Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C'est vendredi, c'est le bordel #267

par PA Gillet 30 Octobre 2015, 00:00 Le Bordel du Vendredi

... Jeudi s'est à peine dissipé que résonnent enfin les 12 coups de vendredi, tocsin qui sonnera le glas de la semaine avec moult libations avec ou sans glaçons et pour ce faire, commençons on the rocks avec la seule et unique photo au monde officielle de l'iceberg qui a coulé le Titanic, un peu de thé empreint de sérénité et des verres à bière absolument magnifiques de chez Sampli (voir ici sempli.com), société sise à Santa Monica en Californie, ville dont la devise est "Populus felix in urbus felice" et je vous laisse songer à tout ça le temps de scroller un peu plus bas.

C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267

Passons à ces quelques bolides que Dashiell Hedayat n'aurait pu renier s'il n'avait sauté du 8e étage de chez lui en 2013 et bien qu'il n'y ait pas de Chrysler, Chrysler rose mais on s'en fout parce qu'elle ne peut pas rouler. Peut-être avez-vous lu un de ses livres sous son nom de Jack-Alain Léger.

C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267

Passons dès à présent aux gifs de la semaine qui remuent, qui ondulent, comment veux-tu que je t'appelle Gudule si tu capitules devant ces renoncules à cupules ou quelque chose comme ça.

C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267

Ne tournons pas autour du pot, fût-il de miel et d'aluminium galvanisé et continuons ce bordel dans de bonnes conditions en posant votre auguste séant dans cet intérieur vilours pimpé de toute beauté afin de profiter de ce Spirit revu et corrigé par Chris Samnee et des très belles étapes préparatoires du dessin de Green Arrow, personnage crée en 1941 par Mort Weisinger et George Papp, revisité sous la plume de Joshua Middleton qui n'a pas grand-chose à voir avec Kate, si ce n'est qu'elle a un cousin issu de germain qui s'appelle Joshua itou (même que c'est le IIIe du nom, le célèbre Joshua III cher à U2 sans toutou).

C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267

Merci de bien vouloir suivre la demoiselle carénée afin de poursuivre ce bordel qui dons-le tout de go, démarre sur les chapeaux de roue, des 400x8 4PR (pression 1,25 kg/cm2 en solo et 2,00 kg/cm2 en duo pour être précis).

C'est vendredi, c'est le bordel #267

Surprise dans ce bordel, Tom Jones, le vrai, l'unique et en slip. Ah mais c'est-à-dire qu'on ne se fout pas du lectorat sur Après La Pub. On le soigne. It's not unusual mais c'est comme ça. C'est bon Tom, allez hop, habit de gala ceintré partout et collé serré à l'entrejambe pour du Sex bombisme de fort bon aloi.

C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267

Mais n'oublions pas un Gary tout graouuu, un Tony Curtis sur le tapis accompagné d'une Nathalie Wood habile queue en main, un James qui attend et un James qui se détend.

C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267

Ajoutons un Robert qui marche mieux par paire alors let's make it two, saluons Steve de loin, un couple mythique de près, un King pas encore couronné et Mick qui repasse en slip aussi mais pas le même que celui de Tom, ce serait crade et oui, c'est aussi un peu ça le bordel du vendredi.

C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267

Passons à Kate Jacskon polissonne, une Bacall pas encore éclose, une Jaqueline en plein spleen et Lynda Carter parce que all the world is waiting for elle et les powers qu'elle posess, in ses satin tights (mmm), fighting for nos rights à nous and the old red, white and blue alors hein, bon.

C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267

Attachons-nous (ooh) à retracer un instant la sublime plastique les immenses qualités de comédienne de Senta Berger, actrice autrichienne qui fit une jolie petite carrière dans les années soixante et soixante-dix, jouant dans "Croix de Fer" avec James Coburn, "UNCLE, des agents très spéciaux" et quelques films avec Yul Brynner, John Wayne, Kirk Douglas, Richard Widmark et Frank Sinatra où sa plastique avantageuse l'avantageait avantageusement au niveau de l'avantage. 

C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267

En Kinecolor, elle déchire aussi la... non, elle est pas mal aussi, la donzelle. Et puis si ça ne vous plaît pas, voyez avec la madame un peu plus bas. Rachel, je te les envoie.

C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267

Passons à un peu d'art dans ce bordel avec les œuvres faites principalement d'acrylique sur toile de Hollis Brown Thornton qui a peut-être quelque chose à voir avec Billy Bob Jacquemard-André mais après, c'est pas sûr non plus.

C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267

Diego Cabezas est indéniablement une tête en matière de sculpture et je prouve ce que je dis et je dis ce que je prouve et je vous invite instamment à regarder ci-dessous pour plus de simplification de la lecture de ce bordel au niveau de la compréhension de Diego, libre dans sa tête.

C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267

Et pour terminer en beauté, je me permets de proposer à vos yeux ébaubis ce magnifique dessin de Gerhard Richter, "Untitled (Colour fields 1260 colours in 6 arrangement" de 1974.

C'est vendredi, c'est le bordel #267

Serait-il, mais non, cela ne se peut. Ah ben si, c'est l'heure des Messages à Caractères Informatifs qui ont des messages indispensables ou pas à faire passer, du caractère comme un vieux Livarot, et des vagues valeurs informatives si on cherche un peu loin dans la philosophie de comptoir. 

C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267
C'est vendredi, c'est le bordel #267

Et c'est tout pour aujourd'hui mais n'oubliez pas que vous pouvez vous abonner à ce blog pour ne rien louper et  que si vous partagez ce bordel aujourd'hui avec 10 de vos amis, un grand bonheur s'abattra sur vous, l'amour reviendra, la chance sourira, les astres sront avec vous et vous gagnerez 20000 euros sans passer par la case départ. Mais ne faites ceci que si et seulement si vous avez apprécié ce bordel mais après, je vais pas vérifier non plus mais ne le dites pas trop. Bon vendredi, bon week-end et à la semaine prochaine.

C'est vendredi, c'est le bordel #267

Peu d'articles cette semaine pour cause d'actualité chargée mais un peu quand même, la crème de la crème de la Guinness avec best-of-best et toujours les diverses catégories de ce blog sises tout en haut avec de la poésie poesie et cie et de l'art souvent dans vitedelart! et du westren de petite taille dans la vie est un western et tous les bordels depuis toujours sur le bordel du vendredi et là, hop, on dégage, c'est fini.

commentaires

Nini 30/10/2015 19:52

Excellent bordel que ce bordel !!!

Fran 30/10/2015 09:51

Merci, comme chaque semaine. Ceci dit, "emprunt" n'est pas le participe passé de "empreindre": c'est "empreint" qui l'est. Donc, "emprunt" ≠ "empreint". Faute typique du nord de la Garonne, ceci dit.

PA Gillet 30/10/2015 22:53

Merci ! Je me flagelle et je reviens.

bern 30/10/2015 09:10

On n'est pas bien là ?
Tranquille
A la fraiche
Entre les seins du vendredi bordel

Haut de page