une escouade de Sénégalais au fond de ma cave et remisées ici bas (aye, mes lombaires) par devers vous (de l'autre côté de l'écran) et maintenant (j'arrête les parenthèses car) je laisse la place à Jacques. Jacques, les gens du blog. Les gens du blog, Jacques. Et un burger, à l'œil. C'est pour vous, c'est pour moi.

C'est vendredi, c'est le Bordel #206

M'sieurs Dames bien l'bonjour, j'me présente pas, j'm'appelle pas Henri, vous ne saurez rien de moi en dehors du fait que j'ai totalement raté ma vie. Ce qui est déjà pas mal comme renseignement vu qu'à priori, j'en ai qu'une. Par contre, toute proposition de filles nues qui voudraient se jeter sur moi pour arracher ma vertu est acceptée. Transmettez à PA qui fera suivre. Ou pas. Je vous prierai donc, pour commencer la visite guidée, de regarder avec vos yeux tourneboulés d'admiration ces deux gentils chienchiens. L'un est un canichoux (ça marche), l'autre est un canicolis (ça marche moins, mais un peu quand même). Que dire ensuite de l'arbre ? "Il est en fleur" me signale assez pertinement dans l'oreillette un des petites sénégalaises postpubères séquestrées par PA. "Certes", lui réponds-je (comme la serviette) illico presto, mais ne ferait-elle pas mieux de me remonter de la cave de PA un Krug millésimé afin de rafraichir la coupette du troisième chienchien ? Qui semble d'ailleurs être une chiennechienne. Ou alors y'a un truc qui m'a échappé dès le départ dans la vie, ce qui expliquerait alors tout le reste catastrophique que j'ai évoqué plus haut. Peu importe, cela ne nous regarde pas, comme le disait si justement Thierry Roland juste avant d'aller oublier la défaite de l'équipe de France dans un bordel avoisinant leur hôtel.

Note de PA : L'arbre est un hallucinant rhododendron de 120 ans.
Note de PA : L'arbre est un hallucinant rhododendron de 120 ans.
Note de PA : L'arbre est un hallucinant rhododendron de 120 ans.

Note de PA : L'arbre est un hallucinant rhododendron de 120 ans.

Passons maintenant dans la pièce suivante, consacrée à l'aménagement intérieur du SS Rotterdam. Le SS Rotterdam n'est pas, contrairement à ce que l'on pourrait instinctivement penser, la salle de danse où Marine le Pen va chaque année valser avec d'anciens dignitaires nazis. D'abord, c'est à Rotterdam et pas à Vienne, puis c'est un bateau. C'est cossu, je trouve. "Günther, fais péter la roteuse de Krug 85", ai-je envie de dire au serveur. Pour les horaires d'embarquement, là aussi, faut demander à PA.

C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206

Là, vu que PA ne m'a rien laissé comme indication, je vais être obligé de broder un peu. Burp (pardon, c'est le Krug). Que dire ? Tout semble avoir été pensé tout en cachant que ça a été, en fait, fortement pensé. C'est un peu ce qu'on appelle l'élégance, je trouve. Car jamais, enfin jusqu'à présent, un pin ne décide de pousser au milieu d'une terrasse. Le pin préexiste à la terrasse en pin, c'est scientifiquement prouvé. Et bien là, non. On sort de sa chambrette après une nuit remplie de filles nues qui ont arraché inlassablement votre vertu, de sabrages multiples de bouteilles de Krug, et qu'est-ce qu'on voit, hein ? Un pin qui a poussé sur la terrasse pendant la nuit, juste histoire de rendre hommage à votre virilité nocturne. La nature est bien faite, quand on y pense.

 

C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206

Là pareil, putain de Bordel du Vendredi de pompette au Krug ! Pas une indication sur les photos. Je vais donc laisser vos yeux vagabonder librement. Perso (si ça vous intéresse sinon passez au chapitre suivant je comprendrais assez), je vois des chats qui envahissent le monde (mais ça tout le monde sait que ça nous pend au nez), Yoda qui se les pèle gravement en attendant qu'un petit couillon de Padawan vienne lui demander la recette du pudding qui vole tout seul rien qu'en pensant très fort dans sa tête "vole, petit pudding, et va bouter Dark Vador hors de la galaxie", et puis la dernière, probablement le fils caché qu'a eu Chewbacca avec un panda, et qui a décidé de devenir porteur d'ombrelle. Finalement tout ça se tient, merci PA tu es en fait vachement futé.

