Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C'est vendredi, c'est le Bordel #325

par PA Gillet 3 Mars 2017, 00:00 Le Bordel du Vendredi

... Pour la 325e semaine, le Bordel du Vendredi est de retour et inutile de vous dire qu'il ne cherche pas à concurrencer le bordel alentour car il faut parfois savoir s'incliner et là, chapeau. Non, beau bordel, belle image de la France une fois de plus, on est béton. Mais ce n'est pas une raison pour se laisser abattre comme le disait si bien Abraham Lincoln au théâtre avant que pan, argh, il ne décède. Comme quoi, on peut être président et dire des conneries et jamais président et en dire tout autant. Mais revenons à nos moutons en forme de bordel avec le splendide travail de la céramiste Juliette Clovis qui n'a absolument rien à voir avec le vase de Soissons, non, c'est pas elle qui l'a cassé, promis juré. Et pour en voir plus, c'est eud' par ici sur julietteclovis.com

C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325

Je peux aussi vous proposer Hine Mizuchima qui fait des trucs bien barrés en feutre, tissu et autre sur etsy.com/shop/hine un gant de Galliano d'encore pas plus tard qu'avant hier puisqu'issu de la collection Martin Margiela 2017 et une proposition, pour vous mesdames, de Hans Peter Feldmann. Après, libres à vous d'acquiescer du pied ou pas.

C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325

Après les Chevaliers qui font Ni !, je me permets de soumettre à votre attention et légendaire sagacité ces oiseaux qui font nid aussi.

C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325

Et là, je vais à nouveau tenter par la seule force de ma pensée de... hnnnnnnng, raaah,  hnnnnnng, non, toujours pas. C'est vraiment rageant.

C'est vendredi, c'est le Bordel #325

Passons dès à présent voire même tout de suite à Salvador Dali et Max Ernst en plein débat sur la validité de l'intérêt final pour le véritable amateur de football de la Goal-line Technology face au transcendantalisme induit de la beauté d'un centre en retrait de l'extérieur du pied, Leonor Fini qui vient tout juste de commencer et un peu de sang de poète avec Jean Cocteau et hop, tout le monde à l'eau. Non, pas toi Nabilla. Et sur ce, poursuivons par ce tunnel un peu sombre qui ne sent pas très bon si vous le voulez bien.

C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325

Bifurquons donc vers Barney Connett testant son sous-marin fait-main en 1939 à Yonkers dans l'État de New York, Mr Bucklesy à Shelby, Mississippi, en 1990 par Ken Light, la dernière image de son vivant du célèbre Bush Ranger australien Ned Kelly en 1880 la veille de sa pendaison pour une raison qui ne regarde que lui après tout et cette magnifique et iconique photographie de Vogue par George Hoyningen Huene pour le magazine de juillet 1930 parce que c'est un peu mon blog et je fais ce que je veux ici.

C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325

Comme par exemple mettre Kim Kardachien et Kim Kardashian et vous poser la question à 1000 roupies : Hein ? C'est qui ké la plus ridicule des deux ? Hein ? On se demande. Et on ferait bien de pas. Et de passer à autre chose. M'enfin.

C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325

Mais volons vers de nouveaux horizons avec cette chenillette qu'aucune bobinette ne fera choir, un concert que j'aurais bien apprécié si je n'avais pas eu 4 ans à l'époque, un girafon ou une girafonne, c'est selon ou c'est selonne et une orange que j'ai hésité à garder pour François Fillon mais non, elle est pour vous, mesdames et messieurs les jurés, public chéri mon amour.

C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325

Quoi d'autre ? Une double dose de Justin Trudeau très tôt et deux damoiseaux ma foi, fort amènes et ce, sans prière nécéssaire.

C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325

Et là vu que c'est toujours un peu mon blog comme un peu plus haut, j'ai envie de vous mettre un peu de Fitzcarraldo de Werner Herzog. Et estimez-vous heureux, j'aurais pu choisir Aldo et Junior ou un film de BHL.

