Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C'est une maison grise

par PA Gillet 5 Septembre 2017, 09:12 À part ça

 

- Dis, pourquoi sembles-tu si triste ?

C'est une maison grise

- Pourquoi ? Regarde-moi, perdue au bord de la route, livrée au regard inquisiteur de chaque passant. Je n'ai plus d'intimité, je ne suis entourée que de vent, posée là comme une verrue sur un joli nez.

 

- Mais ça n'était pas pareil, avant ?

 

- Avant ? Avant, je connaissais tout le monde, on se serrait les coudes. J'avais des voisines, je rigolais avec les cycles La Souveraine à m'en tordre les boyaux,  on tapait la causette avec l'hôtel meublé pas loin, ses Italiens, ses Auvergnats, j'avais droit à une petite bière de la Meuse, l'épicier me gardait ses meilleurs fruits et légumes. Il avait des poireaux formidables et les meilleurs champignons de Paris de la ville. Avant, les gens s'arrêtaient aussi rien que pour moi, j'étais un magasin de peinture. Reconnu. Maintenant, je suis incolore. Transparente. Invisible. Je disparais peu à peu du paysage.

C'est une maison grise
C'est une maison grise
C'est une maison grise
C'est une maison grise
C'est une maison grise

- Mais tu sais, les choses changent, évoluent. Elles ne peuvent rester telles quelles.

 

- Je préfèrerais être rasée, tiens.

 

- Parle-pas de malheur. Tu veux te transformer en parking ? En magasin bio ? En Mac Do ? Allez, serre les coudes, redresse-toi, fais-toi une beauté. Il y aura bien quelqu'un pour tomber amoureux de toi.

C'est une maison grise

- Je finirai vieille fille. Ou amas de gravats.

 

- Ne sois pas si négative. Tiens regarde, un livreur de pizza rien que pour toi.

 

- Avec champignons, la pizza ?

 

- Double ration. Et de Paris, s'il vous plaît.

commentaires

Francesca 05/09/2017 10:36

A voir ce genre de huit étages accolés à de vieilles maisons charmantes, on se pose des questions sur la santé mentales des promoteurs, des architectes, des services de mairie chargés des permis de construire et des propriétaires - et locataires - des deux premiers étages qui ont "vue" sur un pignon gris, ou sur les fenêtres des voisins chez qui ils n'ont qu'à tendre la main pour toucher la commode ou le lit !

Haut de page