Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Très cher Nasser

par PA Gillet 19 Décembre 2015, 13:30 PSG

Je dis "Très cher" pas forcément par affection mais parce qu'il me coûte beaucoup d'avoir à vous répondre après vos déclarations récentes sur la mollesse du Parc actuel. Comme on dit ici, c'est "L'hôpital qui se fout de la charité" ou en qatari, c'est "Le dromadaire qui se fout du bédouin". Mais poursuivons.

 

Cher Nasser, j'aurais tant aimé que vous viviez ce que j'ai pu vivre au Parc des Princes pendant plusieurs décennies. Tous ces frissons, ces vibrations, ces chants à l'unisson entre Auteuil et Boulogne, ces poils qui se dressent dès la montée des marches pour rejoindre sa place, ces tifos fabuleux préparés par des centaines de passionnés, ces moments d'intense ferveur partagés, ces cruelles désillusions des matchs perdus à la 85e minute, ces saisons blanches comme celles de gloire. Être supporter, c'est aussi et surtout être là quand ça ne va pas.

Très cher Nasser

Cher Nasser, je vous connais mais vous, vous ne me connaissez pas. Je suis probablement l'un des supporters du PSG les plus fidèles qui soient. D'abord, je suis né en mai 1970, un mois avant le PSG. J'ai donc le même âge et nous avons grandi ensemble. Mon premier match doit dater de 77 ou 78 avec mon père, grand amateur de sport et du PSG.

 

Très tôt, il m'a donné le virus du Parc et la fièvre depuis n'est jamais retombée. Enfin, jusqu'en 2011. Pourtant, je pensais être vacciné à tout. Les gens qui me regardaient de travers quand je disais que j'étais supporter du PSG, les voitures en feu Porte de Saint-Cloud, les descentes de skins à 100 à la sortie des matchs. Promis, j'ai tout vécu au Parc en plus de 30 ans de passion. Les années de disette comme les années de succès, les matchs à 12000 personnes dans un froid glacial, la sacoche de Borelli, l'arrivée de Joel Bats, les charnières Bibard-Jeannol-Tanasi, les folles envolées de Safet Susic, la rage de Luis Fernandez, l'arrivée de Bernard Lama, les derby PSG-Matra, les recrutements très moyens (Geraldao, Yanovski, Hakan Yakin, Adailton, Carlos Bueno et j'en passe) les recrutements juste moyens (Kenedy, Reinaldo, Edmilson, Vampeta) et ceux de génie (Arteta, Djorkaeff, Rai, Ricardo, Okocha, Ronaldinho etc...). Je peux vous assurer que cette équipe, ces couleurs, je les porte en moi très près du cœur. Ma femme disait du PSG et du Parc que c'était ma "maîtresse" En tout bien, tout honneur évidemment.

Très cher Nasser

Pourtant, un jour de 2011, alors que j'avais repris mon abonnement, vous savez celui qui a augmenté progressivement de plus de 200% en quelques années, il m'est arrivé quelque chose de bizarre. Tout à ma joie de voir sur le terrain probablement la plus belle équipe de l'histoire du Parc, je suis parti de chez moi d'un pas rapide en chantant vers ma maison, ce sublime édifice de béton ressemblant à un bateau retourné. Le Parc.

 

Le match commence, les phases de jeu s'enchaînent mais en moi, quelque chose ne va pas. Quelque chose cloche. Ce jour là, plus que le jeu, je me suis mis à regarder autour de moi. Et je n'étais plus au Parc des Princes, j'étais à Disneyland, entouré en grande majorité de gens qui venaient voir un spectacle, pas un match de football. J'ai entendu des pseudos-supporters siffler des joueurs du PSG à la première passe ratée. J'ai entendu un papa dire à son fils "Au fait, si Ibra n'est pas là l'année prochaine, tu veux soutenir qui comme équipe ?" Voilà. Tout est dit. Ou presque.

 

Ce jour-là, au Parc, je ne me suis plus senti chez moi. Je n'étais plus dans un stade de football mais au cinéma, au théâtre ou à l'Opéra. Le match n'était plus un match mais un spectacle et il n'y avait en grande majorité que des spectateurs, pas des supporters. Ce jour-là, je me suis levé à la mi-temps, perplexe, perdu, plein de doutes. Et au lieu de refaire la première mi-temps avec mon frère à mes côtés, j'ai pris la sortie et je suis parti sans rien dire, les dents serrées. Moi qui, pendant des années, pestait contre ceux qui s'en allaient cinq minutes avant la fin du match. Moi qui ai soutenu ces couleurs (on ne dit pas "supporter", on "supporte" les aléas de la vie, les impôts, sa belle-mère mais on "soutient" une équipe) contre vents et marées à l'époque où il était mal vu d'aimer le PSG, ce jour-là, j'ai quitté le Parc des Princes. Sans même prévenir mes amis. Trop, c'était trop. La passion, ce n'est pas seulement des grands noms sur le terrain. La passion, c'est le partage, c'est un but commun. La passion, lentement, s'était étiolée, perdue dans les insultes à Gabriel Heinze quand il était revenu avec le maillot de l'OM, perdue par ces jolis petits drapeaux sous les sièges que l'on est quasi obligés de remuer au-dessus de nos têtes, perdue à cause de personnes ignorantes du football qui sifflent leur équipe à 0-0 au bout de 20 minutes de match, perdue dans ce stade qui ne résonnait plus.

