Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C'est vendredi, c'est le Bordel #347

par PA Gillet 5 Octobre 2017, 23:00 Le Bordel du Vendredi

... Déjà ? One again a fly ? Encore ? Mais oui, on me confirme bien dans l'oreillette que nous sommes à nouveau vendredi et qu'il se pourrait, potentiellement que ce soit un petit peu le bordel un peu partout en France (doucement sur le bordel, Manu, c'est © moi), dans le monde et sur ces pages aussi. Alors qu'à cela ne tienne (ne tienne qui ? Ne tienne quoi ? On ne sait pas), vaille que vaille, entamons ce 347e bordel joyeusement car on n'est pas là pour faire la gueule même si ce n'est pas facile tous les jours avec les magnifiques broderies de Jessica So Reng Tang, oui, comme la boisson à l'orange qui filait le cancer mais avec des aiguilles, du fil et du talent à revendre (voir ici jessicasorentang.com/embroidery).

C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347

Tant qu'à être dans le coquin malin, autant poursuivre avec les collages surréalistes et NSFW de Giulia, dit Scientwehst sur Instagram qui mélange anatomie féminine et architecture moderne et c'est pas mal foutu (pas que l'anatomie). À découvrir plus en avant eud' par ici instagram.com/scientwehst

C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347

Puis je vous invite (et si vous ne voulez pas, la porte est par là) à découvrir le travail de l'artiste Tatiana Blass qui a vécu trop longtemps près d'un Workmate Black et Decker avec une disqueuse pas loin et qui ne peut s'empêcher de tout couper parfois en deux, parfois en moins, parfois en plus tant qu'elle peut découper. Non, ne jouez pas au Chifumi avec elle. Vous perdriez. Papier. Kzzing. Pierre. Kzzzzing. Ciseaux. Kzzzzzzing.

C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347

Passons ensuite à cette très belle série intitulée "Empire of Dust" par Amélie Labourdette qui collectionne les lieux abandonnés en Italie comme d'autres, les timbres, les porte-clés, les étiquettes de claquos ou les emmerdes (voir eud' par ici pour son joli site avec plein d'autres jolies séries amelie-labourdette.com).

C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347

Transitons par ces deux chambres rouges de Louise Bourgeois parce que 1. l'Ibis est complet en raison d'une convention des mangeurs de cagouilles à l'ail vert et de 2. le Formule 1 est vraiment trop près de l'autoroute alors merci bien mais non merci, on n'est pas des sauvages.

C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347

Pour ce qui est de la suite, merci de bien vouloir emprunter les voies mises ci-devant à votre disposition par les services techniques du Bordel.

C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347

Pour ce faire, je vous invite à toutes et tous vous tasser, allez ça va rentrer, dans cette magnifique Lancia Flavia Corsa Sport Zagato, oui tout ça, et de 1964 s'il vous plaît et s'il ne vous plaît pas, faites votre choix chez les Teutons et sinon, poursuivez à pied mais ce sera plus long.

C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347

Enchainons, sans se manquer sur les étonnantes sculptures de Philippe Faraut que je ne connais pas bien, je dois l'avouer, ni d'Ève ni d'Adam, même pas sous la torture, non, pas les chatouilles.

C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347

Et puis si ça ne vous plaît pas, voyez avec Trucmuche Bidule Machin Kardashian, là.

C'est vendredi, c'est le Bordel #347

Passons dès à présent, limite maintenant à Carole Landis en 1943 en plein bain de soleil, Charlotte Rampling qui glisse sur les voies du succès, un ange déchu déçu (Miguel Morayta dans Doctor Satàn en 1966) et puis ça ne vous plaît toujours pas, voyez ça avec Cassius mais il n'aime pas trop être dérangé quand il met des hôtels sur la rue de la Paix et à moins d'être plus rapide qu'une abeille ou de voler comme un papillon, je serais vous (certes, je ne serais pas en train d'écrire ce bordel), j'hésiterais.

C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347

Poursuivons avec Jimmy Dean en plein séance d'autographes avant son crash fatal (après, c'était plus ardu pour tenir le crayon), Linnea Quigley et un ami toujours prêt à lui filer un coup de main, c'est sympa les amis, et Isabella Rossellini en 1960 sur la plage à Porto Rotondo au nord est de la Sardaigne parce que c'est Isabella Rossellini et qu'elle ne va pas faire la gueule à Palavas-les-Flots. C'est mieux à Porto Rotondo.

C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347

Italie quand tu nous tiens, oh Etienne, Etienne, Etienne, oh tiens-le bien, une Sofia sens dessus dessous en dessus et en dessous au dessus de Chantal Ladessous (ah on me dit à la technique qu'il y a une erreur sur cette vignette mais qu'importe, poursuivons), monsieur et madame Contrebasse en goguette et un joli séant de dos mais bien moins seyant de face quand on y regarde de plus près. Pas trop non plus, il mord.

