Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C'est vendredi, c'est le Bordel #330

par PA Gillet 6 Avril 2017, 23:00 Le Bordel du Vendredi

... Nous sommes bel et bien vendredi, hein, pas de doutes là dessus, j'ai des infos sûres qui le confirme et il est tout à fait probable que ce soit un tout petit peu le bordel, vu l'état de délabrement politique de notre pays à 17 jours du premier tour. Alors tant qu'à être vendredi et en plein bordel, autant que ça soit un bien, un beau, un sérieux comme généralement le cas ici le vendredi avec pour bien démarrer l'univers particulier et onirique de Chiharu Shiota, qui, malgré son nom, ne fait pas de la merde. Pour plus de Chiharu, c'est ichi : instagram.com/chiharushiota

C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330

Poursuivons si vous le voulez bien par un regard ou deux ou trois sur le magnifique travail de Grete Stern, photographe allemande née en 1904 à Elberfeld dans la banlieue de Wuppertal en Rhénanie-Westphalie si vraiment vous voulez tout savoir. Ayant fréquenté l'atelier photographique du Bauhaus pendant ses études, elle émigre dès 1934 en Angleterre suite à l'arrivée d'Hitler au pouvoir, puis à Buenos Aires en 1937. De 1948 et 1952, sur une suggestion du sociologue Gino Germani, elle réalise chaque semaine des photomontages surréalistes pour illustrer des rêves dans la section «La psychanalyse vous aidera » de la revue argentine Idilio avec près de 150 photomontages publiés pendant trois ans.

C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330

Continuons encore sur de la photographie et un peu de manipulation avec la série "Dustwound", travail de l'artiste néerlando-iranien Pouria Khojastehpay qui nous narre visuellement un monde intrigant, inquiétant et désolé, comme Michel Denisot. Pour en savoir plus sur le projet "Dustwound", je ne vais pas tout vous mâcher alors c'est par ici : metalocus.es/dustwound-dutchiranian-artist-pouria-khojastehpay

C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330

Sur ce, je vous ajoute cette très jolie carte d'Italie de 1853 en perspective s'il vous plaît, ces boucles d'oreilles pour fans ultimes de Monty Python ('tis but a scratch) et cette évidence qui le devient encore plus quand on la montre comme ça.

C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330

Niveau musical, je ne peux que soumettre à votre légendaire bon goût ce très bel ensemble stéréo vintage en teck et chrome de chez Ferguson et pour les infos si vous craquez, c'est par ici (mais pour l'instant, c'est "Out of stock") : mojoreserve/vintage-ferguson-record-player

C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330

Et puis si vous voulez bien vous donner la peine de poursuivre, c'est par là et ce serait sympa car sinon, ça bouchonne et déjà que c'est les vacances et que Bison Futé voit rouge alors n'allez pas en plus me foutre des embouteillages dans le bordel.

C'est vendredi, c'est le Bordel #330

Allez, je vous offre une tournée, c'est pour moi, ça me fait plaisir avant de passer à ce chien gaulé  en plein délit et cet autre parfaitement bien rangé, objectivement parlant.

C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330

Liberté, égalité, fraternité, des mots qui manquent cruellement en ce moment dans les débats de bas-étage avant la présidentielle alors un peu de Marianne ne nuisant pas, en voici, en voilà avec sur l'image 2, Bardot tout en haut et tout en bas (en petite), à gauche de Bardot, Michèle Morgan (Marianne en 72), Mireille Mathieu au milieu, non Mireille, non, pas les blanches colombes, non, non, non, Deneuve en bas à gauche toute et Laetitia Casta juste à côté. Vive Marianne, sus à Marine.

C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330

Et là, paf, je vous mets quatre images sublimes d'Hengki Koentjoro et là, vous vous demandez encore comment prononcer son nom sans faire de fautes tout en disant "Wouah, elles sont magnifiques ces images". Je sais. Je suis un peu médium.

C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330

Et là, repaf, je vous mets un superbe "Portrait of a young Indian woman with bow and arrows" de Lucie Attinger parce que j'aime et que je fais un peu ce que je veux ici vu que c'est mon blog. Et puis aussi une Nina Hagen et une nana à gun qui s'appelle peut-être Nina mais rien n'est moins sûr mais on se renseigne et on revient vers vous dès que possible au niveau du service après-vente du bordel.

