Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C'est vendredi, c'est le Bordel #224

par PA Gillet 31 Octobre 2014, 00:00 Le Bordel du Vendredi

... Oui, doux à vait, je vous le convirbe, dous sommes bien vendredi et z'est de zous la couette douillette de bon lit gue je vous écris, vièvreux, dremblodant, derrazzé par un inzidieux rhube garabidé rabedé de la Vedise du Dorn. Pfrrrrrrrrt. Exguzez-boi. Rassurez-vous, zi je zuis radioactiv à zent mètres, le Bordel, lui d'est bas condagieux. Vous bouvez y aller et y embeder tous vos abis, bas de soucis. Pfrrrrrrrrt. Exguzez-boi. C'est dong vendredi et azzurébent, c'est le bordel eud' partout dans le bonde, pfrrrrrrt, excusez-boi encore, et ce du Burgina Vasso à la Dudisie, du Bali à la Ruzzie, du Bexique à la Zyrie alors il y a peu de, pfrrrrt, excusez-moi, ah ça va mieux, il y a peu de chances donc que ce ne soit pas un peu le bordel ici aussi, dans son palais avec pour commencer un tout petit livre. Petit oui mais avec de très grands événements dedans comme l'origine de la vie, la domestication du feu et de l'agriculture mais étonnamment, rien sur la naissance de Nadine Morano le 6 novembre 63. Un oubli probablement.

C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224

Découvrons ensemble cette splendide lyre du XIXe en crâne véritablement humain (et les cordes en boyaux itou), un service tout à fait Dalien puisque c'est Salvador qui l'a crée lui-même personnellement et un sac pratique pour faire du shopping dans la boue (si vous aimez Delpech) ou dans la gadoue (si vous êtes plus Birkin).

C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224

Inception, deux ceptions, trois ceptions, voilà Duane Michals avec la série "Things are queer" de 1973 car c'est un peu chez moi izi et je vais ce gue je beux, pfffrrrrrrt, excusez-moi.

C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224

Poursuivons avec un stylo à manier avec un peu de doigté, un intérieur de voiture pour petits et grands et une révélation de plus de la preuve du génie humain : le couteau à faire des zigouigouis de beurre. Qui n'en a jamais rêvé ? Allez, bande de petits cachottier(e)s.

C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224

Allez, quelques figurines ou peut-être sont-ce seulement des personnages en 3D, je n'ai pas eu le temps de vérifier alors faites-en ce que vous voulez, dans la limite de la bienséance si possible.

C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224

Passons ensuite à l'humour grinçant et le talent plus que naissant de Johan Cornella qui a bien fait de se séparer de Pirlouit qui le freinait de trop dans la pleine mesure de sa créativité artistique, graphiquement parlant.

C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224

Profitez aussi de ce passage au bordel pour découvrir la sublime série "Ecce Homo" par Evelyn Bencicova (sa page Behance ici behance.net/gallery/ECCE-HOMO) avant que des catholiques fondamentalistes ne tentent de la faire interdire en n'ayant pas bien compris le titre avec leurs esprits tordus par le poids de leur propres péchés inavoués à monsieur le curé qu'est pas blanc-blanc non plus.

C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224

Et puis si ça ne vous plaît pas (il se peut que quelques catholiques fondamentalistes s'essayent sur ces pages bordéliques), voyez avec le monsieur ci-dessous.

C'est vendredi, c'est le Bordel #224

Ajoutons un sound machine avec dynamic bass boost, double woofer et bien 1h d'autonomie avec 18 piles 4,5 volts, une séance de joysticks en l'air et pour la suite de ce bordel, merci d'emprunter la route et la merveille verte sise dessus ci-dessous.

C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224

3Que me reste-t-il ? Christopher Walken avant même qu'il ne s'appelle Christopher, une villa de toute beauté à Tirunamavalai, Inde et n'oubliez pas que si parfois les murs ont des oreilles, rien ne les empêche d'avoir parfois aussi une bouche. Et jolie en sus.

C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224

Bon, allez, un gif mais un gif de secours car j'ai totalement oublié de gifer cette semaine et du coup, je vous rajoute un macaque, un cacatoès et un peu de cœur. Pourtant, Rodrigue est en vacances à l'île lui-même.

