Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C'est vendredi, c'est le bordel #294

par PA Gillet 16 Juin 2016, 23:00 Le Bordel du Vendredi

... À nouveau point vendredi, comme le téton frigorifié de... non... à nouveau point vendredi, comme le jour nouveau, promesse d'un avenir glorieux qui... non... à nouveau point vendredi et des hooligans russes, anglais et marseillais qui mettent la Canebière à l'envers au Brexit qui s'excite tant que Jo Cox, députée pro UE en est morte, des manifs et des casseurs qui vont avec sans n'avoir rien à voir avec à Orlando où on meurt par amour, encore, de DisneyWorld en Floride où les sauriens chopent des vauriens à la Méditerranée où on a enfin des nouvelles du vol 627 pour Sidney, ah non, MS804, d'Oscar Pistorius mignon en moignons pour tenter d'amadouer la cour au Prince William en couverture d'un magazine gay lesbien (mais ne respecte-t-on donc plus rien ?), on peut dire que c'est un sacré bordel tout autour de nous, partout, ici, là et là aussi alors FRANCHEMENT il n'y a absolument aucune raison pour que ce ne soit pas le bordel ici aussi avec une sélection d'images vues pendant la semaine, remisées par devers moi et reversées vers vous par le biais pas con de ce blog qu'apparemment vous fréquentez. Dites, vos parents savent que vous allez au bordel tous les vendredi ? Mais sans plus attendre, démarrons avec les hilarants ajouts de cet employé de boutique de peinture qui s'emmerde probablement à son boulot. On l'excuse, ça arrive.

C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294

Si vous êtes allergiques à tout ce qui rampe et vole et dit parfois "Khomeini, il a un tout ptit kiki, tout petit, petit, petit", scrollez vite pour éviter la vision horrible de ces magnifiques pages d'illustrations de bébêtes en tout genre de l'encyclopedie Roret, éditée entre 1837 et 1847.

C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294

Je vous ajoute deux cœurs dont un humide mais froid et si vous voulez bien suivre les escaliers par là, ce serait bien pour se jeter à l'eau dans ce bordel qui n'attend que vous. Attention, si, à cet instant de la lecture du bordel du vendredi vous vous déshabillez pour continuer à le lire, je dis bravo surtout si vous êtes au bureau et vous avez gagné un bordel gratuit la semaine prochaine, ce qui n'est pas à négliger.

C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294

Trouvons-nous un bon coin, ça c'est fait et admirons Toshiro Mifune qui fume, John Lydon qui fait rien que le copier et Hubert de Givenchy par Laure Albin Guillot en 1948 car c'est toujours ça de gagné que les autres n'auront pas. C'est un peu ça aussi, le bordel. Un privilège. À partager.

C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294

Ajoutons un Clint qui se désaltère avec un bière Karcher, la bière du supporter car oui, Clint est supporter mais comme il parle bien français, il ne "supporte" pas son équipe mais il la "soutient" car c'est sa belle-mère, ses enfants, le percepteur qu'on "supporte" malgré nous alors qu'on soutient son équipe, sa femme, ses amis et puis j'ajoute deux bellâtres gaulés comme des dieux grecs mais avec des vrais abdos et de la vraie peau car le marbre, tout de même, c'est froid à la longue.

C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294

Je pose ici un Navajo faisant boire son appaloosa en 1915 par William Carpenter car 1. c'est intéressant et beau et 2. je fais exactement ce que je veux vu qu'ici, c'est mon blog, comme rajouter là tout de suite un Mickey dépressif et puis si ça ne vous plaît pas, voyez avec la demoiselle plus bas.

C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294

En parlant de damoiselles, j'ai une Billie Holiday de qualité, Christy Turlington qui boude mais qu'est belle avec Peter Lindberg et Eartha Kitt habillée sur un canapé, ce qui est toujours mieux que Nadine Morano nue sur un frigo.

C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294

Donzelles, en veux-tu, en voilà avec une mademoiselle Crumb charpentée comme il les aime et des femmes du monde entier eud' partout bien que je ne vois pas d'habit traditionnel charentais dans l'assemblée et croyez bien que ça me chagrine. Et une Heidi à la fin mais c'est parce qu'il n'y avait pas de suissesse. 

C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294

Passons si vous le voulez bien mais ce serait dommage de rebrousser chemin avec le chemin déjà parcouru, à cette petite (mais qualitative) sélection de gifs à consommer avec modération parce qu'après ça pique les yeux et je ne veux pas de crise d'épilepsie dans le public, merci.

C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294

Vote, non, pas vote, vite, ah oui c'est mieux, vite passons à de l'art avec un pouce levé de César Baldaccini, Edna Andrade et son hypnotisant "Short Ride" de 1969, le génie absolu de Joseph Mallord William Turner dans "A Crimson Sky" d'une date indéterminée alors on va pas commencer à se prononcer au débotté et Robert Oppenheimer et un magnifique collage de différents papiers sacrément chiadés sur panneau de bois. Du contreplaqué mais du bon.

C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294

Mais il est temps de passer aux célèbres Messages à Caractères Informatifs qui sont nombreux et énervés cette semaine. Comme un peu tout le monde. Vivement les beaux jours, les apéros et le farniente.

C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294
C'est vendredi, c'est le bordel #294

Et c'est tout pour aujourd'hui mais je me permets de vous rappeler avec une solennité tout à fait indispensable que pour ne rien louper de ce blog et des bordels du vendredi, vous avez la possibilité de vous abonner tout en haut de cette page et que si, en sus, vous partagez aujourd'hui, tout de suite, ce bordel du vendredi avec les boutons Facebook, Twitter, Linkedin et autres situés juste ci-dessous, vous serez béni(e) jusqu'à la 107 génération par un marabout véritable que je connais dans les cités du Pont de Sèvres. Bon vendredi, bon week-end et à la semaine prochaine.

C'est vendredi, c'est le bordel #294

commentaires

Haut de page