Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C'est vendredi, c'est le Bordel #314

par PA Gillet 2 Décembre 2016, 00:00 Le Bordel du Vendredi

... Mes bien chers frères, mes bien chères sœurs (je me mets à la mode Fillon tout de suite pour gagner du temps), que la paix soit avec vous, que le nom de l'autre soit sanctifié, que son règne (n') arrive (surtout pas), que sa volonté soit faite comme un rat sous ecsta, un Avé, deux Pater et surtout, pas de boogie woogie avant la prière ce soir. Ceci étant dit, faudrait voir à pas oublier qu'on est vendredi et que de fait, il est tout à fait possible que ce soit un petit peu le bordel à la fois partout autour de nous et sur ces pages itou. Mais n'en faisons pas tout un plat ou justement si, faisons-en de jolis plats créés par Nao Tamura qui ressemblent à des feuilles mais qui ne sont pas tout à fait des feuilles puisqu'on vous dit que ce sont des plats. Vous êtes durs du plat ou quoi  ? En tout cas pour Nao, c'est pas là-haut, c'est par là : naotamura.com

C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314

Mais peut-être trouvez-vous ces plats trop modernes si vous votez Fillon ou Poisson alors revenons vite à de bonnes vieilles assiettes traditionnelles du dimanche bien comme il faut avec une sélection triée dans le lave-vaisselle car sur le volet c'est sympa mais c'est pas pratique.

C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314

N'oublions pas de rendre hommage en ce bordel à Ousmane Sow, disparu hier à Dakar. Un géant de la sculpture découvert au printemps 99 sur le Pont des Arts et qui me marqua à jamais, telle la sagaie du Massaï qui assaille mon cœur. Mais en moins douloureux et sanglant.

C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314

Vent devant, passons à cette superbe série "Dreams to awaken" de Clayton Woodley, à découvrir plus en avant eud' par ici : inagblog.com/clayton-woodley/

C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314

Passons ensuite à Akko en Israël pour une petite partie de foot impromptue, à Mona Lisa en pièces détachées, à Calder qui veut pas jouer à un, deux, trois soleil, à une question essentielle dans la vie, à un camping-car de toute beauté avec angles biseautés, à un vélo tout ce qu'il y a de plus beau, à un canapé pour amateurs de poulet grillé et à un doigt de, ah non, deux, non, trois, quatre, cinq, six, sept, huit, neuf, dix doigts avec lesquels on ne peut pas faire grand-chose à part se curer le nez et se les mettre sur l'oreille et vous noterez que c'est déjà ça que les envahisseurs n'auront pas avec leur pauvre auriculaire tout droit. Merci David Vincent.

C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314

Et afin de vous rappeler qu'ici c'est un peu mon blog et que j'y fais ce que je veux, je vous rajoute un arbuste. Mais attention, un beau.

C'est vendredi, c'est le Bordel #314

Sur ce, si vous êtes déjà las(se), je vous conseille de vous délasser quelques instants sur ce siège confortable (et le brushing et la couleur seront sur le compte de la maison) avant d'enfourcher à nouveau ce fier bien que petit destrier afin de poursuivre en pétaradant dans ce bordel vers ce jeu vidéo de toute beauté mais vous pouvez aussi bifurquer à droite ou à gauche pour vous rendre directement à la suite.

C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314

La suite en question sera composée de Manfred Von Richthofen, le vrai as des as et de sa fidèle Moritz, de Britt Ekland sur les genoux (jaloux je suis) de Peter Sellers photographiés en 1967 par Jean-Claude Sauer, de stop, stop, stawwwwwp, bon continuez, d'un cœur gros comme ça comme celui du bordel qui bat la chamade rien que pour toi. Oh et bon, toi aussi. Et toi aussi là bas. Et puis si ça ne vous plaît pas, voyez avec le monsieur plus bas mais il a l'air peu amène.