C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206

Bon, là ça va mieux. Eugenia Loli qu'elle s'appelle. Aime-t-elle le Krug, je n'en sais rien, je vous le dirais peut-être plus tard et en fait on s'en fout. La question est : qui est Eugenia Loli ? Une jeune sénégalaise m'indique dans l'oreille (non, pas l'oreillette, mais directement dans l'oreille, car ayant décidé de délivrer ces pauvres petites, captives du désir lubrique et dominateur de l'infâme PA, elles sont maintenant à côté de moi), "C'est une artiste grecque qui vit en Californie et fait des collages". Ok. Je vais donc voir sur Google et tombe sur ça : cargocollective.com/eugenialoli/Three-Minutes-to-Nirvana. Franchement, une femme qui fait des collages et les intitule "Three minutes to Nirvana" et "Fabulous Gentlemen", comment ne pas être ému ? Je le suis mon kiki (mon kiki c’était pour faire une rime).

C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206

Là, on tape dans le lourd. Car figurez-vous qu'un voile c'est lourd. Des tonnes. Enfin pas tous et pas partout, faut le dire. La mantille, la voilette, la petite nuisette pour cacher ce qui va être forcément dévoilé la nuit de noce ou pour réveiller après quelques années de mariage le coquin priapique qui sommeille dans le mari, c'est léger. C'est un jeu. C'est permis. La Vierge à l'enfant avec son foulard cachant ses cheveux, c'est bô. Par contre, passé le détroit de Gibraltar, c'est un peu moins bien vu... Va savoir pourquoi. En attendant la réponse, je vous suggère de regarder attentivement ces photos. Avec, pour les petits garçons curieux, les mains bien en évidence au dessus de la couverture. Brossage des dents, une prière et au lit puis extinction des feux.

C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206

Bon, sinon le Nutella a cinquante ans, happy birthday, joyeuses Pâques et à l’année prochaine, et en attendant le cinquante et unième anniversaire, j’ai vraiment envie de lécher celui qui vient de tomber par inadvertance dans ma baignoire. L’huile de palme c’est comme le calcaire, c’est mauvais pour l’émail, faut agir rapidement. Le miel, c’est mieux. Parce que les abeilles sont sympas, globalement. Monsanto n’est pas d’accord avec ça, mais on dira aussi que Monsanto peut aller globalement se faire mettre à sec avec du gravier. Globalement mais assez précisément dans un endroit où la végétation n’a pas besoin d’être débroussaillée avec du RoundUp. Quoique, en y réfléchissant… Ici, l’abeille est photographiée par Sam Droege. De près. C’est un peu comme si on vous photographiait les poils du nez (ou ailleurs, voir deux lignes au dessus) de très près. Effrayant, mais en fait assez sympa. Globalement.

C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206

Place aux gifs. Où l’on découvre qu’un coup de latte raté dans la gueule peut faire rire. Par contre, un bon droite-gauche bien ajusté, ça secoue son homme.

C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206

Place aux cochoncetés, maintenant. Pas Natalia Belova, of course my beloved. Mais vous, mes frères, mes hypocrites lecteurs du moment. Oui, vous, qui faites semblant de chercher la grâce et la beauté dans les cheveux noués/dénoués de Natalia, alors que votre moi profond se demande s’il reste encore du Nutella à lécher quelque part… Vous fatiguez pas, j’ai déjà vérifié. La réponse est non. Par contre, pour les lectrices qui se demandent quelle est la marque de la poignée de porte de la salle de bain, dans la photo un peu plus bas avec le bô gars bien baraqué, je n’ai qu’une chose à dire : j’ai la même à la maison. De poignée de porte, j’entends. Mais surtout, surtout surtout surtout, je demande votre attention sur la photo précédente. Un couple, enfin ! Quoi de plus mystérieux ? Quel être étrange et merveilleux va naître de cette union ? Vous, moi ? Olivia, Marcel ? La vie est un songe, quand on y pense, et le Nutella n’y tient finalement qu’une place anecdotique.

