Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

C'est Jeudi, c'est Poésie

Elle tourne, elle est nue, elle est grave; ses flancs
Ondulent d’ombre bleue et de sueur farouche.
Dans les cheveux mouillés s’ouvre rouge la bouche
Et le regard se meurt entre les cils tremblants.

 

Ses doigts caressent vers des lèvres ignorées
La peau douce, la chaleur molle de ses seins.
Ses coudes étendus comme sur des coussins
Ouvrent le baiser creux des aisselles dorées.

C'est Jeudi, c'est Poésie

Mais la taille, ployée à la renverse, tend
Le pur ventre, gonflé d’un souffle intermittent,
Et sous l’arachnéen tissu noir de sa robe
 

Ses bras tendres, avec des gestes assoupis,
Ses pieds froids sur les arabesques des tapis,
Cherchent l’imaginaire amant qui se dérobe…

 

Elle tourne, elle est nue, elle est grave, Pierre Louys.

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article