Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Cinq fusils bien à l'ouest

par PA Gillet 21 Mars 2017, 15:06 La vie est un Western

 

... C'est assez rare pour le noter et d'ailleurs on va se mettre un 10 parce qu'il n'y a pas de mal à se faire du bien, mais la petite ville de Chihuahuan, d'ordinaire si volubile était étrangement calme. Un silence pesait sur la ville, silence aussi lourd qu'une bouteille de butane de Francis K. Bwell, troubadour ambulant à forte pilosité sub-nasale et vendeur de gaz à ses heures perdues. Soit assez souvent vu qu'il faisait la majorité de ses concerts dans le désert à la recherche d'une petite Mary que personne n'avait vu. Pendant ce temps-là, au Tea & Fwan le meilleur saloon de la ville, tout était prêt pour accueillir le grand débat entre les cinq concurrents au poste de shérif de Chihuahuan. Mel Henchon, Frankie Fillone, Mareen Nepel, Benny Hamon et Manny Macrone avaient revêtu leurs habits de gala pour être présents au rendez-vous. Comme toute la population de Chihuahuan qui voulait quand même savoir à quelle sauce elle serait mangée dans les années à venir. Et pour boire un coup aussi.

Cinq fusils bien à l'ouest

Ils étaient donc là, au grand complet, à se regarder en chiens de faïence. C'est Manny Macrone qui démarra, verve insolente de ses jeunes années, sourire de carnassier sous diète, suivi de Benny Hamon, petit mais costaud dans la baston et dans les idéaux, de Mel Henchon, vieux briscard prêt à dégainer à tout instant cause que faut pas lui faire à lui, de Frankie Fillone, fidèle à lui-même, droit comme une potence, sinistre comme une autre potence et de Mareen Nepel, dents aiguisées, regard d'acier, ruminant son aigreur et sa haine de l'autre ce qui, pour un bovidé est assez peu commun vu qu'en général, c'est plutôt de l'herbe.

Cinq fusils bien à l'ouest

Incisive, Mareen ne s'en lassait pas compter et c'est bien dommage parce qu'à 10, on en aurait tous enfin été débarrassés. Mais non, pugnace, coriace, Mareen bavait son programme consistant à virer tous les étrangers de Chihuahuan parce que c'est de leur faute tout ça d'abord. Quoi ? On sait pas mais c'est leur faute. Un programme dont les effets auraient été un désastre : plus de tequila à boire, plus de chili à manger, plus de danseuses à la cuisse légère et plus de linge impeccablement repassé car il ne faut pas oublier Kim Yeu Yeu, le seul blanchisseur de la ville (voir l'épisode les-griffes-de-freddy). D'ailleurs souvent dans les rues de Chihuahuan, on hurlait à Kim Yeu Yeu : " Hé, tu t'occupes de mon linge, Kim ?" et c'était quasi fait car en plus d'être chinois, il était rapide comme le vol de l'abeille qui pique et flottait parfois comme un papillon mais seulement quand il sniffait de l'amidon. Son péché mignon.

Cinq fusils bien à l'ouest

Manny Macrone était un inconditionnel de Kim Yeu Yeu car il était très coquet et il ne laissait pas manipuler son sombrero à tout le monde. Au niveau du débat, il tenta de contenter les uns autant que les autres, de rassembler tous azimuts, brassant plus d'air qu'une tornade d'été. Frankie Fillone tenta de son côté de sauver les meubles et récupéra le bar, les tables et les chaises du saloon mais laissa le grand miroir de peur d'avoir un jour à se regarder en face.

Cinq fusils bien à l'ouest

On sentait bien que le cœur n'y était plus pour Frankie et que s'il ne devait en rester qu'un ou qu'une, ce ne serait pas lui. Spectateur de son propre enterrement, il trébucha sur un petit tabouret qu'il avait oublié de voler. Quand ça veut pas.

Cinq fusils bien à l'ouest

Mel Henchon tira à boulets rouges avec un Colt et c'est pas si évident que ça sur tout ce qu'il pouvait, Benny Hamon tenta d'élever le débat mais n'y parvint pas, faute de tabouret volé par Frankie, Frankie retenta, et repatatras, Mareen éructa, bla bla bla immigrés bla bla bla mexicains radicalisés, Manny ventila, ventila, ventila et à la fin, hurla "Bango !!!" les bras levés et écartés. Les autres s'arrêtèrent, interdits, ébahis. "Mais pourquoi tu dis Bango, Manny ? Banco, à la rigueur, mais Bango, c'est quoi Doudou dis donc ?" demanda Mel Henchon. "Je fais ce que je veux, d'abord et puis je finis toujours mes interventions en disant Bango, c'est contractuel, c'est comme ça" répondit Manny. Et c'est ainsi qu'à Chihuahuan, on apprit que souvent Manny dit Bango. Et parfois il ajoute "Mama ko mama sa mama makoosa" mais c'est plus rare. Bref, on n'était pas beaucoup plus avancé à Chihuahuan.

Cinq fusils bien à l'ouest
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

omael 21/03/2017 17:33

Excellent, peut être le meilleur de la série,
Pour la prochaine présidentielle, je verrais bien "l'homme qui tua Liberty valence" parce que , quelque soit le candidat élu, il se fera dézinguer par la bonne vieille droite recomposée sous les applaudissements du bon peuple , docile comme un mouton mené à l'abattoir

Haut de page