Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C'est vendredi, c'est le bordel #298

par PA Gillet 14 Juillet 2016, 23:00 Le Bordel du Vendredi

... Ce Bordel est dédié à toutes celles, malheureuses et tous ceux, dépités, qui travaillent aujourd'hui et qui n'ont donc pu faire le pont. Un qui l'est à fond sur le pont, suivez un peu moussaillons, c'est le bordel qui nous entoure un peu partout et surtout au niveau de la planète car pour le reste, c'est encore assez incertain au niveau de l'analyse du bordel intersidéral. Si Stephen Hawking ou Hubert Reeves veulent bien se dévouer, ce sera déjà mieux que si c'est Keanu qui s'en occupe. Keanu, c'est non. N'insiste pas, on a dit qu... mais qu'est-ce qu'on s'en fout d'un acteur qui a une expression de moins que Ryan Gosling, allez, fonçons au bordel où Sofia nous attend. Oui, Sofia, La Sofia dans sa petite maisonnée toute simple qu'elle partage, difficilement tout de même avec son mari Carlo Ponti (à noter pour les fidèles du Bordel que quelques images de cette série ont été publiées il y a fort longtemps dans le Bordel n°120 c-est-vendredi-c-est-le-bordel-120 du 21 juin 2012 mais que j'ai retrouvé la série complète qui déchire la ch**** à sa m*** et comme je fais toujours ce que je veux ici vu que c'est mon blog alors allons donc au bordel chez Sofia).

C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298

Oui, boniour, c'est Sofia? Bienvénoue dans mon pétit havre de paix tout simple, sans chichis avec mon Carlo où les journées se passent comme un rêve avec petit-déjeuner au lit avec Carlichou, oune grande respiration d'air pour de la Toscane avant d'entretenir la roseraie, oune boulot, yé vous youre,  changement de tenue, cueillage de coquelicots, changement de tenue, l'escalier sans chichis du bureau de Carlotito et pouis après, les fleurs à arranjer, les enfants à embrasser et y'ai à peine le temps dé faire oune peu de strecthing avant dé recommencer. Oune enfer, en fait.

C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298

Alors oune pétite sieste s'impose pour répartir comme en 40, chagement de tenue, avant dé répartir pour la roseraie, changement de tenue, dé manger oune bout, changement de tenue, de faire les débiles sour le balcon à jeter des bombes à eau sur le petit personnel, madre mia, qu'on s'amouse avec Carlito.

C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298

Enfin voilà, vous avez fait lé tour dou propriétaire et moi, il faut qué yé vous laisse, yé dois déjeuner en peignoir avec Carlotissimito, prendre mon cours dé guitare, ranger mes moutons qui sont tout en bordel, chagement de tenue, avant dé vous salouer et dé vous souhaiter bonne souite dé bordel.

C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298

Merci Sofia, nous reprenons le contrôle ici au centre de contrôle. On avait hésité à le reprendre de la cafetéria ou de la salle de muscu mais finalement, non. Sur ce, passons à cette pochette terrificly terrifiante, cette campagne de la ville de Montreal tout à fait épatante et cet ananas géant parce qu'ici, à ce niveau précis, c'est aussi mon blog et je peux mettre un ananas géant si je veux. Vous n'avez qu'à avoir un blog à vous.

C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298

Sur ce, c'est pas tout mais il se fait soif mais non merci finalement ça ira et poursuivons avec ces étagères pile dans la charte graphique comme ce lit pour sombrer à pic avant de faire de beaux rêves multicolorés et bariolés.

C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298

Si quelqu'un ou quelqu'une cherche un fauteuil, hop, emballé c'est pesé, je vous fais un prix avec la voiture de police, le cellophane et la platine design pour presque rien. Plaisir des yeux, mon ami.

C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298

Passons à cette petite annonce vrombissante, des bottes ahurissantes, un Visiteur de V pas des Visiteurs, okkkkkay ? et puis aussi un méchant de Popeye en fer, comme dans les épinards, la boucle est bouclée et si vous voulez vous poser un instant dans ce bordel, c'est maintenant car dans trois secondes, c'est reparti avec une pluie de gifs comme s'il en pleuvait, ce qui est normal pour une pluie.

C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298

Oui, les gifs sont là, ils s'impatient, ils ont un histoire abracadabrantesque à raconter faite de petits bouts de rien assemblés par la logique malade d'un quasi psychopate qui écrit en ce moment même ces quelques lignes et qui se demande comment finir sa phrase autrement que par une pirouette, alors regardez, hop, pirouette, double salto et triple vrille. Respect s'il vous plaît. 32 ans de GRS.

C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298

Vite, ajoutons une belle dose d'art dans ce bordel avec Adolph Gottlieb en 1956, "Ariane" par Ossip Zatkine à une date qui n'est malheureusement pas parvenue jusqu'à moi sinon, croyez bien que je vous la donnerais et Diana Copperwhite "A version of you" et là, c'est de 2016, c'est certifié par huissier assermenté.

C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298

Et puis un peu d'Egon Schiele dessinant "Klimt in a light blue smock", Jacqueline Goddard par Man Ray, Auguste Renoir et "Les bords de Seine à Argenteuil" en 1880 et enfin une très belle sculpture de Sorel Etrog, Canadien et donc sculpteur, pas boucher charcutier.

C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298

ET c'est l'heure de passer aux célèbres Messages à Caractères Informatifs de la semaine mais qu'est-ce que c'est que ces changements de typo, ça se rebelle à la technique, hé, ha, ça va mieux.

C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298
C'est vendredi, c'est le bordel #298

Et c'est tout pour aujourd'hui sauf si vous désirez partager ce bordel avec des amis, des collègues ou même des gens que vous connaissez à peine ou que vous détestez cordialement en utilisant les jolis boutons situés ci-dessous, pas loin du gilet de sauvetage. Avant de vous diriger lentement, en enlevant les talons aiguille vers les toboggans situés devant à votre droite et votre gauche, merci de bien vouloir noter que vous pouvez aussi vous abonner à ce blog car il n'y a pas que le bordel du vendredi mais aussi plein d'articles sur l'art, le western de petite taille, des coups de gueule, des coups de cœur et parfois du pâté. Et le pâté, c'est la vie. Bon vendredi, bon week-end et à la semaine prochaine, sauf si j'ai pas du tout envie auquel cas vous verrez bien. Ou vous ne verrez pas.

C'est vendredi, c'est le bordel #298

Une pensée de dernière minute aux Niçois et Niçois fauchés par l'ignorance, la bêtise et la haine cette nuit, comme beaucoup d'autres, comme trop d'autres  à travers le monde avant eux.

commentaires

Haut de page