Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C'est vendredi, c'est le Bordel #342

par PA Gillet 13 Juillet 2017, 23:00 Le Bordel du Vendredi

... Allons enfants du bordel du vendrediii-iii-heu, le jour de gloire est arrivé. Et par chance pour vous, ça tombe un vendredi. Alors l'un dans l'autre, vu qu'on est vendredi et que c'est le bordel, autant attaquer directement le bordel comme Grouchy dans Blücher puis Blücher dans Grouchy avec Jan Campbell qui se fout autant de Grouchy que de Blücher puisque lui, c'est plutôt la sculpture sur noyau d'avocat. Comme quoi, chacun fait, fait, fait c'qui lui plaît, plaît, plaît, non Valli, ça va aller, on n'a pas besoin de toi.

C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342

Alors que d'autres, comme par exemple le chef-pâtissier Eric Wernieuw sont plutôt tournés vers la saucisse, ach eine grosse wurst, ja, zer gut comme dans sa superbe série "The daily Wiener" dont voici quelques extraits ci-dessous qui reprennent quelques personnages iconiques (non, pas de ta mère, merci) et autres tableaux célèbres en mode knaki. 

C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342

Mais tout de suite, je vous invite à passer à ce cœur de baleine véritable en taille absolument 1/1, ce dos de belle facture, de love et de gun itou, cette affiche assez à chier et cette carte des routes romaines façon métro histoire de pouvoir dire que vous avez appris quelque chose en venant au bordel. Ouf, l'honneur est sauf.

C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342

Deux dessins de l'inimitable (n'essayez pas) Pascal Gros, aussi bon graphiquement qu'humoristiquement et à suivre ici sur Twitter twitter/GrosPascal et le tout premier iPhone dessiné par Hartmut, oui, Hartmut, Esslinger pour Apple en 1984 et puis si àa ne vous plaît pas, vous n'avez qu'à aller bouder au coin qui est fort joli, du reste.

C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342

Attention, ceci est une pipe. Non parce qu'on ne dirait pas comme ça, de prime abord mais ceci est bel et bien une pipe. Ah, c'es ados américains dans leurs garages, quels créateurs. 

C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342

Afin de poursuivre ce bordel dans d'excellentes conditions le cul délicatement posé sur un cuir souple, je vous enjoins à rejoindre cette Mercedes-Benz 300 SL Roadster de 1961 que l'on peut qualifier sans douter d'objet roulant parfaitement identifié et assurément de toute beauté.

C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342

Une page de pub pour les Pages Jaunes anglaises en 67, une touffe de vagues en vogue vers des dunes et on va pouvoir passer à la suite composée de je ne sais pas trop quoi mais je verrai bien dès que je scellerai pour poursuivre ce texte avec queue et avec tête si tout se passe bien au niveau de votre lecture hebdomadaire du bordel.

C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342

Oui Alex, que se passe-t-il ? Ah, mon cher ami Alex Jaffray demande la parole pour pourrir la vie des ayant-droits de Rouget de l'Isle et tout ça, un 14 juillet. Bel esprit patriotique, vil félon. Heureusement que Marine n'est pas passée, tu aurais été exilé volontairement dans un contrée lointaine. Vers Pontoise. Un retour vers le futur du passé pour Alex McFly et ce, sans DeLorean.

Mais enchainons avec un autre Marty, eh ho Marty, on est là, non, ici, bon laisse tomber et plongeons-nous dans le sublime Ed Wood de Tim Burton car je vous rappelle que c'est mon blog ici et que j'y fais exactement ce que je veux le vendredi comme les autres jours, sauf quand j'ai la flemme auquel cas je ne fais pas ce que je veux, je ne fais rien.

C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342

Voguons vers de nouveau horizons, hissez la grande voile, bande de feignasses pour découvrir une terre nouvelle pleine de promesses architecturales de haut-niveau avec Hunt House de Craig Ellwood & Jerrold Ellsworth Lomax, sise à Malibu, Californie dans les années 1955-57.

C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342

Embrayons dès à présent sur DJ Roger Moore en pleine action, la prise de l'Ours, très technique, maîtrise admirable, une Jane sans son Tarzan et le regard tout à fait captivant d'Anastasia Safanov qui, comme son nom l'indique, doit être Congolaise ou Coréenne et que je ne connais ni d'Eve ni d'Adam mais plutôt du serpent.

C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342

Un petit Brad en peignoir, un French Cancan au top et oui Joan, tu peux t'inviter dans le Bordel, pas de soucis. Les gens du blog, Joan Smalls, Joan, les ami(e)s.

C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342

Oui mademoiselle ? Un problème de lombaires ? Bon, faites-moi quelques étirements et ça devrait passer.

C'est vendredi, c'est le Bordel #342

Voilà, c'est réglé. Passons désormais à Ingrid. Aaah, Ingrid. Ingrid Steeger, un énorme carrière en Allemagne avec des chefs d'œuvres tels que Die liebestollen Baronessen (1970), Les Gourmandines (71), C'est la queue du chat qui m'électrise, Chaleur Profonde et Suce pas ton puce (73, année finalement très érotique aussi), 

C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342

Et histoire de casser l'ambiance mais avec style car sur du Pink Floyd s'il vous plaît, je vous rajoute une petite modélisation de l'impact d'un météorite sur notre bonne terre par Discovery Channel pour nous rappeler ma bonne dame, mon bon monsieur, que nous sommes finalement bien peu de choses et qu'autant en profiter tant qu'on peut. Party on, Wayne. Party on, Garth.

Vite, passons à de l'art pour saluer le sublime travail de l'artiste lyonnais Ememem que j'aime, que j'aime, que j'aime. Poésie urbaine, délicatesse des sujets, il n'y a rien à jeter.

C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342

Mais rajoutons tout de même une "Arabesque II" de František Kupka, un "Corridor d'hôtel" de 1907 par Auguste Chabaud, un auguste dessin d'Auguste Rodin et un petit "Korna-Neg de 1951 de Victor Vasarely parce que hein, bon, tout de même.

C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342

Et il est temps de passer aux célèbres Messages à Caractères Informatifs dont un au moins vraiment informatif afin de vous signifier la mise en pause estivale de ce blog, à moins d'une envie soudaine ou d'un revirement momentané qui reste encore dans le domaine du possible quoi que probablement improbable. 

C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342
C'est vendredi, c'est le Bordel #342

Et c'est tout pour aujourd'hui sauf si vous voulez être le ou la 1591e à suivre ce blog sur Facebook ici facebook/apreslapub , le ou la 2319e sur Twitter eud'là twitter/ApresLaPub. Et avant les vacances, n'oubliez pas que vous pouvez vous abonner pour la modique somme de zéro, nib, que dalle à ce blog et qu'en sus, tout bordel partagé équivaut à un bordel offert alors voyez, n'hésitez pas à abuser des boutons Facebook, Twitter et autres ci-dessous comme si c'était un peu open-bar. Vos amis sont les amis du Bordel. Et vos amies aussi. Et leurs amis aussi. Et leurs amies aussi. Sur ce, bon vendredi, bon week-end, bel été, à la prochaine, vive la France et n'oubliez pas la crème solaire et le Dawa apreslapub/un-petit-dawa (vous me remercierez plus tard).

C'est vendredi, c'est le Bordel #342

commentaires

Haut de page