C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314

Saluons les 80 et quelques journalistes d'I-Télé qui quittent, contraints et forcés, la rédaction de (mwarh arh arh) l'information voulue par Bolloré, enchainons avec Gunther Sachs et Brigitte Bardot déguisée en Mireille Mathieu mais ça prend pas, Brigitte, non, n'insiste pas, non, pas les colombes et puis les Ronettes qui n'avaient rien à voir avec Maurice Ronet ou alors l'info est bien cachée sur le net au tréfonds, loin, très loin. 

C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314

Et là, nous avons Boris Karloff et Myrna Loy dans "Le Masque d'Or", réalisé par Charles Brabin en 1932, qui est considéré comme le meilleur film de l'entre-deux-guerres basé sur le maître du crime, j'ai nommé le terrible, le veule, le cupide, le cruel, le moustachu Fu Manchu. 

C'est vendredi, c'est le Bordel #314

Fi de Fu, passons à une belle fleur, une belle feuille, un beau fauteuil, une belle chaise et une dentelle tricotée main, tricotée cœur et quand c'est fait avec le cœur, ça ne se refuse pas.

C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314

Sinon, il y a aussi Jayne Mansfield, une vraie harpie à ce qu'on m'a dit, un poirier avec des fruits, un cow-girl qui ne semble pas avoir le blues mais plutôt la country dans la peau et Eve Meyer enfin car on garde toujours la Meyer pour la fin.

C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314

On m'a fait une demande de damoiseaux mais sachez que ce n'est pas moi qui vais au bordel, c'est le bordel qui vient à moi et que je ne choisis pas mais pour une fois, j'ai fait un effort avec une sélection qui ne manque ni de muscles ni de virilité ni de string en peau en panthère. 

C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314

Bon, c'est pour moi, ça me fait plaisir, il m'en reste encore un peu, je vous rajoute ça pour presque rien. Votre désir est mon bon plaisir. Your love is king, comme disait Sade. Pas le marquis, la belle métisse à la voix de velours.

C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314

Vite, de l'art avec "Les toits de Paris" en 1945 par Christian Bérard, une œuvre abstraite et magnifique de Conrad Marca-Relli (1913-2000), artiste important de la mouvance de la New York School Abstract Expressionist avec Pollock, de Kooning, Kline et Motherwell et puis encore le superbe "Peinture Série Multiple 14" de la Française Germaine Derbecq (1899-1973).

C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314

Ajoutons une coquine "Compenetrazioni tricromatica" de 1970 par Mario Ballocco, une "Summer reader" de 1950 de Milton Avery (1885-1965), et une œuvre de Paul Kremer nettement plus récente puisqu'il est né en 1971 et allez voir ce qu'il fait, j'adore.

C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314

Il est l'heure dès à présent de passer aux célèbres Messages à Caractères Informatifs de la semaine qui sont au nombre de plein et je dis ça parce que je n'ai pas eu le temps de les compter mais à vue de nez, y'en a bien une cinquantaine tout frais, tout beaux qui n'attendent que vous.

C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314
C'est vendredi, c'est le Bordel #314

Et c'est tout pour aujourd'hui mais n'oubliez pas de remercier l'auteur de ce bordel si ça vous dit en likant et en twittant le dit bordel tout autour de vous et si vous le souhaitez, vous pouvez suivre ce blog sur Facebook ici facebook.com/apreslapub et sur Twitter là twitter.com/ApresLaPub et vous pouvez aussi vous y abonner en rescrollant tout en haut à droite de cet article (rescroll, rescroll, rescroll). Si vous ne voulez rien faire de tout ça, il ne me reste plus qu'à vous souhaiter un bon vendredi, un bon week-end et rendez-vous la semaine prochaine mais franchement, vous abusez.

C'est vendredi, c'est le Bordel #314

commentaires

bruno 05/12/2016 14:06

Aaaah, ça fait du bien. Je pleure encore d "How to use poetry in a street fight"… Du génie pur.

Georges V 02/12/2016 16:30

Le terrain de foot à Akko, ce serait pas un photomontage?

Haut de page