Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C'est vendredi, c'est le bordel #278

par PA Gillet 5 Février 2016, 00:00 Le Bordel du Vendredi

... Le constat est accablant mais il faut bien l'assumer : oui, nous sommes vendredi. Et à la lueur de cette information exclusive, il n'est pas interdit de penser qu'il se peut, probablement, que ce soit aussi un chouya le bordel sur ces pages. Attendez, je vérifie en coulisse... c'est bien ça, on me le confirme également dans mon oreillette, il est temps de lâcher (avec un accent circonflexe) le Bordel du Vendredi avec comme mise en bouche, quelques pages du sublime livre "Money" par Prill Vieceli Cremers qui s'est intéressé aux symboles et autres sujets des billets de banque partout dans le monde qui sont comme il le dit "des mini-publicités proclamant un monde parfait". À voir absolument ici : prillviecelicremers.ch/money

C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278

Poursuivons plus en avant ce grand bond en avant pour le peuple principalement germanique en 1938 avec le premier catalogue d'une petite qui ira loin dans la vie. Même jusqu'à Hollywood.

C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278

Comme la jeune Chantal passait par là, profitons-en pour apprendre avec elle comment retirer ses gants, comment porter ses livres et surtout, comment tenir un sac en bandoulière car c'est vrai que c'est pas évident pour le commun des mortels comme nous autres. Poursuivons par un Monopoly qui sort du placard, un vase qui se déhanche et une lampe qui poudroie, qui flamboie et qui fait voir venir de magnifiques arbres de fort belle facture mais tout ceci est à voir eud' par là : gearbest.com/home-decors

C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278

D'un coup d'aile de chauve-souris pas piquée des hannetons car elle les bouffe, volons vers la suite de ce bordel sans plus attendre et puis en plus, elle est pas douée pour le vol stationnaire.

C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278

Invitons-nous à la table de Monsieur Gotlib avec quelques amis de qualité, rajoutons un doigt de Cy Twombly par Robert Rauschenberg en 1951, un peu de Terence Stamp et Monica Vitti et Adolphe Pierre Jules Edmond Desproges avec des enfants tous blonds mais malheureusement sans son grand ami Heinrich Himmler occupé actuellement en Hollande après un passage en prolongé en Pologne et tout le monde sait bien qu'on ne peut pas être à la fois au four et au moulin. 

C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278

Conan mal an, on avance quand même dans ce bordel qui est un vrai massacre à la Roger Corman évidemment mais pas autant que la coiffure et les idées du peut-être futur pas président des États-Unis de 'Murica.

C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278

Passons entre les braies d'Obélix pour comprendre enfin la vérité sur Dieu, le paradis artificiel et tout ça vous est en sus servi sur un plateau telle Jaimie, ses biscotos et sa Mini qui a visiblement un problème de pot.

C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278

Enbrayons sur une Hispano-Suiza Dubonnet Xenia, une DS Salt Flat Racer de toute beauté et une muscle car bien équipée, la Mustang Shelby GT500 avec un petit V8 de 7013cm3 et de 350 à 750 chevaux selon les années entre 1964, année basique et 1969, année érotique.

C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278

Vite, passons à ces jambes de toute beauté et de Fernand Fonssagrives, grand photographe de mode des années 40 et 50, un œil magnifique à découvrir plus en avant sur lapetitemelancolie.com/fernand-fonssagrives-light-and-shadows/

C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278

Quoi ? Kesskiya ? Tu veux que je te gif ? Ben alors, c'est pas compliqué. Fallait juste demander.

C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278

Enquillons sur quelques donzelles de qualité avec une Liv Tyler eud' hier, une Marilyn de 52, un bon cru, par David Preston, un sacré cocu, un inconnue au regard de velours et Gigi Hadid qu'a encore des problèmes de lombaires alors fait qu'elle s'étire, elle y peut rien, c'est son osthéo qui lui a demandé alors faut pas déconner avec ça.

C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278

Un drapé de fort bel effet, des mains qui ont la parole, en l'occurrence "Ouh là, toi, viens que je t'attrape", une corvée de linge réalisée avec brio (Brio, lessive bio seulement 5,95 le baril de 2kg) et un dos idéal pour écrire une symphonie.

C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278

Allez, il en reste un peu, je vous l'emballe c'est pour moi et merci de passer sur la pointe des pieds, la dernière donzelle s'est endormie.

C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278

Niveau damoiseau, du lourd avec Bebel qui fait son Mickey, un Kevin Spacey encore loin d'être Kaïzer Sauze et un Keanu tout choupinou. C'est seulement quand il ouvre la bouche que ça se complique.

C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278

Si quelqu'un veut bien se dévouer, Harrison Ford se les pèle alors que d'autres ne font pas autant de chichis et que s'amène James Beatle, un cousin éloigné mais talentueux du 007 original.

C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278

Et puis, de toute façon, si ça ne vous plaît (avec un accent circonflexe, SAUVONS L'ACCENT CIRCONFLEXE, JE SUIS ACCENT CIRCONFLEXE !) pas, vous savez à quoi vous en tenir.

C'est vendredi, c'est le bordel #278

Vite, passons à de l'art et comme cette semaine, vous m'êtes éminemment sympathiques, je vous mets deux Hermann Glöckner de 1970 pour le prix d'un (non, ne me remerciez pas, c'est tout naturel), "La cheminée", le premier tableau en 1918 de Charles-Edouard Jeanneret dit le Corbusier et un Giorgio Morandi de 1931. C'est écrit dessus comme le Port-Salut.

C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278

Il est temps désormais de passer aux célèbres Messages à Caractères Informatifs de cette semaine car les précédents étaient un peu rances alors j'ai préféré les jeter. Du frais, toujours du frais. 

C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278
C'est vendredi, c'est le bordel #278

Et c'est tout pour aujourd'hui mais avant de quitter ce bordel, n'oubliez pas que vous pouvez vous abonner à ce blog pour la somme modique de rien du tout et que vous pouvez offrir le bordel du jour à vos amis, votre entourage, vos connaissances, les autres en le partageant furieusement sur Facebook, Twitter, Linkedin, Google+ grâce (accent circonflexe) aux astucieux boutons ci-dessous. Sur ce, hein, on va pas s'éterniser, bon vendredi, bon week-end et à la semaine prochaine.

C'est vendredi, c'est le bordel #278

commentaires

Jules 05/02/2016 09:57

De bien belles dames oiselles.
Qui est celle perdue dans un supermarché?

PA Gillet 05/02/2016 10:02

C'est la sublime Jeniffer Connelly (je conseille la vision du film The Hot Spot avec elle et une sublime B.O de John Lee Hooker.

Claudjakiss 05/02/2016 09:06

Excellentissime bordel !

PA Gillet 05/02/2016 11:16

Foufoune anonyme, malheureusement.

Jules 05/02/2016 10:45

Merci.
J'abuse... : La foufoune laser?

PA Gillet 05/02/2016 10:03

Merci bien beaucoup....

Haut de page