Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C'est vendredi, c'est le Bordel #240

par PA Gillet 6 Mars 2015, 00:00 Le Bordel du Vendredi

... Rogntudjiou comme disait M. de Mesmaeker (Aimé de son p'tit nom), nous sommes encore vendredi. C'est pas possible comme ces petites bêtes se reproduisent vite. Pas le temps de se retourner et voilà, encore un matin, un matin pour r... ah non, encore un vendredi qui ne nous ôtera pas de l'esprit que c'est quand même un joyeux bordel partout de par le monde. Non, nul besoin de litanie d'horreurs cette semaine, trop peu n'en faut, faisons un break. Concentrons-nous sur un bordel plus joyeux, celui qui vous attend sur ces pages avec des images glanées ça et là cette semaine, remisées par devers moi et reversées ici dans un ordre pas tout à fait aléatoire non plus pour arriver à en faire un truc qui se tient avec une fin et un début concrétisé par cette infographie qui tente de nous convaincre que le monde serait divisé en deux types de personnes mais bon, après, faut pas oublier que la mayonnaise est aussi une très bonne option avec les frites.

C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240

Poursuivons avec un clavier de toute beauté que vous pouvez m'offrir quand vous voulez comme cette petite enceinte Marshall en bluetooth pour la modique somme de 349 dollars disponible sur marshall-bluetooth-speaker-system, l'arme absolue contre lez zombies matinaux, une tasse de plus mais une tasse trop bien et quelques sushis pour sécher sans soucis.

C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240

Passons désormais à une pub que je valide tout à fait absolument, les phases de la Lune datant d'il y a fort longtemps, un sac à dos graoo, ah je ris de me voir si b... ah non, un téléphone banane (attention à la ponctuation, je ne vous ai pas insulté), un téléphone à Iphone, merci mais non, j'attends l'iphone pour téléphone à Iphone et un couteau-guitare de poche avec Patsy Kline pour qui apprécie la country, le bluegrass, le square dance, les spare ribs et iiihaaa et giddyap, serai-je tenté de rajouter. Et Yippee yeah.

C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240

Mais que vois-je venir sur la route qui poudroie entourée d'herbe qui verdoie ? L'un des deux exemplaires construits en 1977 de la Panther 6 de la marque Panther Westwind. Quatre roues directrices à l'avant, deux roues motrices derrière et des équipements invraisemblables pour l'époque : téléphone (Radiocom 2000, ne quittez pas, nous recherchons votre correspondant), télévision (pas 16/9e), moquette en velours, direction assistée, vitres électriques, feux halogènes, rétroviseur et sièges inclinables électriquement et chaîne stéreo. Et sous le capot, un bon V8 issu d'une Cadillac Eldorado avec deux turbocompresseurs, le tout développant dans les 600 chevaux à 5000 tours/minute. Ah, je vois que certains veulent plus de détails. Ok, couple de 815 N·m à 2 800 tr/min et sinon, à l'avant les pneus sont tous des Pirelli 205/40 R13 et à l'arrière des Pirelli aussi mais des 265/50 R16. Voilà, c'est dit.

C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240

Une étonnante caricature d'Einstein par Pancho Vasquez, un peu de vie sur Jupiter dans Amazing Stories en février 1941 avec une couverture par Frank R. Paul, une bonne journée de merde qui commence, l'arrivée de Led Zep à l'aéroport de Pittsburgh en Pennsylvanie le 24 juillet 1973 (aux alentours de 16-17h, il y a une incertitude à ce sujet) parce que je fais ce que je veux ici vu que c'est mon blog et le Liban par Raymond Depardon. Vu comme ça, c'est vrai, c'est tentant.

C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240

Poursuivons dans cette splendide Cadillac rose vers cette poche pas moche, ce carlin prêt à l'envoi, un hommage à Léonard in the Sky with Diamonds, un cœur à prendre si possible avec maillot de bain et tuba et puis si ça ne vous plaît pas, voyez avec ah, je crois que vous avez un appel.

C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240

Allez, restons ami(e)s et donne m'en 5, comme disent les québécois.

C'est vendredi, c'est le Bordel #240

And again.

C'est vendredi, c'est le Bordel #240

And one again.

C'est vendredi, c'est le Bordel #240

And one again a fly.

