Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'homme aux costumes d'or

par PA Gillet 25 Mars 2017, 13:09 La vie est un Western

 

... S'il fallait boire le calice jusqu'à la lie, Frankie était prêt. Prêt aussi pour l'hallali qui se préparait tant il était dans une bouse gigantesque façon dinosaure partouseur de droite. Après l'affaire de sa femme Penny qui avait prétendument travaillé au saloon sans que personne ne s'en souvienne (voir ici l'épisode apreslapub/un-pitoyable), les habitants de Chihuahuan, éberlués, apprirent que Frankie Fillone avait également accepté un magnifique chapeau et des tenues toutes neuves hors de prix de la part de Robbie Borgee, personnage trouble qui s'y connaissait en tribus indiennes et en pow-wow pas très catholiques.

L'homme aux costumes d'or

Mais le plus amusant fut d'apprendre que Frankie Fillone n'avait pas eu besoin de Robbie Borgee pendant longtemps. Arnie Shostapakovicwewicz, le seul tailleur de la vie que l'on nomma vite Arnie S. car personne n'arrivait à prononcer son nom, lui avait offert ses tenues pendant des années ! Mais le jour où Arnie S. fut racheté par Bernardo Arnow, un ponte de Chihuahuan, il arrêta d'en offrir à Frankie car ça pouvait faire mauvais genre, limite collusion. Frankie, qui n'avait quasiment jamais rien payé de sa vie, s'offusqua soudainement du prix exorbitant de ces tenues auprès de Robbie Borgee qui, cherchant à faire de Frankie son obligé, cracha la sauce et paya les dits costumes rubis sur l'ongle. Tout ça en plein Penny Gate, ce qui prouvait bien que Frankie en plus de n'avoir aucune morale, n'avait décidément aucune limite.

L'homme aux costumes d'or

L'avenir de Frankie s'inscrivait désormais en pointillés tant il avait perdu de crédit. Même au Tea & Fwan, il devait désormais régler ses consommations. Un comble. Mais ceux qui allaient le plus lui faire payer, c'était les habitants de Chihuahuan qui s'apprêtaient à voter pour leur nouveau shérif d'ici un mois. Mareen Nepel n'attendait que ça, bave aux lèvres et Manny Macrone se tenait en embuscade, bras écartés comme toujours. Derrière ces deux-là, un désert absolu avec les cactus qui vont bien, les serpents à sonnettes, les crânes de bisons morts, Benny Hamon et Mel Henchon qui tentent de le traverser sans eau ni chevaux et ce léger flou dû à la chaleur quand on regarde au loin vers l'horizon. Flou, l'avenir de Frankie semblait aussi l'être de plus en plus.

L'homme aux costumes d'or

commentaires

Haut de page