Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mon chien à moitié stupide

Celles et ceux qui lisent ce blog depuis longtemps (bientôt 11 ans pour les plus fidèles) savent à quel point j'ai une affection toute particulière pour la famille Fante. John, le patriarche mais aussi Dan, le rejeton et même sa femme Ayrin et leur fils Giovanni, futur danseur étoile. Si vous ne connaissez ni l'un ni l'autre, 1. vous manquez quelque chose d'important et de 2. Allez sur le moteur de recherche de ce blog et tapez les cinq lettres magiques "Fante" et vous aurez accès à tous les articles à leur propos. C'est donc avec une certaine appréhension que j'appris qu'Yvan Attal travaillait à une adaptation du fabuleux "Mon chien stupide" du père John. Et c'est toujours avec cette même appréhension (et ma sublime femme) que je me rendis hier soir au cinéma pour découvrir sur grand écran son adaptation d'un livre inscrit en lettres d'or dans mon panthéon personnel.

Mon chien à moitié stupide

Pour autant, j'avais décidé de ne pas juger avant et de me laisser emporter par cette adaptation sans idées préconçues. "Tu veux adapter Fante ? Vas-y, gars. Au moins, ça relancera la vente de ses livres", me dis-je à moi-même car parfois je me parle tout seul alors que quand je m'adresse à Mauricette et Ekta (mes chiennes pas stupides), elles ne me répondent que rarement. Nous voilà donc dans la salle et après une litanie de publicités toutes aussi nulles les unes que les autres, les lumières s'éteignirent. Bon point, le film commence comme le roman, au volant d'une vieille Porsche sur une route détrempée. "C'était janvier, il faisait froid et sombre, il pleuvait. J'étais las et déprimé, mes essuie-glaces ne fonctionnaient pas et j'avais la gueule de bois après une longue soirée de beuverie et de discussions avec un réalisateur millionnaire qui voulait me faire écrire le scénario d'un film sur un couple de gangsters " à la manière de Bonnie et Clyde, avec de l'esprit et de la classe". Aucun salaire n'était prévu. "Nous serons associés cinquante-cinquante." C'était la troisième proposition de ce genre qu'on me faisait en six mois, un signe des temps très décourageant. Je me traînais à vingt-cinq à l'heure sur la route de la côte, la tête passée par la fenêtre, le visage ruisselant d'eau ; j'écarquillais les yeux pour essayer de suivre la ligne blanche, et le toit en vinyle de ma Porsche 1967 (quatre mensualités impayées, l'organisme de crédit gueulait) a bien failli être arraché par la pluie diluvienne quand j'ai enfin bifurqué vers l'océan." Fin de la première page du roman (z'avez qu'à l'acheter pour la suite).

Mon chien à moitié stupide

La scène de la découverte de cet énorme chien dans un bosquet sur la pluie est elle aussi parfaitement restituée, l'intrigue est là. Mais, fait étrange, pendant la première demi-heure (ou un peu plus), tous les dialogues tombent à plat totalement comme un doublage raté et j'avais cette étrange impression de me retrouver dans un épisode de "Plus belle la vie", mal joué, toujours décalé, dirigé avec les pieds. Avec madame, nous nous sommes regardés plusieurs fois dans la salle sombre (car nous sommes nyctalopes) et, fait rare, nous avons failli quitter la salle devant ce naufrage annoncé. Et puis, au fur et à mesure que les enfants disparaissent de l'histoire, les choses se sont lentement arrangées. Non pas que les enfants ou plutôt les comédiens qui les campent dont Ben Attal, le rejeton du couple que forment Charlotte Gainsbourg et Yvan Attal soient mauvais mais chaque dialogue tombait invariablement à côté. Un rythme aussi bancal qu'un flamand rose avec une patte plus courte que l'autre.

Mon chien à moitié stupide
Mon chien à moitié stupide

Et puis, lentement, plus les enfants disparurent de l'histoire, plus le film se remit sur ses deux pieds, devint à nouveau vérité jusqu'à cette scène finale sans paroles d'une justesse, d'une finesse et d'une délicatesse absolues. Est-il possible de ne pas aimer puis d'aimer un film pendant la même séance ? Oui. Faut-il aller le voir pour vous faire votre propre idée. Oui, encore. Aurez-vous envie de lire le livre de John Fante ensuite ? Y'a intérêt. Bref, désormais, c'est à vous de jouer et longue vie aux Fante et à tous vos chiens, qu'ils soient ou non stupides.

Mon chien à moitié stupide
Mon chien à moitié stupide
Mon chien à moitié stupide
Mon chien à moitié stupide

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

gilles 10/11/2019 11:32

Merci beaucoup pour cet article ! Ton blog ​[apreslapub ]​ m’apporte toujours de super conseils pour​mon chien stupide ​ ! J’ai aussi suivi ce programme qui permet d'aimer les chiens stupides ou non​ rapidement et sans effort :

https://bit.ly/2K7kS6y