Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C'est vendredi, c'est le bordel #285

par PA Gillet 31 Mars 2016, 23:00 Le Bordel du Vendredi

... Un Bordel ? Pourquoi ? On est vendredi ?

 

 

 

 

 

 

 

 

... Bon, ok, pas de blague alors. Nous sommes vendredi 1er avril et ça continue à être sacrément le bordel eud' partout, chez nous, dans le monde et il n'y a aucune raison, même pas un toute chtite, qui pourrait empêcher qu'ici aussi, ce ne soit pas le bordel. Mais un bordel, doux, cajolant, qui détend et tout ça pour rien, nib que dalle et ça démarre tout de suite avec les intrigantes réalisations de Kathryn Blake qui sait sacrément chiader ses 3D, euh qui est une artiste numérique avec un indéniable talent et un univers assez étonnant. Pour en voir plus sur Kathryn Blake, c'est pas compliqué, c'est sur son Instagram ici instagram.com/blakekathryn.

C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285

Si vous voulez vous mettre un peu de musique pendant la lecture de ce bordel, je vous recommande ce concert des Kinks en France en 1965 parce que les Beatles, c'est surfait et les Rolling Stones, c'est déjà mieux que les garçons gnangnan dans le vent mais c'est pas les Kinks.

Pffuit, envolons-nous vers le Canada pour féliciter les locaux de l'accueil chaleureux qu'ils ont réservé à notre Marine nationale, franchement bravo, levons le coude à leur santé avec cet astucieux et élégant tee-shirt-glacière de toute beauté et pour atténuer notre haleine désormais chargée, prenons un peu de Zep, non, de Lez, de Pez Zep, ah oui, de Led Zep. Ramble on, quoi.

C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285

Pour ceux ou celles qui veulent faire une pause, c'est là, tout de suite sur ce splendide fauteuil de barbier et pour vous sustenter, c'est chez mon ami Miguelito le roi du Taco. Dites-lui d'y aller doucement sur les piments mais c'est votre seule option parce que Mikeline et son rôti dans le four quand il y a Spock à la télé, c'est le désastre assuré. Pour la suite de ce bordel, merci de vous munir de cette clé dûment certifée et veuillez poursuivre sans trop tarder car le lapin est déjà en retard.

C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285

Poursuivons vers la maman de Moumine, Tove Jansson elle-même, un petit tour en balançoire et on y va. Mais où ça ? Au cinéma. Voir Klimt. Klimt Eastwood.

C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285

Attention, ce vendredi au bordel, c'est Johnny Cash qui est Sherif. Déconnez pas. Alors ajoutons tout de go un Kramer en robe de chambre, un Marlon marlou et un Nat King Cole cool (excellente exercice de diction. Répétez 10 fois : Nat King Cole cool. C'est bon, poursuivez).

C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285

Rajoutons un Paul Simon en liquette, un Paul moins Simon mais en débardeur, un Tommy mais pas besoin de l'appeler, il n'entend rien et un Rocky affuté comme le couteau de Rambo I, II, III ou IV, au choix. 

C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285

Plenons le temps de nous libeler de notre tlop de tension en platiquant la technique du Flamand Lose populalisée par le célèble Kalaté Kid, pâmons-nous devant un Bluce Splingsteen quasi teen et puis si ça ne vous plaît pas, voyez avec le monsieur plus bas.

C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285

Ou sinon, Ernest a une autre option. C'est vous qui voyez.

C'est vendredi, c'est le bordel #285

Puisque c'est mon blog, je décrète qu'il est là, tout de suite, actuellement l'heure de faire un sieste car Claudia m'attend, pardon, pardon, oups pardon, excusez-moi. refermez derrière vous s'il vous plaît, merci.

C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285

Mais il est l'heure, ouh là, oui, de passer aux gifs de la semaine qui ne sont pas loin puisqu'ils sont par là.

C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285

Passons à quelques donzelles avec la splendide Michelle Angelo, mannequin d'une image iconique de Playboy en 1968 pour un horoscope resté célèbre (d'où le lion sur les photos). Michelle Angelo qui a effectivement tout de l'ange, du divin et du paradis, surtout avec 30 doigts pour des gouzis gouzis délicats. 

C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285

Et contrairement aux apparences, Michelle n'avait rien d'une cruche puisqu'elle s'y connaissait en mécanique, en roulage de joints de culasse, en confection de bulles de savon, en magie noire, en photographie, en maquillage et en corbeille de fruits jolis jolis, ce qui vous pose une femme. Où ça, ? Ici, ça ira. Merci.

C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285

Passons à Sabrina qui, depuis ses déhanchements débordants dans une piscine brûlante, a fort bien vieilli. Et il fallait que cela soit dit et c'est fait et c'est juste là (un peu avant, dans la phrase, suivez, bordel).

C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285

Et afin de vous rappeler qu'ici c'est mon blog et que ce serait bien que personne ne l'oublie, je vous ajoute juste parce que j'en ai envie deux actrices polonaises, Nora Ney et Maria Bogda ainsi qu'Eugeniusz Bodo en 1932 sur le tournage de "Głos Pustyni", film que je ne pense pas avoir vu dans ma carrière d'amateur de cinématographie mais aussi Sophie Marceau sortant de l'eau, Stevie Nicks en plein remix, Tina Turner qui nous enterrera tous, oui, même toi Keith Richards et Uschi Obermaier parce que ça rimait avec Tina Turner et qu'elle a de jolis yeux et puis si ça ne vous plaît toujours pas, vroumm vroapapapapapapaaaa, voyez avec la dame ci-bas.

C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285

Vite, passons à de l'art avec un multiple éloge au carré aux couleurs chamarrées de Josef Albers.

C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285

Ainsi qu'un "Couple enlacé" de 1911 d'Egon Schiele et un Ellsworth Kelly "Untitled (black variant)" de 1960, même que c'est de l'encre sur papier et Peter Kennard et Cat Phillips, "Study of a Head XI" avec du Mix media de dingue et de 2013.

C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285

Et il est l'heure de passer aux célèbres Messages à Caractères Informatifs de la semaine que vous pouvez allègrement partager sur vos murs respectifs si vous avez des murs à décorer. Si pas, faites pas.

C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285
C'est vendredi, c'est le bordel #285

Et c'est tout pour aujourd'hui sauf si d'un coup, d'un seul, vous vous dites "Tiens, je m'abonnerais bien à ce blog pour ne rien louper de ces exceptionnels articles qui fleurissent régulièrement, ajoutant la lumière d'un sourire sincère à ce monde désespérément sombre" et c'est pas con. Et sinon, vous pouvez aussi Liker, Twitter, Linkediner et partager comme vous voulez ce Bordel du jour avec des amis qui auraient bien besoin de s'y détendre, tout ceci par le biais des astucieux boutons ci-dessous. À noter, un bordel partagé sur Facebook avec une phrase de votre cru ou un Bordel partagé sur Twitter avec le hashtag #BordelDuVendredi et la maison vous offre un Bordel totalement gratuit la semaine prochaine. Réfléchissez-y, l'offre est limitée aux 1500 premiers participants. Sur ce, bon vendredi, bon week-end et à la semaine prochaine.

C'est vendredi, c'est le bordel #285

commentaires

Lilou 05/04/2016 22:30

Excellent, ce bordel du vendredi! Excellentissime!

Haut de page