Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

C'est jeudi, c'est poésie

 

Madame quel est votre mot
Et sur le mot et sur la chose


On vous a dit souvent le mot
On vous a fait souvent la chose 

 

Ainsi de la chose et du mot
Vous pouvez dire quelque chose

 

Et je gagerais que le mot
Vous plaît beaucoup moins que la chose 

 

Pour moi voici quel est mon mot
Et sur le mot et sur la chose

 

J'avouerai que j'aime le mot
J'avouerai que j'aime la chose 

 

Mais c'est la chose avec le mot
Mais c'est le mot avec la chose

 

Autrement la chose et le mot 
A mes yeux seraient peu de chose

C'est jeudi, c'est poésie

Je crois même en faveur du mot
Pouvoir ajouter quelque chose

 

Une chose qui donne au mot 
Tout l'avantage sur la chose

 

C'est qu'on peut dire encore le mot
Alors qu'on ne fait plus la chose

 

Et pour peu que vaille le mot
Mon Dieu c'est toujours quelque chose

 

De là je conclus que le mot
Doit être mis avant la chose

 

Qu'il ne faut ajouter au mot
Qu'autant que l'on peut quelque chose

 

Et que pour le jour où le mot
Viendra seul hélas sans la chose 

 

Il faut se réserver le mot
Pour se consoler de la chose 

 

Pour vous je crois qu'avec le mot
Vous voyez toujours autre chose

 

Vous dites si gaiement le mot
Vous méritez si bien la chose 

 

Que pour vous la chose et le mot
Doivent être la même chose

 

Et vous n'avez pas dit le mot
Qu'on est déjà prêt à la chose

 

Mais quand je vous dis que le mot
Doit être mis avant la chose

 

Vous devez me croire à ce mot
Bien peu connaisseur en la chose

 

Et bien voici mon dernier mot
Et sur le mot et sur la chose

 

Madame passez-moi le mot
Et je vous passerai la chose.

 

"Le Mot et la Chose" Abbé de Lattaignant *

 

* Cadet d'une famille aristocratique picarde, Gabriel Charles De Lattaignant fut destiné à l'état ecclésiastique qui lui donna le titre d'abbé bien qu'il fût complètement dépourvu de vocation et préféra très vite s'encanailler dans les cabarets pour boire, chanter et butiner les jeunes femmes. Vers la quarantaine, alors qu'il fut tout près de se marier avec une jeune fille de seize ans, ce projet avorta et Lattaignant se résigna au sacerdoce. Il fut ordonné prêtre en 1745. Cependant, quelque temps après il revint s'établir à Paris où il reprit sa joyeuse vie. Mais, l'âge venant, il décida finalement de se retirer définitivement en 1769 chez les Frères de la doctrine chrétienne. Lattaignant a composé des opéras-comiques, des cantiques spirituels, des poésies - chansons grivoises et érotiques, ainsi que des pamphlets politiques (comme Voltaire qu'il admirait). Il serait l'auteur d'une partie des paroles de la célèbre chanson "J'ai du bon tabac".

Ses Poésies ont été publié en 1757 en 4 volumes, un volume sera rajouté à sa mort.

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article