Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C'est vendredi, c'est le Bordel #253

par PA Gillet 4 Juin 2015, 23:00 Le Bordel du Vendredi

... Il n'est pas faux de dire qu'actuellement les jours rallongent, les jupes raccourcissent, les terrasses bourgeonnent et que ça commence à sentir bon le sable chaud et la merguez vite tiède. C'est pas encore l'heure de sortir les tongs mais pas loin. En attendant, autant en profiter pour faire un tour au bordel, celui-ci étant constitué d'images vues dans la semaine, remisées par devers moi et reversées ici un peu comme ça, là, partout au débotté et la vas-y comme j'te pousse. Alors autant continuer à se mettre de la couleur dans les mirettes avec Paul Brouns, photographe, artiste and graphic designer batave. Paul est fasciné par le rythme, les lignes, amateur d'architecture et peut-être comme moi du délicieux Anticucho de Lomo du restaurant péruviano-fusion Mashua au 703 Printzengracht à Amsterdam que je vous recommande chaleureusement. Comme Paul dont le magnifique tumblr est eud' par ici :  paulbrouns.tumblr.com

C'est vendredi, c'est le Bordel #253
C'est vendredi, c'est le Bordel #253
C'est vendredi, c'est le Bordel #253
C'est vendredi, c'est le Bordel #253
C'est vendredi, c'est le Bordel #253
C'est vendredi, c'est le Bordel #253
C'est vendredi, c'est le Bordel #253
C'est vendredi, c'est le Bordel #253
C'est vendredi, c'est le Bordel #253
C'est vendredi, c'est le Bordel #253

Veuillez prendre place confortablement dans cette simple classe éco de la Pan AM à la fin des années 60 qui laisse rêveur les poulets que nous sommes désormais, passons à ce Chewie qui le vaut bien, lui, un cadre qui pousse, un chat qui coule et un chien vraiment mais alors vraiment à la cool.

C'est vendredi, c'est le Bordel #253
C'est vendredi, c'est le Bordel #253
C'est vendredi, c'est le Bordel #253
C'est vendredi, c'est le Bordel #253
C'est vendredi, c'est le Bordel #253
C'est vendredi, c'est le Bordel #253

Pour les chaussures E.T, c'est par ici, pour le déo eskimau, c'est par là aussi et attention, sachez que même si vous êtes au bordel, il y a des règles. One ne suce pas un hippie impunément. Il fallait que ça se sache pour que jamais, au grand jamais, on ne puisse entendre "encore eut-il fallu que je le susse" au Bordel. Ça la fout mal.

C'est vendredi, c'est le Bordel #253
C'est vendredi, c'est le Bordel #253
C'est vendredi, c'est le Bordel #253

Dans mes pérégrinations hebdomadaires, j'ai découvert cette très belle série de Kat Dennigs grimée en Rachel de Blade Runner. En sus de sa plastique avantageuse, sa moue boudeuse et son caractère fort impétueux, la demoiselle est une excellente actrice.

C'est vendredi, c'est le Bordel #253
C'est vendredi, c'est le Bordel #253
C'est vendredi, c'est le Bordel #253
C'est vendredi, c'est le Bordel #253

De fil en aiguille, bim, une autre série de Kat pour le plaisi... non Herbert, tais-toi, couché Herbert, non, au coin Herbert, couché ! Ouf, c'était moins une. Il part au quart de tour.

C'est vendredi, c'est le Bordel #253
C'est vendredi, c'est le Bordel #253
C'est vendredi, c'est le Bordel #253
C'est vendredi, c'est le Bordel #253
C'est vendredi, c'est le Bordel #253
C'est vendredi, c'est le Bordel #253

Passons vite de l'autre côté de la vallée des poupées avec Cherry, Harry, Raquel, Dennis, Peter et des amis bikers dont Sonny Barger LE fondateur des Hell's Angels personnellement lui-même, une petite Candy Loving (si bien nommée) pour la soif et un Michael Knight des familles sans Kitt qui s'est barrée avec Christine, sa Plymouth Fury chérie.

C'est vendredi, c'est le Bordel #253
C'est vendredi, c'est le Bordel #253
C'est vendredi, c'est le Bordel #253
C'est vendredi, c'est le Bordel #253
C'est vendredi, c'est le Bordel #253
C'est vendredi, c'est le Bordel #253
C'est vendredi, c'est le Bordel #253
C'est vendredi, c'est le Bordel #253
C'est vendredi, c'est le Bordel #253

Et si vous voulez bien, merci de poursuivre par ... ah non, fausse piste. On roucoule, on roucoule.