C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325

Passons immédiatement, achtung, à ces deux images de Peter Lindberg avec Linda Evangelista pour Vogue Paris en 1988 et pour Harper's Bazaar en 1995 et constatons avec stupéfaction qu'elle a quand même pris un peu du cul, la Linda. Ce qui n'est pas pour me déplaire, loin s'en faut, personnellement, moi, je au niveau de l'expression de moi-même.

C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325

Arrêtons-nous un instant sur le minois charmant de la délicieuse Lorrie Menconi (comme Pathé mais pas pareil), Playmate du mois de février 69, année érotique s'il en est et il en est puisqu'on vous dit que 1969 est une année érotique. Va falloir penser à consulter un ORL là, maintenant. 

C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325

Mais comme la grande majorité d'entre nous est toujours ravi au lit, rajoutons ces deux donzelles éparses et néanmoins tout à fait yargla.

C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325

Vite, passons à de l'art avec quelques coups de cœur de la semaine comme Martin Chirino, Albert Goodwin (peintre britannique, 1845 - 1932), André Marchand "Le couteau", un "Immeuble à Montmartre"  de  Pierre Bonnard de 1897-98 et un Anish Kapoor très joli mais je serais vous, je me méfierais. Avec la poussière, ça doit être une vraie tannée.

C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325

Et puis un peu de Jozef Chełmoński (Polonais, 1849 –1914) "Marsh Marigolds – Spring", 1908 visible au National Museum de Varsovie, Koloman Moser (Autrichien, 1868-1918) "Auto-portrait", vers 1916-17 pas du tout visible sauf erreur au National Museum de Varsovie, un "Pain" de Dali dans ta face, Pablo Palazuelo, "El número y las aguas", de 1978 visible au MACBA de Barcelone et un peu de Vincent Van Gogh avec "La cour de l'hôpital d'Arles"  de 1899.

C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325

Et il est temps de passer aux célèbres Messages à Caractères Informatifs de la semaine qui sont frais comme des gardons, bons comme du bon pain et ceci n'est pas mon corps, ceci n'est pas mon sang, je déteste les piqures et je ne sais toujours pas transformer l'eau en vin et convenons de concert que c'est bien dommage.

C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325
C'est vendredi, c'est le Bordel #325

Et c'est tout pour aujourd'hui mais n'oubliez pas que vous pouvez être la 1483e personne à suivre ce blog sur Facebook ici facebook/apreslapub et la 2238e sur Twitter eud' par là twitter/ApresLaPub et que ce serait sympa de partager ce 325e numéro du Bordel du Vendredi avec tous vos amis et même les gens que vous aimez un peu moins mais que vous aimez bien quand même finalement en appuyant sur les jolis boutons situés ci-dessous afin de diffuser un peu plus le bordel autour de vous. Sur ce, bon vendredi, bon week-end et à la semaine prochaine, sauf pour Frankie Fillone (voir ici un-pitoyable.html) qui est exempté.

C'est vendredi, c'est le Bordel #325

commentaires

emmanuel 03/03/2017 10:26

top one !

Jules 03/03/2017 09:26

Disons le tout net le publicationus interruptus va bien au bordel (Comme quoi un bon bordel de tant en tant vaut mieux qu'un cabecou de Lintz).
Il faudrait peut être songer à une publication bimensuelle tout les quinze jours à deux semaines d'intervaux. Le désir s(accroitra quand l'effet se reculera (d'égout).

Donc voici présentement même un bordel finement dosé que nous goutâmes fort.
des damoiseaux qui donnent envies de glisser Justin bulletin dans l'urne.
La face caché de Linda (Une suggestion : Mary McGrotha).

Un Mix de lard et de sens alités

Non vraiment, mes compliments (Félicitations Madame)

(Je crois bien que malgré son importance je vais consentir le sacrifice de renouveler mon abonnement au bordel)




Je peux faire plus long mais là je vais arrêter.

Haut de page