Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

The Hateful One

par PA Gillet 26 Janvier 2016, 13:28 La vie est un Western

... Depuis l'avènement de Frankie Lowland en tant que sheriff, la petite ville de Chihuahuan était bien plus calme. L'exil forcé de Shark Ozzie y faisait pour beaucoup, même si Mareen Nepel tentait de prendre la place vacante, jusqu'ici sans succès. Jeff Copey et Sateen Morendo, la danseuse de saloon qui a une amie noire ne faisaient quasiment plus parler d'eux. C'est dire. Chihuahuan était devenu tel Waterloo, une morne plaine mais avec des cactus et des crotales en plus, vu qu'on est dans l'Ouest et pas dans le Brabant wallon. Pourtant, à l'heure de la sieste (soit entre 12h et 18h, le temps de digérer le chili), un étrange sentiment parcourut toute la ville. Une sensation inexplicable. Quelque chose se tramait, quelque part.

The Hateful One

Tel un mirage, une minuscule silhouette apparût à l'horizon, vascillant sous l'effet de l'intense chaleur du désert telle la flamme essouflée d'une lampe à pétrole. Plus celle-ci avançait, plus on pouvait se rendre compte que soit il n'allait pas vite, soit que l'homme n'était pas grand. Il eut d'ailleurs toutes les peines du monde à passer au dessus des barrières qui entouraient Chihuahuan, barrières destinées à garder les veaux jusqu'à ce qu'ils deviennent des côtes grillées. Non sans mal, il sauta le dernier obstacle, ses santiags à talonnettes s'enfonçant de nouveau dans la poussière ocre de Chihuahuan. La première fois depuis longtemps. Shark Ozzie était de retour en ville. Ou était-ce Paul B. Smutt ? On n'était jamais sûr.

The Hateful One

Alan Jippey, Frankie Fillone et Bruno Mayor, la vieille et nouvelle garde des opposants à Shark Ozzie, furent les premiers à le reconnaître, probablement à cause des tics nerveux caractéristiques qui agitaient l'une ou l'autre de ses épaules. C'était bien Shark Ozzie, pas de doute. Sauf si c'était Paul B.Smutt (voir ici l-homme-au-recoltes-d-or). On ne sait jamais trop. En voyant son maître, son mentor, son frère, son ami, son possible sauveur car il était bien dans la merde, Pat Balcony eut une formidable érection. Passant par là, un indien vit la scène et eut l'idée du tipi car on ne le sait que trop peu mais les indiens habitaient jusque là des igloos en bouse de bison séchée. Shark s'adressa à ses ex-coéquipiers, les yeux dans les yeux.

The Hateful One

"Alors, hein, tout d'abord, je vous remercie de m'avoir invité...". Frankie Fillone le coupa : "Tu n'es pas le bienvenu ici, Shark !", Alan Jippey embraya : "On ne veut plus de toi ! " et Bruno Mayor conclut : "Persona non grata !". Shark s'offusqua : "Mais la nonne Gratta n'a rien à voir avec tout ça et puis je ne l'ai pas revue depuis le séminaire et en fait, je viens parce que j'ai écrit un livre. Gnii. Un livre sur moi, bien sûr. Et je tiens à vous signaler que c'est tout de même très important. Gniii".

The Hateful One

Il ajouta "Enfin, j'ai écrit... ce n'est pas tout à fait exact, j'ai pris un nègre malgré la désapprobation de principe de mes fidèles Bryce Hurtafew, mon double grand et blond et Klaus Gayhand, mon célèbre despérado onaniste d'origine germanique. Eux voulaient que je reprenne Pat Bush comme avant mais on est un peu en froid depuis que j'ai su qu'il m'écoutait dans l'intimité avec ma Carlulla que j'aime". 

The Hateful One
The Hateful One

"Je veux que vous fassiez lire cet ouvrage à tous les Chihuahuaiens et les Chihuahuaiennes pour qu'ils sachent à quel point je les aime très fort, gnii, que j'ai changé, oui, encore, et que si quelqu'un doit abattre Frankie Lowland pour le compte, gniii, il faut que ce soit moi. Nonobstant ces ridicules petits détails avec la justice et mon aversion pour les cafards, les rapports anaux non-consentis, les travaux forcés à vie sous le cagnard et le rata dégueulasse tous les soirs jusqu'à ce que mort s'ensuive. Je ne suis pas un numéro ! Encore moins un matricule ! Je veux faire comme El Chapo !" Incrédules, Frankie Fillone, Alan Jippey et Bruno Mayor lui répondirent d'une seule voix, une voix primaire : "Calme-toi, Sharkie, tu n'es pas encore au cachot. Malheureusement". Shark sortit son Colt et les mît en joue. Pat Balcony banda de plus belle. "Gniii, tout le monde le lit ou je fais une hécatombe, un massacre, j'extermine, j'anéantis, j'étripe, j'immole, je dévaste, je détruis, je saccage, je pogromise ! Gniii !".

The Hateful One
The Hateful One

Shark Ozzie avait juste oublié qu'un pogrom dans le Far West, ce serait ridicule avec la neige, les sabres, les Cosaques et les chapkas et surtout, que le taux d'analphabétisation avoisinait les 98% à Chihuahuan. Et comme personne ne le croyait plus depuis longtemps, ce n'est pas un livre qui allait changer l'affaire. Ainsi que le disaient parfois les prostituées du saloon déçues de l'indolence temporaire d'une récalcitrante protubérance encore flageolente : "Son méat coule pas ? Il peut se le mettre au cul". Mais de mauvaise grâce et sous la menace de Shark et de son .45, Frankie Fillone, Alan Jippey et Bruno Mayor furent obligés de partager les nombreux exemplaires du livre de Shark Ozzie avec les habitants illetrés de Chihuahuan, tout heureux d'avoir gratuitement à disposition un stock de feuilles de papier doux parfaitement calibré pour une de leur activité favorite. Le livre eut beaucoup de succès sur le trône mais il y avait encore du chemin pour que Shark y accède à nouveau.

 

Tous les épisodes de La Vie est Un Western sont à retrouver ici : la vie est un western.

 

commentaires

Haut de page