Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

C'est Vendredi, c'est le Bordel #354

 

... Il est tout à fait possible, si vous êtes coutumier(e) de ces pages, que vous vous soyez aperçu que le bordel de vendredi dernier n'avait pu tenir sa place en raison de perturbations indépendantes de la volonté de l'auteur et de toute son équipe technique au grand complet. Mais que voulez-vous, il faut bien mettre du guanciale dans les pastas carbonara et le temps n'étant pas extensible, il a bien fallu se rendre à l'évidence (l'Évidence, traiteur-restaurant, 45 rue de l'Est, Maubeuge), le bordel ne pouvait décemment se tenir. Mais nous sommes un nouveau vendredi, un vendredi plus loin, un vendredi nouveau et là, le Bordel vous attend de pied ferme, de main moite et pour le reste, vous jugerez sur pièce. Mais commençons par prendre un peu de hauteur avec ces enregistrements de planètes à regarder avec les yeux et à écouter avec les oreilles. Vous pouvez tenter l'inverse mais c'est pas gagné. 

C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354

Merci d'éviter de marcher sur le spécialiste es-relativité es-trous noirs actuels, on en a encore besoin et ça fait très mal au pied en sus et maintenant, fixez quelques instants cette sphère, ssssss, aie confiance, envoie ton rib, tout ira bien.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354

Retour sur terre immédiat avec ces jolis vitraux déco façon alvéoles miellées par Kolibri Art Glass sur Etsy parce que c'est joli et puis pourquoi pas après tout et puis je fais un peu ce que je veux ici vu que c'est mon blog et, bon d'accord, c'était un moment de faiblesse, je ne sais pas ce qui m'a pris. Certainement l'équipe technique. C'est de leur faute.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354

Mais passons derechef au superbe travail de Leib Chibrin qui se la pète pas mal avec un crayon, une feuille et de la patience à revendre (elle est bien, elle est pas chère, c'est de la bonne). Et pour en voir plus sur son travail, vous pouvez aller sur le site de la Confédération des Amateurs d'Andouillette du Haut-Poitou mais le mieux, c'est par ici : behance.net/Leib

C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354

Même si c'est du dessin digital, ça reste du dessin aussi et Ozto, de Turquie, touche bien sa bille. Ou son stylet. Ou ce qu'il veut. Bref, c'est du costaud, Ozto : artstation.com/ozto

C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354

Mais si vous voulez bien vous donner la peine de poursuivre par ici, ce serait bien gentil car si vous ne vous donnez pas la peine, eh ben c'est pas la peine, vous pouvez repartir de là où vous venez et c'est rageant tout de même d'être venus jusqu'ici, ma bonne dame, y'a plus de saisons et on peut plus faire confiance au petit personnel.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #354

Poursuivez d'un pas altier et léger vers ces supermarchés australiens des années 70 car ça ne vous arrivera pas souvent une telle occasion et l'occasion faisant le larron et le larron étant en foire, vous n'allez pas louper une occasion de faire la foire en Australie en plein Peace and Love et en plus, y'a des super promos sur la viande de kangourou séchée.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354

Follow the yellow brick road, c'était déjà pris par Dorothy alors poursuivons sur ce splendide tapis rouge brésilo-futuriste vers de nouvelles aventures à travers ces intérieurs cossus et ce rayon hifi stéréo dernier cri. Comme Aaaaaaaaaaaaaaaahblam ou Ohiohiohiohiooooschplaf (exemples non contractuels).

C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354

Stephen Shore vous propose d'occuper un instant la chambre 31 du Forks Motel, à Forks dans l'état de Washington le 28 aout 1974 et pour l'heure, on cherche avec toute l'équipe technique et on revient vers vous avant de profiter de ce petit concert improvisé des Ramones et puis si ça ne vous plaît pas, voyez avec Bébert plus bas.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354

Bébert, y'a les gens du blog qui font rien que nous embêter. Bon, Bébert est occupé, il est dans une réunion très importante, il nous fait savoir qu'il revient vers vous dès que possible.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354

Poursuivons donc par un bon Manchester City-Manchester United de 1947, Danielle Dax (demandez pas qui c'est, aucune idée) par Derek Ridgers (inconnu au bataillon aussi), Bob qui fait l'âne, putain, t'es con, Bob, quel déconneur ce Bob, Ernest Hemingway à Sun Valley et un habitant de Sun Valley qui trouve qu'Ernest Hemingway ne devrait pas être à Sun Valley par terre, tout bourré comme ça, non, Jeff, t'es pas tout seul - Mais je m'appelle pas Jeff, je m'appelle Ernest - Non Jeff-Ernest, t'es pas tout seul - Mais laissez-moi tranquille - Non Jeff, tu me fais honte à sangloter comme ça bêtement devant tout le monde - Mais BORDEL, y'a personne ici, c'est le DÉSERT et je ne pleure pas et je m'appelle pas Jeff ! - Allez Jeff, viens, il me reste trois sous, on va aller les boire chez la Mère Françoise - Ah, s'il y a à boire, c'est bon; appelle-moi Jeff.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354

