Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C'est vendredi, c'est le Bordel #317

par PA Gillet 23 Décembre 2016, 00:19 Le Bordel du Vendredi

... Mais oui, nous y sommes, c'est très probablement le dernier Bordel du Vendredi de 2016 sauf si dans un immense élan de courage et d'abnégation, je décide d'en faire un la semaine prochaine. Mais j'en doute. Sérieusement. Nous sommes donc bien vendredi et inutile de préciser que c'est bien le bordel de Berlin à Alep et un peu partout ailleurs sur la planète. Alors il n'y a aucune raison pour que ce ne soit pas le bordel ici aussi avec une belle sélection d'images assez Nawelesques toutes remisées par devers moi et reversées ici avec une petite sauce aux airelles dont vous me direz des nouvelles. Alors le Bordel, c'est aussi un peu de l'aide hebdomadaire et tac, au lieu de vous cuquer la voiture jusque chez Truffaut pour trouver le sapin de vos rêves, eh ben le bordel vous le trouve et il est pliable en plus. Et petit. Et c'est par ici paperkawaii.com/holiday-crafts/christmas

C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317

Mais poursuivons avec quelques idées ingénieuses de cadeaux de dernière minute avec cet ultime toaster à bacon, non, vous ne rêvez pas, pour seulement 15 dollars 65 cents, une peccadille, disponible sur Amazon ici amazon.com/dp/100-20 et mesdames, le bordel prend de l'avance et pense déjà à vos vacances d'été avec ces sublimes maillots tétonnisés pour le plus magique des effets nature thetatatop.com. Et messieurs, le bordel pense aussi à vous avec ces superbes boutons de manchettes clé USB, non, vous ne rêvez toujours pas et enfin pour ces messieurs dames, le parfum utile (sauf pour les orangs-outans), la fragrance Nutella à asperger dans tous les petits recoins que vous voudriez voir mangés.

C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317

Mais si la famille et les fêtes vous saoulent déjà, vous pouvez opter pour la cabine individuelle autosuffisante à poser où vous voulez mais pas trop près du précipice non plus où vous pourrez avoir tout le temps d'admirer la magnifique série de Maisie Broadhead (voir plus ici maisiebroadhead.com) où il est histoire de perles qui se défilent plutôt qu'elles ne s'enfilent. Quoique. L'un dans l'autre. Mais enchainons.

C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317

Place, place (image © Marc Riboud), il nous faut continuer vaille que vaille dans ce bordel malgré la foule des grands soirs pour atteindre au moins avec les yeux la délicieuse Merna Kennedy (née Maude Kahler) dans "The Red-Haired Alibi" en 1932 parce que je fais ce que je veux ici vu que c'est mon blog et d'ailleurs, pour vous le prouver je vous rajoute derechef les Temptations avec un bonhomme de neige. Et toc. Ça vous la coupe ? (pas vous, les filles).

C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317

Sur ce, je vous ajoute un sapin et une choucroute pour le même prix, deux Chevrolet Impala Coupé de 68 parce qu'ici aussi, je fais ce que je veux au cas où certains (ou certaines aussi) se poseraient la question et la réponse est oui, comme celui que semble susurrer Vincent Price aux oreilles des charmantes actrices du très moyen "Docteur Goldfoot and the Bikini Machine", film de Norman Taurog de 1965 dont je vous laisse profiter du synopsis : "Retiré dans son château lugubre, le génial Dr Goldfoot, aidé de son assistant Igor, mène des expériences pour créer des femmes parfaites. Il conditionne ensuite leurs esprits afin qu'elles séduisent les grands hommes de notre monde dans le but de les escroquer. Il fabrique ainsi une petite armée de femmes robots dont sa favorite est la numéro 11. Mais les choses vont se gâter lorsque celle-ci se trompe et séduit un agent des services secrets". Voilà. Donc, autant poursuivre, hein. Par là. C'est tout droit.

C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317

Oui, mesdemoiselles, c'est pour quoi ? Hmmm ? Hein ? Bon, on va pas y passer la nuit. Si ? Non.

C'est vendredi, c'est le Bordel #317

Oui, Elvis ? Un commentaire ? C'est trop saccadé, on n'entend rien. Don't be cruel mais faut qu'on y aille.