C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347

Allons gaiement vers ce club Mickey d'un autre âge, ce masque certifié conforme par la Walt Disney Company en 1947, ces nouilles nippones au bon goût de Jamaïque, yeah man, Jah Rasfaraï et un petit détour par Vinicunca au Pérou parce que je fais encore ce que je veux ici vu que c'est mon blog et que c'est joli. Alors.

C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347

Et puis si ça ne vous plaît toujours pas, voyez ça avec les affreux jojos sis plus bas. Attention, certains bavent.

C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347

Donzelles, donzelles, que serait un bordel sans donzelles ? Pas grand-chose, j'en conviens alors accueillons comme il le faut la délicieuse, malicieuse et généreuse Mathilde Gohler qu'est sacrément bien gohlée.

C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347

C'est par où la suite ? Par là ? Attendez-nous mademoiselle, on arrive ! Azur ! nos bêtes sont bondées d’un cri ! Je m’éveille, songeant au fruit noir de l’Anibe dans sa cupule verruqueuse et tronquée. Ah bien ! les crabes ont dévoré tout un arbre à fruits mous. Un autre est plein de cicatrices, ses fleurs poussaient, succulentes, au tronc. Et un autre, on ne peut le toucher de la main, comme on prend à témoin, sans qu’il pleuve aussitôt de ces mouches, couleurs ! Les fourmis courent en deux sens. Des femmes rient toutes seules dans les abutilons, ces fleurs jaunes-tachées-de-noir-pourpre-à-la-base que l’on emploie dans la diarrhée des bêtes à cornes. Et le sexe sent bon. La sueur s’ouvre un chemin frais et je crois là que je m'égare un peu.

C'est vendredi, c'est le Bordel #347

Et pour ces dames et ces messieurs qui aiment les messieurs ? Bon, d'accord mais c'est bien parce que c'est vous, lectrices et lecteurs du bordel. Mais faites péter les scores et les partages à la fin.

C'est vendredi, c'est le Bordel #347

Vite, passons à de l'art  car il n'y a que ça de vrai dans la vie avec l'amour et le couscous boulettes merguez et supplément brochette d'agneau avec un splendide dessin d'Albert Janzen lui-même (son assistant étant en vacances aux Baléares, il a été excusé), un peu de Bernd et Hilla Becher à Grenay dans le Pas-de-Calais en 67, János Vaszary (peintre hongrois, 1867-1939), "On the Siófok Promenade" de 1908, Richard Hamilton, "Refraction", pas du tout de 1908 puisque de 1952 et en cas de migraine subite, un peu de Roy Lichtenstein, "Alka Seltzer", ni de 1908, ni de 1952 puisque de 1961 et je me souviens, c'était un mardi, il faisait beau et tu sentais bon le sable chaud mais c'est une autre histoire que nous ne vous narrerons pas tout de suite dans ce bordel.

 

C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347

Et il est temps de passer aux célèbres Messages à Caractères Informatifs de la semaine qui n'attendent que vous et comme vous êtes là, les bras ballants, la bouche en cœur et l'œil hagard (le droit), ne trainons pas et enchainons gaiement comme on disait dans Histoire d'O avec Corinne Cléry.

C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347
C'est vendredi, c'est le Bordel #347

Et c'est tout pour aujourd'hui mais avant de partir, merci de partager ou faire découvrir ce bordel à vos amis, vos ennemis et les autres avec les jolis boutons Facebook et Twitter ci-dessous, merci de suivre ce bordel sur Facebook ici facebook.com/apreslapub et sur Twitter eud'là twitter.com/ApresLaPub. Et merci de m'envoyer fissa un brief bien senti ou directement des espèces, ça me va aussi, en échange de ce bordel qui, espérons-le, vous aura diverti quelques minutes en ce vendredi. Si vous n'avez pas d'espèces, j'accepte les chèques aussi. Les mandats postaux. Les dons manuels. Les déjeuners. Et les héritages. Mais vite. Bon vendredi, bon week-end et à la semaine prochaine.

C'est vendredi, c'est le Bordel #347
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

diogène 10/10/2017 01:46

yesss !!! et merci

Pierre 06/10/2017 19:03

bravo x n !

Alexandre 06/10/2017 15:15

Trop bien. Surtout la fin.
Et puis le milieu et la fin aussi.

PA Gillet 06/10/2017 16:12

Ok, je bosse mon prochain début pour le muscler aussi.

François de La Brosse 06/10/2017 07:39

Très beau bordel ! J'adore tout ! Macron a tort :-)

PA Gillet 06/10/2017 16:12

Merci François... à partager sans modération.

Haut de page