C'est vendredi, c'est le Bordel #240

And one again a fly encore un petit peu.

C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240

Ah, il m'en reste encore deux. Eud' un et eud' deux.

C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240

Sans donzelles, un bordel ne serait pas tout à fait un bordel alors c'est parti avec rhaaaa, excusez-moi, Pier Angeli par Allan Grant en juin 1954 et puis des petits bouts épars de donzelles pour vous fabriquer vous-même votre donzelle favorite. Et les Shangri-Las parce que bordel "Leader of the pack", "Out in the streets", "Sophisticated Boom Boom", c'est quand même de la bombe atomique.

C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240

Quant au niveau du damoiseau cette semaine, il a décidé de faire la grêve du poil et ça pousse, ça pousse avec par ordre d'apparition Chris, Daniel, Kosta, Murph, Doug, Kevin-Eudes et enfin, Jésus. Mais je vous préviens, n'espérez pas de miracles pour autant. C'est pas le vrai sinon il serait au dessus de l'eau et pas dedans. On me la fait pas à moi, je sais reconnaître les faux prophètes.

C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240

Vite, passons à de l'art pour les yeux comme pour l'esprit avec Anish Kapoor "Untitled" de 1989 puis "Dead Load" par Richard Serra à la galerie Gagosian l'année dernière et Franz von Lenbach (1836-1904), "Portrait d’Eleonora Duse" de 1885 et de fort belle facture, ma foi.

C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240

Gasp, une splendide œuvre de Gustavo Torner "Círculo rojo sobre verde" de 1963, Josef Albers "Homage to the Square Glow" de 1966 et "La victoire" en chantant ou pas, on sait pas, de René Magritte et en 1939.

C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240

Ajoutons enfin une "Pergola à Marquayrol" par Henri Martin qui n'a rien à voir avec l'avenue qui célèbre un historien mauvais comme un pied avec des pinceaux, Lee Kwang Ho et son "Cactus No.59" de 2011, même que c'est une huile sur toile de 259.1 × 170 cm et Nam June Paik qui reprend les couleurs de ce blog dans "V Idea" en 1984 et franchement, merci Nam June mais j'ai bien compris ton petit jeu et non, tu n'auras pas un bon point. Fayot. Au coin.

C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240

Et c'est l'heure de passer aux célèbres Messages à Caractères Informatifs que vous pouvez prendre pour vous, pour la concierge qui est déjà dans l'escalier, pour des amis de passage, pour argent comptant ou que vous pouvez laisser là, non Joe, laisse-moi, ils arrivent, sauve-toi, argh, j'ai mal, argh, tu diras à ma femme que, argh, enfin voila.

C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240
C'est vendredi, c'est le Bordel #240

Et c'est tout pour aujourd'hui mais c'est déjà pas mal (plus de 140 images cette semaine) alors n'oubliez pas de remercier le taulier du bordel en faisant un truc très simple. Offrez-le autour de vous. Pour ce faire, les boutons ci-en haut sur ce blog sont une alternative tout à fait intéressante afin de Twitter, de Facebooker, de Pinterester et de Google+er ce bordel. Vous pouvez aussi le Linkediner mais que sur Linkedin. Bref, faites tout ceci si et seulement si vous avez apprécié ce bordel. Sinon, non mais quand même vous êtes dur, j'y ai passé du temps et de l'energie. Allez, bon vendredi, bon week-end et à la semaine prochaine sauf si vous choisissez de vous abonner auquel cas, c'est en haut à droite parce qu'en bas à gauche, ça ne marche pas.

C'est vendredi, c'est le Bordel #240

Pour les non-abonné(e)s, bon, c'est pas grave mais vous avez loupé récemment un peu de Desproges dans dieu-n-est-pas-bien et puis aussi mon détour par Rodez pour voir le Musée Soulages dans black-is-the-new-black et puis encore de l'art corsé, non, corset dans les-dents-de-l-art-a-ta-mere.html et enfin, c'était jeudi, un peu de noirceur finement maîtrisée dans allez-au-charbon et là, c'est fini, laissez tomber, c'est le grand vide, l'espace, no return, no air, no life, no go zone, no on the edge of space alors oubliez.

commentaires

Haut de page