Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

C'est vendredi, c'est le Bordel #371

 

... Mais oui mais tout à fait, fidèle à lui-même, il est de retour le Bordel du Vendredi sachant que les douze coups de minuit ont sonné et que nous sommes donc le lendemain de jeudi et que par là même, il y'a de fortes chances que nous soyons vendredi ainsi que pour mes lecteurs éloignés de Papouasie-Nouvelle-Guinée qui y sont, eux déjà depuis longtemps. Vendredi, nous sommes et vu le bordel ambiant un peu partout sur la planète, il n'y a absolument aucune raison valable pour que ça ne soit pas un peu le bordel ici aussi avant que ça pète de partout. Non mais. Et au départ, toute l'équipe technique et moi-même avions prévu de vous emmener dans la petite maison dans la Prairie mais Nelly Olsen a fait main-basse dessus pour ouvrir un resto végétarien et là, non, c'était pas possible alors dirigeons-nous vers la petite cabane dans la prairie qui saura agréablement pallier à ce léger contretemps avec un confort cinq étoiles. Pour en voir plus, c'est eud' par ici Agate Pass Cabin

C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371

Passons si vous le voulez bien (et sinon, c'est dehors direct avec un bon coup de 44 dans votre auguste postérieur) à ces quelques feuillets du magnifique Codex Guelf 74.1 commis par on ne sait pas qui en Allemagne aux alentours de 1550 afin de comprendre les lignes de fuite, la perspective et tout le bordel. De la belle ouvrage, m'sieurs dames, convenons-en sinon on va se fâcher et c'est pas bon pour la digestion. 

C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371

Poursuivons avec l'expression un chouya torturée mais néanmoins tout à fait intéressante de Jeremy Enecio et si ça vous dit d'en voir plus, vous pouvez tenter le Grand Bazar de Nœux-Les-Mines mais le mieux, c'est quand même de suivre ce petit lien : C'est par ici pour Jeremy

C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371

Je ne sais pas si de votre côté vous l'entendez mais depuis le début de ce bordel, y'a comme un toc-toc, toc-toc, toc-toc qui revient sans cesse... étrange... sûrement la courroie de transmission. Ou le pignon. Je mets l'équipe technique dessus. Mais poursuivons.

C'est vendredi, c'est le Bordel #371

Passons par Tokyo avec ces images de Takashi Yasui et si Yasui, c'est déjà ça qu'Eric Ciotti n'aura pas. Pour le reste et la suite de Takashi c'est par ichi

C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371

Sans coup férir, je vous adjoins une statistique effrayante, un super méga ultra synthétiseur Casio PT-7 pour faire des bœufs de Kobé, une goutte de sang par le Docteur Charles Forbes vers 1879, un Standard Lamp assez rare de Giò Ponti en 1957 et pour mettre pas loin, un agneau commode avec tiroir et plateau d'Oscar Tusquets avec le concours de Deyrolle, évidemment. - Allez Oscar, dessine-moi un mouton. - Alors tou vois, le mouton, yé lé vois bien avec oune tiroir et si on pouvait y poser dé quoi boire, ce serait outile aussi. - Génial ton idée ! - Bééééé ? Quoi, Béééé ? Bééé parce que. Pan.

C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371

Retrouvons-nous - bidi bidi bidi - après ce petit interlude - bidi bidi bidi - formé de - bidi bidi bidi - séquences - bidi bidi bidi - régulières et répétitives.

C'est vendredi, c'est le Bordel #371

Merci de bien vouloir emprunter cet incroyable escalier sis au Hide Restaurant à Mayfair avec un design imaginé par Atmos Studio alors qu'au niveau des costumes, mon équipe technique me dit qu'on revient vers vous d'ici peu avec de plus amples informations dès que nous serons en mesure de le faire, voire même peut-être un peu avant vu que BFM est sur le coup aussi.

C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371

Un jeune Nick Cave par Harry Papadopoulos en 1982, cette incroyable image du dernier Président des États-Unis d'Amérique à un mandat d'intervalle et une chtite Shirley, cause que son minois me plaît et que bordel, je fais encore un peu ce que je veux ici vu que c'est mon blog.

