Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C'est vendredi, c'est le bordel #269

par PA Gillet 13 Novembre 2015, 00:00 Le Bordel du Vendredi

... 269, bordel érot... ah non, c'est pas ça, c'est déjà fait depuis longtemps (ici bordel-69). Et pourtant, oui nous sommes vendredi, oui, c'est un chouya le bordel un peu partout eud' par le monde alors il n'y a absolument aucune raison logique ou même illogique que ce ne soit pas le bordel ici aussi, dans son antre, sa tanière, son petit chez-lui. Bordel, il sera donc avec une sélection d'images vues dans la semaine, remisées par devers moi et reversées ici dans un ordre validé sous constat d'huissier avec l'enveloppe scellée à la cire. Sans plus attendre car si on attend encore, on est pas rendu, démarrons avec ces magnifiques tatouages inspirés fidèlement ou plus librement par des œuvres de Pablo Picasso. Oui, le constructeur automobile.

C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269

Enchainons avec le Mac Book de Jules César, un Magimix fait-tout qui fait tout et qui fait le beau aussi et puis si ça ne vous plaît pas, voyez avec le pin's plus bas (z'allez pas commencer à m'emmerder dès le début de ce bordel, bordel).

C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269

À cet instant du bordel, quatre options s'offrent à vous. 1. Aller boire un verre au Pier 66, sis à Fort Lauderdale, Floride 2. Vous émécher avec style au Space Needle Restaurant, Seattle, état de Washington 3. Vous bourrer la panse au Stouffer's de Chicago (dans l'Illinois, pas en Ossétie Occidentale) 4. Vous mettre minable en regardant les vagues au Marine Room à La Jolla in ze state of California. C'est au choix, c'est votre choix, c'est selon, c'est selon vous.

C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269

Après tant d'agapes, merci de bien vouloir suivre (si vous pouvez) la ligne droite sise ci juste en dessous, vraiment pas loin afin de poursuivre invariablement dans ce bordel. Pour ceux ou celles qui voudraient poursuivre variablement dans ce bordel, merci de bien vouloir déposer le formulaire B56 718 dans la corbeille verte prévue à cet effet à l'entrée. Oui, ça fait loin. Vous devriez laissez tomber.

C'est vendredi, c'est le bordel #269

Quoi de mieux pour embrayer dans ce bordel qu'une sublime Maserati Bora (la moitié de l'atoll, soit l'ato ou le oll) 4,9 litres Coupé ? Un moteur central à l'arrière, 4719 ou 4730 cm3 avec 310 ou 330 chevaux, un couple maximal de 47 à 49 Nm, un poids de 1419 à 1520 kg si vous voulez tout savoir. L'empattement ? Ok, 2,60m. La longueur ? 4,33m. Largeur ? 1,76m. Photo contractuelle : modèle de 1973, année absolument pas érotique, elle, sauf peut-être dans vos souvenirs si vous n'êtes pas de la dernière pluie.

C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269

Passons de suite à cette scène de blizzard à New York le 12 mars 1888 en regardant à l'ouest entre la 14e rue et la 6e avenue (non mais faut être précis ici aussi), à un hiver à Amsterdam (mais sans date ni localisation, foutredieu), à Louise Weber dite "La Goulue" en 1880, un entraînement à la mitrailleuse en 1916, une photo de Martin Munkacsi en plein air pour Harpers Bazaar en 1935 et Georgia O'Keefe par Yousuf Karsh en 1956, ce qui ne nous rajeunit pas non plus et parce que je fais ce que je veux ici vu que c'est mon blog.

C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269

Ajoutons un anagramme d'une grande clairvoyance, un Ra ou un Ré ou peut-être un Do ou un Si, un câlin contre-nature (appelez Christine Boutin !) et un bisou franc, profond. Et baveux.

C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269

Petite pause : déposez votre séant dans ce siège fort avenant, dégustez un Super-cracker, écoutez la musique s'envoler dans les premiers frimas de l'hiver (c'est le moment lyrique de ce bordel), déboutonnez-moi tout ça, relâchez la pression et on y va. Où on ne sait pas encore mais la vue est belle. Et puis si ça ne vous plaît pas non plus, sachez que j'en ai rien à carrer, fuck yeah.

C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269

Dans le bordel, il est désormais une habitude, celle des gifs de la semaine. Alors si vous voulez bien vous donner la peine depoursuivre à travers ces images animées certes mais pas forcément de bonnes intentions. Ceci dit, ça se discute. Mais pas là.