Très cher Nasser

Cher Nasser, vous vous plaignez que le Parc des Princes ne soutienne pas son équipe, vous dites votre désarroi de n'avoir pas un public à la hauteur de votre équipe. Mais il ne pouvait en être autrement.

 

Bien sûr qu'il fallait agir après les années 2006 à 2010, au pire moment de l'histoire du club, de la rivalité entre Auteuil et Boulogne, pour éviter un nouveau Yann Laurence, un nouveau Julien Qemeneur. Bien sûr que le Plan Leproux était nécéssaire pour éradiquer les 200, 300 ou 400 pseudo-supporters que les directions successives avaient trop longtemps laissé faire en toute impunité, pour qui le Parc n'était pas un stade mais une tribune politique, une arène de gladiateurs. Bien sûr qu'il fallait agir. Mais quand on vire 10 000 personnes pour en éradiquer 200, quand on coupe le tronc et les racines d'un arbre pour se débarrasser d'une branche pourrie, on se retrouve dans votre situation actuelle. Avec des spectateurs, des "Footix" comme on dit dans le jargon, qui n'ont aucune culture footballistique. Ceux qui ne savent pas ce que c'est que de soutenir une équipe, ceux qui se mettent à siffler car il n'y a pas un score fleuve au bout de vingt minutes de jeu, ceux qui ne respectent pas l'adversaire en lançant des Ola à 1-0 car ils ont vu faire ça au Stade de France qui est tout sauf un stade de football.

Très cher Nasser

Cher Nasser, pour avoir un public digne de ce nom, il faut à nouveau autoriser les associations de supporters maintenant que le Parc est "pacifié", quoique j'ai passé mon enfance dans ce lieu sans jamais avoir eu de problèmes. Il faut des supporters, pas juste un prestataire qui vous vend des drapeaux par milliers alors que c'est le public qui s'en chargeait avant 2010. Gratuitement. Passionnément. De vrais supporters qui préparent des tifos géants pendant toute la semaine, qui donnent leur temps et leur énergie pour soutenir leurs couleurs. Un public pour qui le PSG est plus important que tout et pas juste un sortie hebdomadaire ou un concert de U2.

 

Regardez Dortmund, regardez Manchester, regardez Liverpool, regardez Galatasaray, c'est ça des supporters et autour de Paris, nous avons ce vivier. Oui, Paris peut aussi devenir un ville de football. Mais pas sans associations de supporters gérés par le club, en accord avec le club, pour le club, avec le club. Et c'est ce dont vous avez besoin pour qu'enfin le Parc sonne et tonne à nouveau, pour qu'il fasse peur aux équipes visiteuses, pour que ce 12e homme aide le PSG dans sa quête du Graal : être le premier club français à gagner (pas acheter, hein, comme l'OM) la Coupe d'Europe des Clubs Champions. Bref, un vrai public, ce n'est pas avec des millions que ça s'achète, même avec une Mastercard Black Platinium. Mais avec une politique à nouveau ouverte vers eux, organisée avec et pour eux.

 

Un supporter historique (sans avoir le crâne rasé pour autant) qui aimerait bien revenir au Parc.

 

P.S : Au fait, cher Nasser, remplacer "Who said i would" de Phil Collins par "Ô ville lumière", c'est vraiment une très mauvaise idée. Laissez les chants de supporters aux supporters et laissez cette chanson qui fait monter la pression, qui fait taper dans les mains, qui fait vibrer le Parc depuis 1992. Merci.

commentaires

sinseox 23/12/2015 00:07

Merci pour cet article ! En revanche, pour le 1er retour de Heinze à Paris, on était avant la mise en place du plan Leproux non ? Puisque dans mon souvenirs, il y avait quelques banderoles pour l’accueillir. Les insultes pour le coup ne sont donc pas le fait du "nouveau public". Par ailleurs, j'ai été surpris par la référence à Liverpool et Manchester en tant que "modèle" de supportérisme. Je ne suis ni allé à Anfield ni à Old Trafford, mais d'après ce que j'ai pu lire ou entendre, depuis quelques années l'ambiance est loin d'être follichonne. Je crois qu'Old Trafford (à moins que tu ne parles de Man City) est assez réputé pour son relatif silence, mais même Anfield est bien plus calme dorénavant (les enceintes sont trompeuses). La politique tarifaire l'explique en partie (combinée aux mesures de sécurité) : un peu comme au parc, on sélectionne un public aussi par l'argent, un public plus consommateur, qui vient voir son "spectacle" et qui veut en avoir pour son argent. Dans une interview récente, le réalisateur d'un documentaire sur Bill Shankly, fan de Liverpool depuis toujours, disait que désormais ce n'était plus les gens de Liverpool qui allaient au stade...