Passons en goguette vers le pont du Golden Gate qui, ah non, rebroussons chemin, il n'est pas fini puisque nous sommes en 1936, embrayons sur une partie de surf avec l'homme invisible (et hop, sans les mains), Twiggy à Paris par Gilles Caron en 1967, année pré-pré-érotique et puis si ça ne vous plaît toujours pas, voyez ça avec Ludmilla mais elle risque de vous prendre de haut.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354

Enchainons par un Cocteau préoccupé, une photo rare de Bootsy Collins au meilleur de sa forme (3 grammes) avec Casper le gentil fantôme (0 gramme, c'est un fantôme on vous dit), un bidibidibidi de qualité, un ange qui passe et trépasse et un peu de musique pour faire passer le tout alors Meg, one, two, three, take the elevator at the hotel Yorba, I'll be glad to see you later, all they got inside is vacancy.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354

Après cette délicieuse pause musicale et pour éviter toute perte dans les sentiers escarpés menant vers le sommet de ce bordel, je ne saurai que trop vous recommander de suivre notre experte (sac rouge, short gris) pour vous extirper des méandres de cet article afin de saluer Hanna Karwowska, Stanisław Sielański and Wanda Bartnówna qui n'ont d'autre intérêt que de cumuler 745 points au Scrabble à eux trois. 

C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354

Tiens, pour une fois quelques damoiseaux : en bronzette, de profil, en Steston ou hnnnng, le deltoïde tendu très naturellement, ceci afin de contenter la gent féminine lectrice de ce bordel car il en est, oui, il en est, salut les filles.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354

Passons aux donzelles du Bordel avec la splendide Carole Lombard en 1940, Ida Lupino par Scotty Welbourne en 1941, Grace Kelly sur le tournage de "la Main au Collet" en 1955 et attention, tout de même, excusez du peu : Miss Magic Marker 1954

C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354

Puis une splendide brune dont j'ai bêtement oublié de noter le nom et toute l'équipe technique sera fouettée avec des orties parce que c'est de leur faute avant tout, alors, une Sherilyn Fenn des grands jours avec des CHIPS, oui des CHIPS, une liseuse absolument tout à fait délicieuse et Karolina Kurkova qui passait par là alors pourquoi diable s'en passer, pas d'objection ?, adjugé.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354

Et puis si vous avez encore une remontrance, une objection, un avis dissonant, une remarque à faire, voyez avec le dinosaure partouzeur de droite situé ci-dessous.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #354

Mais vite, passons à de l'art, de l'art, de l'art avec Bruno Munari, "Negativo Positivo" de 1951, une œuvre non datée non signée, non titrée mais appréciable néanmoins de Valentin Bakardjiev, Edward Wadsworth Rotterdam, 1914, ah voilà, Edward il note tout, c'est pas comme Valentin, l'aut' sagouin, et Ellsworth Kelly qui passe devant du Ellsworth Kelly chez lui, étant lui-même Ellsworth Kelly. Vous suivez ou bien ? 

C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354

Un peu d'Emil Bisttram, "Transcendental Abstraction", de 1937, Harald Oskar Sohlberg "The mermaid" de 1896 et un petit Juan Gris, "Livre ouvert", de 1925 pour couronner le tout (c'est une image, cherchez pas, il n'ya pas pas de couronne, on n'est pas chez Basquiat).

C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354

Et enfin, une magnifique "Nature pâle à la lanterne", de 1922 par Le Corbusier, un soupçon de Simon Hantaï, "Meun" de 1967 et un "Suprematism with Blue Triangle and Black Square" de 1915 et de Kazimir Malevich et là, on devrait être bon. 

C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354

Bon pour quoi ? Mais pour nous diriger séance tenante vers les Messages à Caractères Informatifs de la semaine qui ont tellement à vous dire depuis 15 jours qu'il est mieux de vous laisser entre vous alors je me mets avec toute l'équipe technique bien sûr, dans un petit coin et on vous attend bien sagement eud' par là-bas.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354
C'est Vendredi, c'est le Bordel #354

Et c'est tout pour aujourd'hui mais il est tout à fait possible et même recommandé avant de quitter ces pages de partager ce Bordel n°354 à l'aide des boutons Facebook et Twitter ci-dessous qui n'attendent que votre bon vouloir. Alors bon voulez bien, voulez-vous ? Vous pouvez aussi laisser une petite obole comme chaque semaine en échange du Bordel du jour sur leetchi.com/apres-la-pub et vous pouvez aussi décider de suivre dans un grand élan de folie tel un bronco enivré de suivre ce blog sur Facebook ici facebook/apreslapub et sur Twitter eud' là twitter/ApresLaPub et même de vous y abonner (tout en haut, scroll, scroll, scroll). Si vous prenez la totale, on vous fera une petite réduction, on est comme ça avec toute mon équipe technique qu'est tellement nombreuse. Et technique. Sur ce, bon vendredi, bon week-end et à la semaine prochaine.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #354

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article