Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Une histoire de famille

 

... Je me suis éclipsé depuis deux semaines pour travailler sur un projet que je destine à mon grand-oncle, Jacques Izoret, que j'adore. Jacques est malgré son grand âge un esprit libre, un rebelle de toujours, fou de jazz et de culture, désormais cloué sur une chaise roulante. À 92 ans, il garde néanmoins toute sa tête et nos conversations estivales, car il habite en Charente, sont toujours un bonheur. Petit, j'allais dans cette même maison sur la Nationale 10, celle de mon arrière-grand-père Aristide Izoret, homme de caractère, personnage truculent jamais avide d'une vieille histoire à raconter tout en chassant les mouches de sa tapette, toujours à portée de main. Les ignobles rouleaux pendant du plafond ne suffisaient pas à toutes les attraper. Son fils Jacques, mon grand-oncle habite désormais cette même maison. Pendant des années, il a consacré son temps libre à fouiller dans les archives départementales, passant des heures à décrypter de vieux registres. Désormais, il y a internet et je tenais à lui rendre hommage en faisant ma part et en plongeant dans l'histoire de ma famille à partir d'Aristide, père de Jacques. Puis en descendant jusqu'à ce que ça ne soit plus possible.

Une histoire de famille

Aristide, calot droit et fière moustache est né le 10 novembre 1888 à Sanxay, dans la Vienne. Il a fait 14-18, s'est bouffé du gaz, du schrapnel mais je ne savais pas grand-chose de lui, hormis ses homériques parties de chasses et l'étrangeté de certaines petites annonces dans le Chasseur Français que je lisais assis sur le trône dans les WC sous l'escalier. Alors j'ai cherché (Filae, Geneanet puis les archives départementales de la Vienne et des Deux-Sèvres) et j'ai trouvé. Et de là, j'ai tiré le fil. Le fil de la famille dans une grosse pelote de laine qui, peu à peu, s'est libéré. Et d'Aristide, né en 1888 et décédé en 1984, je suis remonté dans le temps à travers les différentes républiques, Napoléon, Louis XVI, Louis XV, Louis XIV et jusqu'à Henri IV. Et comme les Izoré de l'époque étaient protestants (le Poitou via La Rochelle s'était énormément converti à partir de 1550), ce ne fut pas une mince paire de manches pour trouver des actes, vu que les protestants étaient pas mal persécutés malgré l'Edit de Nantes.

Une histoire de famille
Une histoire de famille

Je suis descendu, génération après génération dans l'histoire de France, m'y confrontant même car la répression des protestants empêche de trouver certains actes. Les pasteur "du Désert", comme on les appelait à l'époque, étaient pour beaucoup itinérants. Les traces de leurs actes sont de fait difficiles à suivre. Et les terribles dragonnades de 1681 dans le Poitou, les premières du genre, qui obligeaient les protestants à accueillir sous leur toit des hommes de troupe, à les nourrir, les blanchir et à leur payer chaque jour un impôt tant qu'ils ne se convertissaient pas firent beaucoup de dégâts dans les rangs des Huguenots. Près de 30 000 dans l'année sous l'impulsion de l'intendant Marillac et ses troupes. Des familles entières vendirent tout et se ruinèrent, d'autres ne tinrent pas autant. Rien qu'à Saint-Sauvant, fief familial, il y eut 130 conversions de force dans une même journée dont Pierre Izoré et ses enfants, Louise de Féolle, femme de Jacques le frère défunt de Pierre et ses enfants. Le premier acte "officiel" de ma famille concerne l'un d'eux, Isaac et remonte tout de même à 1654 avec son baptême à Lusignan. Isaac Izoré, fils de Jacques Izoré et Louise de Féolle, né à Saint-Sauvant dans la Vienne et baptisé à Mougon (temple protestant) dans les Deux-Sèvres tout proche. Salut Isaac.

Une histoire de famille

De cet Isaac, maçon à Saint-Sauvant, je suis remonté à un de ses fils Jean, cardeur dans la même ville qui a eu un fils, Pierre, cardeur également qui a eu un fils, Jean, tisserand et bonnetier à Saint-Maixent L'École qui a eu un fils, François-Alexandre, tisserand et sacristain au même endroit qui a eu un fils, Charles-Alexandre, instituteur à Ouzilly-Vignolles qui a eu un fils, Alexandre, menuisier et aubergiste à Sanxay qui a eu un fils, Aristide, représentant de commerce qui a eu un fils, Jacques qui avait une sœur Elisabeth qui a eu un fils Louis qui m'a eu, moi.

Une histoire de famille
Une histoire de famille
Une histoire de famille
Une histoire de famille
Une histoire de famille
Une histoire de famille
Une histoire de famille
Une histoire de famille
Une histoire de famille
Une histoire de famille
Une histoire de famille
Une histoire de famille

Une passionnante remontée dans le temps, dans la géographie et dans les racines familiales bien ancrées dans le Poitou de ce côté ci. À la limite entre la Vienne, les Deux-Sèvres et la Charente, pays du pâté qui, je vous le rappelle est du gras. Et rappelons-le aussi : le gras, c'est la vie.

Une histoire de famille

En bref, si vous avez envie de replonger dans l'histoire de votre famille, n'hésitez pas à me faire signe et pour une somme somme tout relative mais pas tout à fait insignifiante vu le temps de travail et les efforts à y consacrer et quelques informations de base, je vous fais en une semaine un récapitulatif complet de là où vous venez et de qui vous descendez. Juste un peu avant le singe.

 

P.S : En bonus, l'histoire de Daniel Izoré, meunier au Moulin de Mongoulin à Jazeneuil, juste à côté de Cloué où son père Pierre, frère de Jacques, père d'Isaac (suivez un peu, bordel) était meunier du moulin de Malvau. Une histoire édifiante sur les rapports et catholiques en 1715 et le niveau de vie d'un meunier et de sa famille à cette époque.

Une histoire de famille
Une histoire de famille
Une histoire de famille
Une histoire de famille

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Iris 19/05/2019 23:03

"En bref, (...), je vous fais en une semaine un récapitulatif complet de là où vous venez et de qui vous descendez." .. Bravache!

Françoise 10/10/2018 19:31

Bravo, bel et passionnant hommage !