Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C'est vendredi, c'est le bordel #282

par PA Gillet 11 Mars 2016, 00:00 Le Bordel du Vendredi

... Oui, à nouveau, une fois de plus, une fois encore, nous sommes vendredi. Et comme à l'accoutumée (l'Accoutumée, menu à 13 euros avec entrées variées, plat unique, dessert ET café, 13, route de Giverny 25688 Saint-Bouzin), c'est un petit peu le bordel ici avec une sélection d'images vues pendant la semaine, remisées par devers moi et reversées ici dans un ordre qui n'est ni celui des Templiers, ni celui de Malte au cas où vous pensiez que mais non pas du tout, en fait. Et pour démarrer ce bordel, voici l'idée qui parlera à tous ceux et celles qui avaient encore la jeunesse devant eux dans les années 80. Oui, la console Nintendo téléphone existe (presque) et elle arrive (entre bientôt et un de ces jours, éventuellement). Ah là là, que d'émotions. Allo, c'est qui ? C'est Mario. Oui mais lequel ? Mario. Ah, salut Mario. Bref.

C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282

Mais sans plus tarder, concentrons-nous sur cet épineux problème concernant le trou des donuts qui ne cesse de se réduire depuis quelques générations. Où est le problème, qui c'est qui l'a piqué, ben l'est où le trou ? Vaste sujet sur lequel je vous laisse disserter, si possible gaiement comme sur l'autre problème ci-dessous qui animera savamment vos soirées pascales ou pas pascales, c'est comme chacun veut. Et chacune itou.

C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282

Tous ensemble, tous ensemble (hey), rejoignons ce magnifique canapé Camaleonda en cuir couleur cognac par Mario Bellini dans les années 1970 et surtout, ne répondons pas malgré l'aspect hautement sexy de ce téléphone car c'est encore un appel pour des doubles vitrages à la con, chier, merde, bordel.

C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282

Enchainons avec une Cadillac, une Buick ou une Chrysler rose (celle qui ne peut plus rouler mais c'est là que je fais l'amour cf. Dashiell Hedayat), avec un détail piquant surtout au niveau du cou et quelques nuggets gratuits car c'est c'est fête puisque c'est vendredi.

C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282

Rajoutons un cœur pas facile à réchauffer, un Mawashi Geri de qualité et puis si ça ne vous plaît pas, voyez avec la maman sise plus bas.

C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282

À ce moment du bordel, il est essentiel de ne pas se tromper de bouton afin de poursuivre mais là, j'ai un doute. Essayons celui-ci. Ouf (malade), ça marche alors profitons-en pour admirer ce corsage trop sage et puis si ça ne vous plaît pas non plus, voyez avec l'animal aquatique nocturne qui n'est pas un Wakete, je peux le certifier sur l'honneur. Non, ce n'est pas un Fifu non plus. Et encore moins un Tzigizikizgizikizissss.

C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282

Plongeons désormais vers de nouveaux horizons  dont celui de cette charmante rabbine qui n'a, à priori, pas de lien avec Yitzak mais je me renseigne et je vous dis, fonçons tout schuss dans cette poudreuse aguicheuse vers ce cheval couplé avec un caniche (assez rare) et puis ça ne vous plaît pas non plus, de toute façon, ça continue par là quand même.

C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282

Passons à quelques donzelles sélectionnées avec soin (les miens) et attention avec la magnifique Anne Flemming, playmate de 55, les sœurs Wolfe à la plage par Louise Dahl, oui, la créatrice de ces délicieuses lentilles indiennes et la maman d'Olivia car Olivia avait envie et ça me fait plaisir et c'est encore quand même un peu mon blog ici donc j'y fais ce que je veux.

C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282

Marianne Faithfull par Terry O' Neill ? Z'avez qu'à demander, c'est pas plus compliqué que ça, tout comme Mireille Darc avec un avion. Non, c'est pas plus con et c'est possible aussi. Oui, oui.

C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282

Ajoutons deux décolletés pour le prix d'un, une Tina sous un dôme du tonnerre et une Bar, pas royale mais assez princière.

C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282

Allez, petite pause clope syndicale avant de suivre cet auguste postérieur qui n'a pourtant rien à voir avec le clown vu qu'il est dépourvu de nez rouge. Et c'est heureux.

C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282

Pour les damoiseaux, un Robert, deux Robert (ça marche mieux par paire), une Barbaque vendue avec (Meatballs en V.O.), un musclé torturé et un musclé lépidoptérisé pour rester léger.

C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282

Car il est l'heure de passer à la sélection de gifs de la semaine  qui ont plein de trucs à vous dire. Mais quoi ? Là encore, ça reste un mystère que je vous laisse éclaircir comme le disait si bien Michael Jackson avant son décès car maintenant, on ne l'entend plus. Hein Michael, t'es où ? Alors.

C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282

Peu d'art cette semaine mais de l'art de qualité avec Emil Bisttram (americain né en Hongrie, 1895-1976), Transcendental Abstraction de 1937, une œuvre sans nom de Hidehiko Goto (à priori pas Hongrois quoique des fois, Hongrois que mais en fait non) et une petite partie de campagne par Maurice de Vlaminck et en 1906 s'il vous plaît.

C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282

Et c'est l'heure de passer aux célèbres Messages à Caractères Informatifs de la semaine qui sont tout aussi informatifs que d'habitude, soit pas du tout soit autant que vous le souhaitez. N'hésitez pas à les voler, à les partager (et éventuellement à citer ce blog mais c'est pas obligé non plus mais ça ferait plaisir).

C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282
C'est vendredi, c'est le bordel #282

Et c'est tout pour aujourd'hui mais n'oubliez pas avant de partir que vous pouvez vous abonner à ce blog pour une somme oscillant entre que dalle et zéro euro et qu'en plus c'est gratuit si vous partagez le bordel du jour avec les astucieux boutons Facebook, Twitter, Linkedin situés ci-dessous. Plus le bordel est partagé, plus l'abonnement est gratuit. Oui, on vous soigne ici au Bordel. Bon vendredi, bon week-end et à la semaine prochaine.

C'est vendredi, c'est le bordel #282

commentaires

Haut de page