C'est vendredi, c'est le Bordel #253

Mais qu'en est-il d'Amber Smith, flamboyante mannequin du débout des 90's et éphémère actrice de série érotico-Zienne ? Ben elle va bien, elle bouge pas. C'est l'avantage d'internet, ça fige tout pour l'éternité. Et puis elle venue avec ses copines Niki Taylor, Eva Herzigova, Beverly Peele and Daniela Pestova, merci Amber, c'est sympa. Rhaaa, ce maillot rouge en couverture de l'Equipe Magazine spécial maillots...

C'est vendredi, c'est le Bordel #253
C'est vendredi, c'est le Bordel #253
C'est vendredi, c'est le Bordel #253
C'est vendredi, c'est le Bordel #253
C'est vendredi, c'est le Bordel #253
C'est vendredi, c'est le Bordel #253
C'est vendredi, c'est le Bordel #253
C'est vendredi, c'est le Bordel #253
C'est vendredi, c'est le Bordel #253
C'est vendredi, c'est le Bordel #253
C'est vendredi, c'est le Bordel #253
C'est vendredi, c'est le Bordel #253
C'est vendredi, c'est le Bordel #253
C'est vendredi, c'est le Bordel #253
C'est vendredi, c'est le Bordel #253

Ajoutons enfin un soupçon de Joanne Arnold par Bernard Of Hollywood dans Modern Man de février 1952 (soyons précis), Lauren Bacall dans Bright Leaf en 1950, une Debra Winger à la fleur de l'âge de Debra Winger au moment de la photo, un arbre penché de toute beauté et une AC Cobra pas mal non plus car je fais ce que je veux ici vu que c'est un petit peu mon blog d'abord. Ensuite aussi, d'ailleurs. Et enfin, tout pareil.

C'est vendredi, c'est le Bordel #253
C'est vendredi, c'est le Bordel #253
C'est vendredi, c'est le Bordel #253
C'est vendredi, c'est le Bordel #253
C'est vendredi, c'est le Bordel #253

Je vous rajoute quelques gifs en passant alors que je pourrais très bien aussi le faire en chantant mais ça ferait peut-être trop Michel Sardou. 

C'est vendredi, c'est le Bordel #253
C'est vendredi, c'est le Bordel #253
C'est vendredi, c'est le Bordel #253
C'est vendredi, c'est le Bordel #253
C'est vendredi, c'est le Bordel #253

Vite, passons à de l'art avec "Desert Realty", sublime série d'Ed Freeman qui est aussi libre que Max mais en s'appelant Ed. C'est une autre option, valable après tout.

C'est vendredi, c'est le Bordel #253
C'est vendredi, c'est le Bordel #253
C'est vendredi, c'est le Bordel #253
C'est vendredi, c'est le Bordel #253
C'est vendredi, c'est le Bordel #253

Délectons nos pupilles et nos synapses de "Moissonneurs", magnifique photographie d'Ernö Vadas en 1937, bavons devant le très charnel "Nude standing" de 1910 de Jan Sluijters (1881-1957) et achevons-nous avec l'impressionnante "Skytower", dernière sculpture en date de l'écossais Rob Mulholland.

C'est vendredi, c'est le Bordel #253
C'est vendredi, c'est le Bordel #253
C'est vendredi, c'est le Bordel #253
C'est vendredi, c'est le Bordel #253
C'est vendredi, c'est le Bordel #253
C'est vendredi, c'est le Bordel #253

Il est temps désormais, dès à présent, dès maintenant, dès là, de passer aux célèbres Messages à Caractères Informatifs de la semaine qui sont tout frais de Rungis de ce matin, c'est de la qualité ça, ma bonne dame et mon bon monsieur. Je vous en mets un peu plus pour faire le compte ? Allez, c'est pour moi.