C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371

Hein, qu'es-ce que c'est ? Une réclamation ? (formulaire mauve 12B à la sortie) Un commentaire ?

C'est vendredi, c'est le Bordel #371

Passons donc par cette fenêtre de franc-maçon-Illuminati-Homme-Lézard pour poursuivre notre chemin vers ce sublime rideau du Radio City Music Hall de quelque part par Wendell McRae qui n'est pas à priori un relatif de Gwen et Georges mais là aussi, on est sur le coup.

C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371

Yeah Stevie ? Sure Stevie ! Always welcome Stevie. Non mais euh, par contre Stevie, comment te dire, c'est de l'autre côté les gens du blog. Stevie ? Stevie ! Bon, il est parti loin, là. Continuons.

C'est vendredi, c'est le Bordel #371

C'est désormais la fille de Gene Simmons qui souhaite nous dire un mot. Approche-toi, petite, que fait ton papa ? Démon. C'est bien ça, Démon.

C'est vendredi, c'est le Bordel #371

Un joli profil par Albert Watson en 1988, une fan d'époque de Gene Harlow, la délicieuse Harlow Angel, effeuilleuse professionnelle pour qui on se damnerait bien et on continue. On est bien, hein Tintin ? Oh oui, on est bien.

C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371

Bon, Candy Barr, de son vrai nom Juanita Slusher voulait aussi s'inviter comme sa copine alors voyez, on n'allait pas refuser. Please Candy, feel at home in le Bordel.

C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371

Et puis tout de même, comme cette veille de bordel, c'était mon anniversaire (l'équipe technique n'a pas d'anniversaire, c'est dans leur contrat), votre serviteur s'est fait plaisir avec Anita, Claudia, Sofia, Maria Grazia (un peu pour Rémy aussi) et Raquel et Christy et Gisèle tournicoti et Gisèle tournicota.

C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371

Retenez votre souffle, respirez, c'est tranquille, c'est tout droit.

C'est vendredi, c'est le Bordel #371

Vite, passons à de l'art avec du Munch en pagaille et ces variations autour du même thème, celui-ci étant en l'occurrence des falaises, une femme debout et une copine pas franchement fun. Le tout se nommant "Iterations of Two Women on the Shore" et datant de 1898, année bof érotique.

C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371

Puis un Georges Braque qui passait par là, "Femme A La Guitare" de 1933, une gouache de Soulages de 1955, un peu de Gualtiero Nativi "Forme nello spazio", de 1948 et un superbe Jean-Michel Basquiat (American, 1960-1988), "Charles the First", de 1982. 

C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371

Et enfin, Marina Apollonio, "No. 28 Gradazione 14 P Forma colore" de 1972, une "Vague" de Robert Motherwell en 1989 Wave et un chouya de Yayoi Kusama, "Sea in the Evening Glow", de 1995 et on y va.

C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371

"Mais où donc ?", cria la cantonade (qui n'est pas, rappelons-le à toutes fins utiles, l'association des fans d'Eric Oooh-Aaah-Cantona) mais vers les Messages à Caractères Informatifs qui concluent généralement le Bordel et comme on ne va pas s'attarder non plus et qu'on a des tomates à surveiller, c'est pas le tout mais allons-y.

C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371
C'est vendredi, c'est le Bordel #371

Et c'est tout pour aujourd'hui sauf si vous avez la judicieuse envie de partager ce Bordel avec tous vos amis avec les boutons ci-dessous s'il vous a plu ou de vous abonner à ce blog, c'est gratuit, de le suivre sur sa communauté Facebook ici facebook/apreslapub ou encore de laisser une petite piécette ou une grosse liasse de billets sur la table basse en échange de ce bordel du jour sur la Cagnotte du Bordel. Sur ce, c'est pas le tout mais on va fermer, bonne gens alors bon vendredi, bon week-end et à la semaine prochaine.

C'est vendredi, c'est le Bordel #371

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

mirabelle 16/05/2018 10:40

j'adore le "french kiss" !!!!
(et en deuze "psychopath/creative")
merci pour ce bordel !

Philippe Marie-Sainte 11/05/2018 00:52

En Papouasie Nouvelle Guinee, il est vendredi 8 heures avant chez vous !