C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206

And now, l’art. Dans l’ordre d’apparition : Marcel Duchamp "Coin de chasteté" (1954), Kevin Yu "Portrait in Green" (2013), Philip Gladstone avec son "Seabird" à quatre pattes. Doug Russel ensuite, suivi par ce bon vieux (assez vieux maintenant il faut le dire) William Turner, "Calm sea with distant grey clouds" (1840), puis Marco Sodano, à l’égo imaginatif. "Argh, que c'est beau », me dit dans l’oreillette PA, descendu momentanément à la cave payer avec des roupies de sansonnet ses petites sénégalaises. Pas de pot, elles sont remontées à la surface et nous sommes en train de regarder la prochaine rubrique, les messages à caractères informatifs, en finissant le Jéroboam de Krug….

 

C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206

Et donc, les messages à caractères informatifs, maintenant. « Et après, pour moi, c’est fini ». C’est aussi un message informatif, en quelque sorte. Ce fut très cool. Amusant. Merci PA. Un peu gênant tout de même. L’impression d’être un peu usurpateur. Mais c’est un vieux et antique sentiment en moi. Puis quand j'en aurai assez de rester une idole, je remont'rai sur scène comme dans les années folles, je f'rai pleurer mes yeux, je ferai mes adieux. Voilà, c’est fait.

C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206
C'est vendredi, c'est le Bordel #206

(retour de PA)

Et c'est tout pour aujourd'hui dans ce bordel de frère Jacques, dormez-vous? mais n'allez pas vous éclipser avant de tous les remercier (les Sénégalais, les Sénégalaises et Jacques entre) par un partage en bonne et due forme de ce bordel par le biais des indispensables Facebook, Twitter (avec le hashthag #BordelDuVendredi), Linkedin, Google+ et même Pinterest. Vous pouvez aussi plier ce bordel pour l'envoyer sous pli discret mais c'est pas évident. Vous pouvez aussi vous abonner tout en haut de ce blog, vous pouvez faire tout ça et même un risotto aux aperges aussi si ça vous dit, si et seulement si vous avez apprécié ce bordel. Dans le cas contraire, je vous donnerai l'adresse de Jacques pour lui envoyer des colis piégés. Sur ce, bon vendredi, bon week-end et à la semaine prochaine.

C'est vendredi, c'est le Bordel #206

Pour retrouver tous les bordels du Vendredi soit approximativement 205 exemplaires de plus que celui-ci, c'est par là : Le Bordel du Vendredi. Et au niveau des articles de la semaine, ben y'en a pas eu à part dimanche dernier avec petits-ponts-et-contre-pieds car j'avais pas envie, grosse flemme et puis je crois que je fais un peu ce que je veux ici car c'est mon blog sauf quand je le laisse à Jacques mais après, je le reprends. Merci Jacques, t'es un champion. Un vrai Jacques As.

commentaires

Coline 23/05/2014 09:24

Désolée, juste un truc qui me gêne..."C’est un peu comme si on vous photographiait....." et non "on vous photographiez".... Une tit'coquille quoi ! A part çà, suis toujours fan !

Vouni 23/05/2014 10:32

Sinon
On voit souvent « çà » écrit pour « ça » (« c’est comme çà » pour « c’est comme ça »), or « çà » ne se rencontre guère que dans la locution figée « çà et là ».
Règle (comment ne plus commettre cette erreur)
Vous pouvez remplacer ce mot par « cela » ? C’est alors le pronom démonstratif « ça », qui ne prend jamais d’accent.
Ça reste à prouver. = Cela reste à prouver.
L’accent grave, lui, ne se rencontre quasiment que dans « çà et là ».
Dans les autres cas, il s’agit de l’adjectif possessif « sa », lequel n’est jamais suivi d’un signe de ponctuation.

PA Gillet 23/05/2014 09:58

Réparé (et j'ai fouetté Jacques).

Haut de page