PA Gillet 25/12/2015 18:20

Oui, on était sous Leproux mais il y avait déjà des gens avec une mémoire très sélective :)) Concernant Liverpool et Manchester, je parlais globalement de ferveur mais comme dans beaucoup d'autres stades anglais, les prix ont tellement augmenté qu'effectivement, ça a changé la population. Merci pour ton commentaire.

BOUQUIN 22/12/2015 20:53

Bel article en effet même si certains raccourci étaient évitables comme les allusions à peine cachée au Kop de Boulogne ou on avait pas tous le crâne rasé, cliché quand tu nous tiens .... ou alors pour la parité vous auriez pu rajouté "et une carte de membre de la licra ou de Sos Racisme", et ça me fait mal de faire de la pub pour ces pseudo organismes politique et opportunistes de gauche qui ont joué un grand rôle dans la radicalisation d'Auteuil à l'extrème gauche pas plus recommandable que l'autre avec la suite tragique que l'on connait tous. Bref mon commentaire ne plaira pas à la plupart mais comme notre slogan le dit parfaitement "no one like us & we don't care !". KOB et PSG forever.
Bouquin, abonné de 1986/87-2009/10.

PA Gillet 25/12/2015 18:22

Les raccourcis, je les ai subis dès 83 où quand je disais que j'étais supporter du PSG, c'est un peu comme ça qu'on me voyait aussi malgré mes cheveux pas si courts. Longue vie aux vrais supporters (donc pas extrémistes, quelle que soit l'extrémité).

pno 19/12/2015 22:49

Joli article. Je m'y reconnais à 95%. Je suis né en 1969 et je suis venu au Parc dès 1975...
A 95%, pour deux raisons :
- la première, c'est que je ne suis pas parti, je suis toujours abonné. Oui, je vois parfois un public étrange, sans culture du foot, sans culture du PSG... Mais si nous partons, qui va les éduquer ? Leur apprendre ce qu'est le PSG d'avant. Et puis je ne vais pas abandonner ma passion parce que ceux qui m'entourent au Parc connaissent moins le foot et le PSG que moi ? Alors, je résiste, comme d'autres, et je soutiens encore et toujours mon club.
- la deuxième raison, c'est que tu parles de 200 cinglés. Oui 200, 300, 400, peu importe. Mais qui les a laissés prendre tant de place, avoir tant d'influence ? Nous. Nous et les dirigeants de l'époque. Nous avons laissé entrer le monstre. Et le monstre, celui d'Auteuil ou celui de Boulogne, a pris le pouvoir...

Nasser vend du spectacle. Oui. Et nous profitons de ce spectacle. Nasser va faire un pas, un jour ou l'autre pour recréer ces associations de supporters. Mais il faudra faire des compromis. Forcément. Et si nous refusons ces compromis, ce serait une erreur et ça démontrerait que finalement, nous n'aimons pas tant que ça le PSG...
Encore une fois, joli article, bravo.

Robert-Philippe Heller 19/12/2015 19:39

Salut PA. Bel article. Bravo. Allez le Red Star.

PA Gillet 19/12/2015 19:45

Thanks mate.

Lulu le nantais 19/12/2015 17:26

Salut
C'est triste un match sans 12ème homme. C'est bien si ce cher Nasser s'en rend compte : peut être pourra-t-il user de son "pouvoir" (i.e. argent...) auprès de l'homme à moustache.
J'ai lu un billet sur le blog de Diego Boustosse : http://football-forum-faceties.over-blog.com/2015/12/touche-pas-a-ma-tribune.html
et oui, je suis un supporter, un soutien du FCN, et la Brigade Loire est là, bien présente, et fait du bruit pour son équipe. Trop à en croire la ligue et autre brigade sécuritaire
tout ça pour se branler la nouille devant un bien triste championnat, l'imaginant aussi spectaculaire que la Premier League ou la Bundesliga, alors qu'il n'est que 6ème d'Europe derrière celui du Portugal
Des stades avec des supporters oui, bien sur, tout le temps, mais que la ligue arrête de les voir comme des terroristes

PA Gillet 19/12/2015 19:45

Merci Lulu et bonnes fêtes !

Haut de page