Merci à George Baize pour la petite culotte "Do not disturb" dans un hôtel lyonnais.
Merci à George Baize pour la petite culotte "Do not disturb" dans un hôtel lyonnais.
Merci à George Baize pour la petite culotte "Do not disturb" dans un hôtel lyonnais.
Merci à George Baize pour la petite culotte "Do not disturb" dans un hôtel lyonnais.
Merci à George Baize pour la petite culotte "Do not disturb" dans un hôtel lyonnais.
Merci à George Baize pour la petite culotte "Do not disturb" dans un hôtel lyonnais.
Merci à George Baize pour la petite culotte "Do not disturb" dans un hôtel lyonnais.
Merci à George Baize pour la petite culotte "Do not disturb" dans un hôtel lyonnais.
Merci à George Baize pour la petite culotte "Do not disturb" dans un hôtel lyonnais.
Merci à George Baize pour la petite culotte "Do not disturb" dans un hôtel lyonnais.
Merci à George Baize pour la petite culotte "Do not disturb" dans un hôtel lyonnais.
Merci à George Baize pour la petite culotte "Do not disturb" dans un hôtel lyonnais.
Merci à George Baize pour la petite culotte "Do not disturb" dans un hôtel lyonnais.
Merci à George Baize pour la petite culotte "Do not disturb" dans un hôtel lyonnais.
Merci à George Baize pour la petite culotte "Do not disturb" dans un hôtel lyonnais.
Merci à George Baize pour la petite culotte "Do not disturb" dans un hôtel lyonnais.
Merci à George Baize pour la petite culotte "Do not disturb" dans un hôtel lyonnais.
Merci à George Baize pour la petite culotte "Do not disturb" dans un hôtel lyonnais.
Merci à George Baize pour la petite culotte "Do not disturb" dans un hôtel lyonnais.
Merci à George Baize pour la petite culotte "Do not disturb" dans un hôtel lyonnais.
Merci à George Baize pour la petite culotte "Do not disturb" dans un hôtel lyonnais.
Merci à George Baize pour la petite culotte "Do not disturb" dans un hôtel lyonnais.
Merci à George Baize pour la petite culotte "Do not disturb" dans un hôtel lyonnais.
Merci à George Baize pour la petite culotte "Do not disturb" dans un hôtel lyonnais.
Merci à George Baize pour la petite culotte "Do not disturb" dans un hôtel lyonnais.
Merci à George Baize pour la petite culotte "Do not disturb" dans un hôtel lyonnais.
Merci à George Baize pour la petite culotte "Do not disturb" dans un hôtel lyonnais.
Merci à George Baize pour la petite culotte "Do not disturb" dans un hôtel lyonnais.
Merci à George Baize pour la petite culotte "Do not disturb" dans un hôtel lyonnais.
Merci à George Baize pour la petite culotte "Do not disturb" dans un hôtel lyonnais.
Merci à George Baize pour la petite culotte "Do not disturb" dans un hôtel lyonnais.
Merci à George Baize pour la petite culotte "Do not disturb" dans un hôtel lyonnais.

Merci à George Baize pour la petite culotte "Do not disturb" dans un hôtel lyonnais.

Et c'est tout pour aujourd'hui mais n'oubliez pas un point très important à ce stade de l'enquête : si vous partagez aujourd'hui ce bordel sur Facebook, Twitter, Linkedin, Google +, par mail, télégramme ou pigeon voyageur, un nouveau bordel totalement gratuit vous sera offert la semaine prochaine ! Une promo d'enfer à ne pas manquer, une affaire à faire, un truc de dingue. Mais ne faites ceci que si et seulement si vous avez apprécié ce bordel. Sinon, allez en enfer, soit vers nulle part puis deuxième à droite après le diable-vauvert. Sur ce, hein, bon, bon vendredi, bon week-end et à la semaine prochaine sauf si vous voulez vous abonner auquel cas, rescrollez touuut en haut et mettez votre adresse à l'endroit indiqué. Pas à côté, ce serait dommage.

C'est vendredi, c'est le Bordel #253

Pour les non-abonnés (bouuuh !), c'est pas grave (ouaiiiis), vous pouvez voir les articles de la semaine ici avec air-art-no-amelia-inside et les-mises-au-verre-de-jiyong-lee et c-est-jeudi-c-est-lucie et là, c'est finito, capito ? Si. Basta.

commentaires

Suzanne 08/06/2015 13:15

Je pense que Rob Mulholland est fan de Larcenet.

Bruno 08/06/2015 13:52

Maintenant que vous le dites… A moins que ça ne soit l'inverse.

Bruno 05/06/2015 11:41

Oh purée ! Entrée : Paul Brouns, plat : Ed Freeman, Rod Mulholland au dessert… Tout ça arrosé d'un "délicieux" "Do not disturb", quel festin pour un vendredi ! Merci, j'en reprendrais volontiers la semaine prochaine…

il Gatto 05/06/2015 09:03

Précision : le chien au coussin à la fenêtre est un labrador qui habite à Bruges (Belgique). Je ne sais s'il est encore en vie mais si vous faites le tour des canaux - à pied ou en bateau -, vous avez de grandes chances de l'apercevoir. Il apparaît, d'ailleurs, dans le film In Bruges (Martin McDonagh, 2008).

Haut de page