C'est vendredi, c'est le Bordel #317

Allez, passons aux gambettes élancées de Gene Tierney, son regard plus incendiaire qu'un pyromane sous contrat avec Zippo et Catherine, ben alors Catherine, on se lâche Catherine et "Sztálinváros", magnifique image prise le 24 juin 1960 par Erno Vadas, photographe hongrois, de grand talent né en 1899 et définitivement décédé en 1962.

C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317

Ah, on me dit dans l'oreillette que le Père Noël est arrivé. Il règle un petit problème et il vient à nous avec ses cadeaux par milliers pour remplir nos petits souliers.

C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317

Car des Pères Noël, je vous en ai trouvé mesdames (et messieurs aussi d'ailleurs) et il y en a pour tous les goûts, de toutes les couleurs, avec ou sans boules intégrées, bref, c'est un peu Noël avant l'heure. Mais c'est normal, ici, c'est le bordel.

C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317

Bon alors tant qu'à ce que ce soit Noël, je me fais un petit plaisir avec un gros retour vers 1993-1995 avec les débuts et la suite de la carrière de Bridget Hall qui a une lèvre inférieure qui m'a toujours beaucoup troublé. Bon, pas que la lèvre. Je ne suis pas lippophile. 

C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317

Et un peu de Bridget en couleurs aussi. Non, parce qu'autant le noir et blanc lui sied, autant la couleur peut aussi tout à fait bien la nimber.

C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317

Et puis pour ces messieurs et dames (et transgenres et autres, tout le monde est le/la bienvenu(e) au Bordel), Vincent Cassel et sa splendide jeune et nouvelle compagne de 19 ans, la rhâââ tout à fait lovely Tina Kunakey.

C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317

Vite, passons à de l'art avec du pas tout jeune en la personne de Gustav Klutsis et son "Axonometeic Painting" de 1920, El Lissitzky et son "Proun" (à vos souhaits) de 1922, Ad Reinhardt, "Abstract Painting, Red and Blue" de 1952 et deux petits jeunes, Bernhard Buhmann "Ohne Titel untitled (a5)" de 2016 et "Repike" d'Elise Ferguson tout pareil de 2016. 

C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317

Revenons en arrière avec Kurt Schwitters, "Gustav Finzler Picture" de 1926, Josef Albers et son  "Neither…Nor" de 1948, Julije Knifer et une belle "Kompozicija no 12" de 1969 et beaucoup plus près de nous, Pius Fox avec "Einführung" en 2015 et Ted Larson "Whole Parts" de 2016. Vivement 2017.

C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317

Il est l'heure de passer aux célèbres Messages à Caractères Informatifs plutôt festifs et visiblement de saison.

C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317
C'est vendredi, c'est le Bordel #317

Et c'est tout pour aujourd'hui et probablement pour 2016 que pour beaucoup, nous laisserons derrière nous sans trop de regrets, comme on lâche sa vieille voiture pour un nouveau bolide rutilant et rugissant avant de prendre une belle et nouvelle route. Mais en attendant, ce serait sympa de liker et de twitter comme des morts de faim avec les boutons ci-dessous pour partager ce bordel avec vos ami(e)s, vos proches, vos lointains (le Bordel est lu aussi à Tahiti) ou avec qui vous pensez que ça pourrait plaire. Vous avez fait fort la semaine dernière avec 311 likes, lâchez tout cette semaine. Le bordel est à tout le monde et les portes sont toujours ouvertes.

C'est vendredi, c'est le Bordel #317

On fait aussi les tarifs de groupe et les cartes Vermeil, sauf pour les hommes politiques, faut pas déconner non plus. Vous pouvez également suivre ce blog sur sa page Facebook facebook.com/apreslapub/et son auteur (serviteur) sur Twitter twitter.com/ApresLaPub, vous abonner en remontant tout en haut de cette page (rescroll, rescroll, rescroll) et surtout, faites bien attention à vous sur la route et doucement sur la bibine et bon vendredi et bon week-end et bonnes fêtes et bonne année et bon là, faut partir maintenant.

C'est vendredi, c'est le Bordel #317

commentaires

Haut de page