C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224

Au niveau du point de vue de la donzelle, ben y'en a. Alors je vous les mets, enfin façon de parler avec une Caroline Munro, un inconnue pas ingénue et puis plein de Samantha Fox avec des amis variés que je vous laisse découvrir eud' par ici. Petit piège, un des amis est une moto. Ce n'est donc pas un ami car tout le monde sait qu'une moto, c'est féminin.

C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224

Non monsieur, ça suffit les cochonneries maintenant. Ça va bien.

C'est vendredi, c'est le Bordel #224

Whoohoo, Clarkie, on se calme, bronco, tout doux. Laisse Jane tranquille. Toi pas Tarzan slip panthère ohiooohihooo mari Cheetah. Bon sang, faut tout leur expliquer dans le bordel.

C'est vendredi, c'est le Bordel #224

Au niveau des damoiseaux, nous avons aussi alors nous mettons aussi et toujours façon de parler, faut pas déconner. Avec Ronald Colman, une poutre apparente apparemment, un roi de cœur à la langue bien pendue, un bellâtre gaulé un peu comme moi sans fausse modestie malgré le pâté et un Bowie furieux, euh non, Furyo. Ryuchi, c'est à toi.

C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224

Au niveau de l'art de cette semaine, nous avons à votre disposition au wagon-bar situé dans la voiture 17 un Albert Edelfelt avec quelques lys, un Amédée Ozenfant avec quelques bouteilles et une guitare et un peu de Choi Xoo Ang. Comment ? Qu'ouis-je ? Que dalle.

C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224

Mais également une céramique assez fantastique de Francis Lambe, "Letter rain" de 1959 de Gwyther Irwin, deux bureaux en bois avec du nœud, du vrai, du beau d'Henrique Oliveira et un cube de feuilles de Richard Shilling (trouvé sur Flickr).

 

C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224

J'en vois quelques uns au fond de la salle près du radiateur qui s'impatient. Oui, cher(e)s ami(e)s, cher(e)s connaissances, cher(e)s inconnu(e)s, voici l'heure des célèbres Bessages, pfrrrt, excusez-moi, Messages à Caractères Informatifs que vous me pillez chaque semaine; c'est un peu fait pour ça mais n'omettez pas de temps en temps de citer Après La Pub et le Bordel du Vendredi, c'est pas obligé mais ce serait gentil, tel Pascal, pas Blaise, l'autre avec le kimono que faut pas trop le faire chier sinon mawashi-geri dans ta face.

C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224
C'est vendredi, c'est le Bordel #224

Et c'est tout pour aujourd'hui mais n'oubliez pas de remercier le tenancier du Bordel grâce aux gros boutons ronds ci-dessous pour facebooker, twitter, google+er, pinterester et linkediner à fond la caisse ce bordel 224e du nom. Mais ne faites ceci que si et seulement si vous avez apprécié ce bordel, sinon, laissez tomber. Une autre fois, peut-être. Vous pouvez aussi vous offrir ce bordel pour une somme ridicule à déterminer vous-même sur leetchi/bordel-du-vendredi mais là non plus, c'est pas obligé même si ça fait plaisir. Sur ce, bon vendredi, bon week-end et à la semaine prochaine.

C'est vendredi, c'est le Bordel #224

Si vous avez loupé les articles de la semaine sur Après La Pub, abonnez-vous merde ! ça fait 224 fois que je vous le dis mais sinon, il y eut l'origine du style de Robert Crumb sur ca-vient-de-la-ca-vient-du-blues et un artiste tout feu, tout flamme sur capitaine-flamme et puis aussi des lépidoptères de caractère sur yummy-yumi et par contre ici, il n'y a rien de rien car c'est fini, basta, on ferme, it's a wrap, rideau.

commentaires

fred 01/11/2014 11:48

Aaaahhhh aussi
merci pour cette jolie mise en abyme de la petite salle de bain

D. 31/10/2014 09:50

Une inconnue ingénue ? C'est ça, ouais… ;)

PA Gillet 31/10/2014 18:39

Comme elle m'est (malheureusement) inconnue, je ne peux que croire qu'elle est ingénue.

pierre bocquillon 31/10/2014 08:54

Haaaaaaaatchiiiiiiiii!

PA Gillet 31/10/2014 18:40

Berci beaugoup.

Valérie 31/10/2014 06:08

Du beau, du bon, du bordel.
Merci et encore bravo.

PA Gillet 31/10/2014 18:40

Berci bien.

Haut de page