C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269

Au niveau de la donzelle, fierté du bordel, nous avons une sorcière lascive, un cintre sacrément culotté et les courbes enivrantes (hips) et carrément (hips) callypiges de la (hips) délicieuse Lindsey (hips) Kevitch. Lindsey, un sondage ?

Images © Atisha Paulson
Images © Atisha Paulson
Images © Atisha Paulson
Images © Atisha Paulson
Images © Atisha Paulson
Images © Atisha Paulson
Images © Atisha Paulson
Images © Atisha Paulson
Images © Atisha Paulson
Images © Atisha Paulson
Images © Atisha Paulson
Images © Atisha Paulson
Images © Atisha Paulson

Images © Atisha Paulson

Fort heureusement pour la parité, quelques damoiseaux de qualité attendent ci-après vos fantasmes les plus fous et vos désirs les plus salaces sur le 3615 Poutrelle.

C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269

Vite, de l'art avec une petite rétrospective rapide de l'œuvre magnifique de Frank Gohlke, photographe de renom, membre de l'expo ultime "New Topographics : Photographs of a man altered landscape" à la George Eastman House en 75 avec d'autres photographes de talent comme Robert Adams, Lewis Baltz, Stephen Shore, Joe Deal, Henry Wessel Jr, Nicholas Nixon et Bernd et Hilla Becher comme invités. Que de la petite bière. Ci-dessous donc, Frank Gohlke dans ses œuvres : , "Landscape, Albuquerque, New Mexico", 74. "Housing Development South of Fort Worth, Texas", 78, "Met Stadium, Bloomington, Minnesota", 76 et la dernière, j'avais noté mais désolé, j'ai merdé. 

C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269

"Badminton Net, Lake Superior In Fog Near Grand Marais, Minnessota", 1977, des voitures à Minneapolis en 73, une autre dans la même ville en 1974 et rien de rien à Albuquerque, Nouveau-Mexique, la même année.

C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269

C'est tout Gohlke. Ce rien qui dit tant. La vie invisible, les histoires à raconter, dix, cent, mille possibilités.

C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269

Un chouya de El Lissitzky, "Proun", oui "Proun" en 1923 et le "Volga Lagoon" de Fyodor Vasilyev et là, j'ai eu la flemme de chercher la date. J'avoue.

C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269

Il est pile l'heure à ma Bulova Computron de l'espace de vous dire que les Messages à Caractères Informatifs de la semaine sont arrivés, ils sont en bonne santé, tout va bien et qu'ils n'attendaient que vous pour se lancer alors l'un dans l'autre comme disait la jeune mariée, on va peut-être y aller.

C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269
C'est vendredi, c'est le bordel #269

Et c'est tout pour aujourd'hui mais n'oubliez pas que si vous vous abonnez à ce blog là, tout de suite, vous aurez droit à tout plein d'articles super sur de l'art, des idées, du pâté parfois, de la poésie aussi et d'autres sujets désopilants parfois oui mais parfois aussi non, à l'avenir. Tout ça pour pas un rond. Et si vous décidiez dans un moment de folie de partager ce bordel du vendredi avec tous vos amis, vous pouvez le faire avec les boutons ci-dessous et vous aurez aussi gagné le droit de revenir en 270e semaine, soit à peu près aux alentours de vendredi prochain. Mais ne faites ceci que si et seulement si vous avez apprécié ce bordel sinon, non. Ceci dit, ce ne serait pas très charitable. On dirait pas mais c'est du boulot tout ça. Bon vendredi, bon week-end et à la semaine prochaine.

C'est vendredi, c'est le bordel #269

Peu d'articles cette semaine mais vous en avec quand même loupé deux avec 100-tout-rond et nabil-art et sinon, pour tous les bordels du vendredi depuis toujours, c'est par ici le bordel du vendredi et pour le reste, allez fouiller tout en haut dans "Catégories" et vous n'aurez pas fini. Quoi ? Seul vous le savez.

commentaires

jo moerman 13/11/2015 20:13

Pour Amsterdam,... Kuipersgrachtje, derriere le Zeedijk. ( Quartier Rouge )
Excellent travaille; PJ !

PA Gillet 15/11/2015 11:44

Merci Jo !

Jules 13/11/2015 12:49

Ahhhhh!!

La tronçonneuse comme sex-toy!!
Ca ouvre des perspectives.

Si j'ose dire

Haut de page