Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C'est vendredi, c'est le bordel #284

par PA Gillet 25 Mars 2016, 00:00 Le Bordel du Vendredi

... Oui, une fois de plus, nous sommes vendredi et nous aurions tous et toutes aimé que le Bordel reste bien à sa place en fin de semaine au lieu de se propager outre-quièvrain mardi dernier sous l'égide de quelques fous d'un Dieu qui les conchie s'il est vraiment Dieu et qu'il a un peu de couilles, sauf si Dieu est une femme auquel cas, oups, pardon madame, excusez-moi. Bruxelles attaquée, Bruxelles endeuillée mais Bruxelles unie, debout, une fois, deux fois et autant qu'il le faudra face à l'adversité (L'adversité, bar-tabac, 53, rue de Hazebrouk, 8300 Knokke-le-Zoute). Nul doute que Bruxelles va à nouveau rêver, chanter, danser avec ou sans femmes à crinolines devant les vitrines et messieurs en gibus dans l'omnibus et nul doute que vaille que vaille, le Bordel doive garder le cap, le pic ou la péninsule avec pourquoi pas, eh ben oui, le sublime travail de découpage long et précis de Maude White qui n'a absolument rien à voir avec Barry, Jack, Maurice ou Zara mais dont le site se trouve ici ici bravebirdpaperart.com.

C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284

Tout de suite, paf, allons-y, rendons-nous dans cette clémentine géante parce que c'est comme ça au Bordel et poursuivons avec les couleurs Pantone plus vraies que nature de Lucia Litman dont vous pouvez voir plus de créations achte bien sur sa page Instagram ici  instagram.com/lucialitman/ alors qu'ici par exemple, il n'y a absolument rien si ce n'est la fin de cette phrase conclue fort logiquement par un point.

C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284

Enchaînons de ce pas et même de ces roues avec ces quelques concept-cars japonais des années 50 à 70 avec par ordre d'apparition, une Toyota Publica Sports de 1962, une Toyota EX-II de 1969, une Mazda RX500 de 1970, une Nissan 270X de la même année, une Nissan 216x de 1971 et une Toyota EX-7 de 1972.

C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284

Mais le meilleur reste à venir avec ce concept-car Toyota RV2 de 1974 que Martine Camillieri validera assurément pour ses idées de K-mion itinérant et ses balades un peu partout dans le monde avec les moyens du bord. Hop hop et hop, à poil, hop hop hop, on se couche, hop hop, on roule, hop hop, on remballe et hop, on repart ailleurs.

C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284

Mais sans transition, même pas un "Tout d'abord" ou un "En premier lieu", passons à cette belle série photographique de Börje O. Löfman cherchant à dépeindre l'urbanisme galopant, tagada tagada, de Helsinki des années 50 jusqu'au milieu des années 1960 à 12h37 précisément.

C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284

N'oublions pas de saluer la mémoire de Johan Cruyff, parti hier pour une chevauchée sauvage de football total vers son dernier but, les cheveux au vent, dribblant zéphirs, siroccos, tramontanes, noroîts et suroîts avec une déconcertante facilité et un style tout en fluidité.

C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284

Suivons Akira Kurosawa sur le tournage de Kagemusha, oui, rien que ça, l'œil affuté de Gary Winogrand, une rousse en pleine secousse, un baiser antique et passionné, un horoscope hot hot hot et un chien chaud aussi, surtout d'en haut.

C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284

Ajoutons trois belles images de Ruby James, fils illégitime de Jack Ruby et Rusty James comme vous devez vous en douter, qui est photographe de mode de son métier et c'est tant mieux pas parce que je ne ferai pas ça tous les jours mais parce qu'il semble avoir du talent.

C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284

Et là, si on vous gaule au bureau en train de lire le bordel, cette image n'a de but que de pouvoir dire "Il a bon dos le bordel" et certes, c'est une évidence comme le dirait Beckett, il a fort bon et beau dos, en attendant.

C'est vendredi, c'est le bordel #284

Sans donzelles, le Bordel ne serait pas le bordel et c'est par pur esprit de solidarité avec nos amis belges que je me permets de porter à votre attention la plastique généreuse et joliment proportionnée de la splendide (et belge, donc) Stephanie Rose Bertram, madame Gregory Van der Wiel, latéral droit de talent mais très inconstant du PSG. Stephanie, les amis du Bordel, les amis du Bordel, Stephanie. Et puis si ça ne vous plaît pas, démerdez-vous avec elle.

C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284

Mais comme il en faut pour tous les goûts et que les miens sont éclectiques et que je fais ce que je veux ici parce que c'est mon blog, rappelons-le, je vous rajoute la sublime Myla Dalbesio. Myla, les gens du blog, les gens, Myla que vous pouvez appeler Roger dans l'intimité mais voyez avec elle d'abord et faites gaffe, elle est indomptable.

C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284

Sur ce, non, pas ce juste là, ce ce là, passons à quelques gifs sélectionnées pour vous raconter une histoire sans queue ni tête mais avec plein d'autres morceaux de barbaque dedans malgré tout.

C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284

Vite, passons à de l'art avec le très étrange mais néanmoins passionnant travail d'Aykut Aydogdu avec un accent normalement sur le g puisqu'il est turc mais je sais pas trop comment faire alors on va s'en passer. Pour en voir plus, sa page Behance est ici pour les plus curieux (et curieuses) behance.net/ayknroses

C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284

Et même si ce n'est pas très nouveau car datant de 2011, ajoutons un sublime installation de Jan Fabre revisitant à sa manière toute particulière la Piété, le chef-d'œuvre de Michel-Ange, le petit ami de Molitor. Ah non ? Ah bon.

C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284

Afin de pouvoir conclure de façon concluante ce bordel au niveau de la finition finale, passons aux Messages à Caractères Informatifs qui ferment généralement le banc et ce, avec un cadenas, un U et une chaîne Python en acier tungstènérisé anodisé de sa race.

C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284
C'est vendredi, c'est le bordel #284

Et c'est tout pour aujourd'hui mais n'hésitez pas à remercier l'auteur de ce bordel en likant (avec un statut sympa), en twittant (hashtag #BordelDuVendredi) et en partageant par tous les moyens ci-dessous ce bordel avec vos ami(e)s qui vous en seront gré ou pas et n'omettez pas de vous abonner si vous en avez envie. Si non, surtout n'en faites rien. Bon vendredi, bon week-end Pascal avec les œufs, les lapins et les cloches, le tout à priori sous la pluie et à la semaine prochaine. 

C'est vendredi, c'est le bordel #284

commentaires

barry younf 18/04/2016 21:02

fantastique. vous etes les gherkins!

Fifi 27/03/2016 09:30

Et la tendresse, bordel ?

tassine 25/03/2016 15:59

wahou

Haut de page