Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

On dirait le Sud

... Si vous avez été privés de bordel vendredi dernier (bouuhhhh), c'était pour une excellente raison (wéééééééééh !) puisque j'étais parti avec madame (et sans l'équipe technique) fêter le 33e anniversaire de notre rencontre et de nos premières pulsations communes, et ce malgré le fait que nous ayons à peine 25 ans à nous deux. Pour ce faire, nous nous étions organisé un périple aux petits oignons avec les derniers jours des Rencontres photographiques d'Arles et un tour à Aix-en-Provence et ses environs. Nous avions un temps envisagé une visite de Roubaix et de Tourcoing mais finalement, non. Bref... arrivés le jeudi après-midi dans la ville chérie de Van Gogh, de Gauguin et des touristes asiatiques à perches à selfies, nous avons néanmoins bien profité des dernières heures animées de la saison sous un soleil encore estival. Le pied (soit ).

On dirait le Sud
On dirait le Sud
On dirait le Sud
On dirait le Sud
On dirait le Sud
On dirait le Sud
On dirait le Sud

Arles est toujours cette splendeur un peu fatiguée, pleine de charme bien que décatie, une sorte de Bette Davis avec un petit goût d'ail en sus. Parcourir ses rues étroites, flâner jusqu'au musée Réattu Le site du musée Réattu, splendeur du Moyen Âge aux marches élimées, dîner dans le quartier de la Roquette aux faux airs de Naples et de Barcelone et voir des expos superbes un peu partout, du Monoprix aux églises, des cloîtres aux hangars de la SNCF. Encore le pied ( lou péd en provençal).

On dirait le Sud
On dirait le Sud
On dirait le Sud
On dirait le Sud
On dirait le Sud
On dirait le Sud
On dirait le Sud
On dirait le Sud
On dirait le Sud
On dirait le Sud
On dirait le Sud
On dirait le Sud
On dirait le Sud
On dirait le Sud
On dirait le Sud
On dirait le Sud
On dirait le Sud
On dirait le Sud

Après ces premières agapes déjà fort appétissantes, direction Aix-en-Provence que Madame ne connaissait pas, où, malgré une météo plus que maussade (des trombes d'eau nous ayant obligé à boire de la tisane, yeeek et à aller voir Ad Astra, sacrée daube, au cinéma), nous avons pris deux énormes claques (schlak et re-schlak). L'une, monumentale le matin à la Fondation Vasarely, zyva vas-y puis la deuxième, pas pitchounette non plus, au Château La Coste, Art et Vin avec une balade de plus de deux heures dans le parc entre sculptures, vignes à perte de vue, œuvres monumentales de Louise Bourgeois, Tadao Ando, Richard Serra, Tracy Emin, Andy Goldsworthy et expo de dessins de Jean-Michel Basquiat pour bien finir. Le pied (làb en hongrois, langue natale de valeureux Victor). 

On dirait le Sud
On dirait le Sud
On dirait le Sud
On dirait le Sud
On dirait le Sud
On dirait le Sud
On dirait le Sud
On dirait le Sud
On dirait le Sud
On dirait le Sud
On dirait le Sud
On dirait le Sud
On dirait le Sud
On dirait le Sud
On dirait le Sud
On dirait le Sud
On dirait le Sud
On dirait le Sud
On dirait le Sud
On dirait le Sud
On dirait le Sud
On dirait le Sud
On dirait le Sud
On dirait le Sud
On dirait le Sud
On dirait le Sud
On dirait le Sud
On dirait le Sud
On dirait le Sud
On dirait le Sud
On dirait le Sud
On dirait le Sud
On dirait le Sud
On dirait le Sud
On dirait le Sud
On dirait le Sud
On dirait le Sud
On dirait le Sud
On dirait le Sud

Bref, excusez-moi mais j'avais autre chose à faire que de me planter devant mon ordinateur. Mais je me rattraperai. Si je veux. Car c'est encore un peu mon blog et j'y fais ce que je veux. Non mais. Alors.

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article