Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Florence et la Renaissance

... Si elle n'avait pas été là, vous ne liriez probablement pas ce blog. Si elle n'avait pas été là, je n'aurais pas découvert Nicolas de Staël au détour d'un livre sublime (Le Prince Foudroyé, par Laurent Greilshammer) puis Poliakoff, Domela, Twombly et beaucoup d'autres. Si elle n'avait pas été là, je n'aurais jamais fait une dizaine d'expositions de mes œuvres, de Paris à Bruxelles et à Hong-Kong. Si elle n'avait pas été là, je n'aurais probablement jamais ouvert de galerie d'art et je ne parlerais pas régulièrement de mes coups de cœur artistiques sur ce blog.

Florence et la Renaissance

Si Florence Boré n'avait pas été là, je n'aurais jamais profité de son érudition, de sa culture, de sa sensibilité qu'elle m'a peu à peu transmis au détour de baby-sittings tardifs chez elle. Florence est une des personnes qui a fait bifurquer ma vie et comme elle a du talent, beaucoup, et qu'elle fait une exposition de ses œuvres demain, je vous recommande chaleureusement (et vu le temps, c'est déjà ça de pris) d'aller voir ses œuvres magnifiques à partir de 18h à la Galerie Thuillier au 13, rue de Thorigny (leur site ici galeriethuillier.com).

Florence et la Renaissance

Ses études aux Arts Décoratifs de Paris, puis à Estienne et des rencontres magiques et ensoleillées avec Aragon et autres lettrés célèbres ont fait de Florence une esthète en tout ce qu'elle fait, même les pastas du dimanche. Si j'aime tant l'art, c'est grace à elle. John Fante, c'est elle aussi. Ainsi qu'Italo Calvino, Pirandello et quelques autres. Relieuse de grand talent depuis des années (son travail a même fait l'objet de la superbe expo "Théâtre de livres" à la Bibliothèque Historique de la ville de Paris), elle promène désormais son regard avisé sur des toiles qu'elle pare de morceaux de peaux rares. Galuchat, vélin, basane, maroquin, elle les associe dans l'espace pour créer une nouvelle langue associant l'accent du nord, ses tons endormis à celui du sud et de ses couleurs intenses. Ni peinture ni reliure, les œuvres de Florence s'acceptent pour ce qu'elles sont, une expression hybride, décontenançante, inventant un nouveau langage, un espace inédit.

Florence et la Renaissance
Florence et la Renaissance
Florence et la Renaissance
Florence et la Renaissance
Florence et la Renaissance
Florence et la Renaissance
Florence et la Renaissance
Florence et la Renaissance
Florence et la Renaissance
Florence et la Renaissance
Florence et la Renaissance
Florence et la Renaissance
Florence et la Renaissance

Alors n'hésitez pas si vous passez non loin de la rue de Thorigny à aller jeter un œil, puis deux, sauf si vous êtes Jean-Marie Le Pen, auquel cas, un, ce sera déjà bien. Le travail de Florence mérite que l'on s'y attarde, qu'on découvre sa délicatesse et qu'on se laisse aller à l'apprécier à sa pleine mesure car un écran d'ordinateur ne pourra jamais rendre l'évidence. Tout comme pour Poliakoff, Soulages ou Twombly, il faut vivre les œuvres de Florence en tête-à-tête. Alors passez-en une au 13, rue de Thorigny jusqu'au 23 novembre 2017. 

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Francesca 13/11/2017 11:40

Je ne connais pas son travail alors merci de l'info sur cette expo, j'y cours !
(Après, aller voir l'expo d'Anne-Françoise Couloumy, galerie Sparts 41 r de Seine P6 du 28 nov au 23 déc.)