C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330

Pour continuer la lecture dudit bordel, il faut impérativement emprunter cette porte tirée du film de Roger Kay "Le Cabinet de Caligari" avant de pouvoir vous émouvoir ou défaillir pour le joli minois de Rita Hayworth en 1946 mais aussi en 1947, preuve qu'on ne se fout pas de vous ici au Bordel et puis, soyons fous, ajoutons un magnifique tirage réalisé avec un Kodak 2 en 1890 et puis si ça ne vous plaît pas, voyez avec le gaillard ci-bas.

C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330

Un commentaire, mes lapins ?

C'est vendredi, c'est le Bordel #330

Oui, madame ? Ah, une fan de Polnareff.

C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330

Poursuivons par le métro aérien cher aux Parisiens, une amatrice du Stade Français rugby visiblement, des nouvelles de Sabrina, un sex-symbol international attention, quand même qui nous dit tout et puis un joli filet de pêche très seyant puisque l'été approchant, les corps se libèrent et se dénudent peu à peu et sur un malentendu, sait-on jamais, ça pourrait vous tenter.

C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330

Passons donc puisque la température monte peu à peu aux donzelles du Bordel qui fleurissent comme les pivoines avec ce très joli maillot en crochet véritable tricoté main tricoté cœur, Lorena Rae dans les rais et deux jolies inconnues qui m'ont tapé, aye, dans l'œil, non, pas taper.

C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330

Et puis si ça ne vous plaît pas, vous n'avez qu'à aller là-bas, au coin.

C'est vendredi, c'est le Bordel #330

Car il reste à découvrir la sublime Alicia Herbert qui n'a rien à voir avec Alicia Keys et Herbert Léo... non Herbert, calme-toi, non, tais-toi, ça suffit maintenant Herbert.

C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330

Et puis comme Maurie Smith est là aussi, je me permets de l'inviter. Maurie, vas-y, c'est à toi. Non Herbert, tais-toi. N'y pense même pas.

C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330

Et puis si ça ne vous plaît pas non plus, voyez ça pour les plaintes et les réclamations avec Pipo et Bimbo.

C'est vendredi, c'est le Bordel #330

Vite, passons à de l'art avec un "Jardin à Sotchi" d'Arshile Gorki en 1941, un petit Conrad Marca-Relli en passant et František Kupka (1871-1957), peintre tchèque et un des pères de l'abstraction avec Kandinski, Mondrian et d'autres visionnaires de leur époque.

C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330

Un joli "Garçon près de l'eau" de Paul Gauguin, un "Paysage" de 1951 d'Otto Dix et un peu de Monet et d'Étretat" pour faire le tout. Un joli tout, tout de même.

C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330

Il est temps désormais, pas avant, pas après, maintenant, de passer aux célèbres Messages à Caractères Informatifs dans lesquels vous pouvez vous servir allègrement en n'omettant pas de citer le Bordel de temps en temps, en fonction des événements, de vos envie ou de vos coups de gueule. Moi, je m'en vais au pays du pâté alors faites ce que bon vous semble.

C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330
C'est vendredi, c'est le Bordel #330

Et c'est tout pour aujourd'hui mais vous pouvez toujours suivre ce blog sur Facebook ici facebook/apreslapub/ ou sur Twitter là twitter.com/ApresLaPub, vous pouvez aussi vous abonner à ce blog, oui c'est possible. Mais avant toute chose, ne la jouez pas perso et partagez ce bordel avec vos amis qui l'attendent impatiemment, avec ceux qui ne l'attendent pas mais dont vous vous dites que ça pourrait leur plaire ou juste avec des collègues, des connaissances ou des DC qui cherchent souvent des rédacs qui savent à peu près écrire et adorent la radio, la bonne presse, les films, le digital, l'embush-marketing et la guérilla je sais pas quoi. Sur ce, bon vendredi, bon week-end et à la semaine prochaine.

C'est vendredi, c'est le Bordel #330
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

manu 26/04/2017 01:54

C'est vrai, Pierre.
Mais, sans lui jeter et, mis à part ce fâcheux manquement aux usages qui nous conduit (le manquement, pas son auteur) à douter de sa lucidité (à l'auteur), reconnaissons que vu le volume de travail qui dépasse l'entendement, c'était inévitable. S'il tient une petite forme dans ce passage, accordons lui le fond, qu'il réussit sans le toucher.

Je m'ai relu 23 fois, j'aispère que tout est hoquet.

Pierre LB 14/04/2017 15:33

des infos sûres qui le confirme__

Nt nt nt...

Haut de page