Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

C'est Vendredi, c'est le Bordel #412

... (Dong dong dong dong dong dong dong dong dong dong dong dong) Oh Oh Oh... Minuit a sonné ! Mais, demanda le Père Noël, ne serait-ce pas le dernier Bordel de l'année qui point là ? Faisons-en un Bordel de Noël ! Oh oui  oh oui, répondirent les elfes au bord de l'épuisement mais c'est ça de n'être pas syndiqués. C'est bel et bien le dernier Bordel de l'année 2019 dont vous vous apprêtez à ouvrir les portes non sans une certaine lubricité au coin de l'œil. Principalement le gauche. Je vous vois. Bref, bienvenue dans ce dernier Bordel estampillé 2019 et avec les grèves et tout le tralala, il était temps que ça s'arrête. Mais le Bordel lui est toujours vaillant, tel Michel, et alerte, tel David Hasselhoff en maillot rouge, torse bombé, ventre rentré et mèche au vent. Et comme nous vous sentons tous (toute l'équipe technique au fond de la cave et moi-même) très las en cette fin d'année, je vous propose de poser votre séant là sur ce sublime canapé modulable de 1970, le célèbre DS 1025 d'Ubald Klug pour la marque De Sede.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412

À noter que le canapé DS 1025 d'Ubald Klug pour De Sede est également disponible en version marron ignoble mais aussi en version rouge à chier et en jaune pisse délavé. On ne sait que choisir.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412

De l'infiniment haut pour découvrir l'incroyable fort de Bourtange construit en 1593 dans la province de Groningen, passons à l'infiniment petit avec les images magiques de pollens, graines et plantes diverses et variées signées Rob Kesseler (à voir plus en avant eud' par ici : Rob Kesseler).

C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412

Pour celles ou ceux qui auraient grand besoin de chaleur et de rhum qui s'évapore c'est dingue tiens ressers-moi un verre, nous pouvons vous proposer le Peace Lodge, un écolodge sis au Costa Rica et comme vous avez internet et des doigts, vous trouverez si ça vous intéresse.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412

Après, tout est question de goût mais si vous n'êtes pas convaincu(e) non plus par le Kalundewa Retreat (par Earth & Space Architects) au Sri Lanka, il reste un week-end à Nevers ou un détour par le Formule 1 de Tourcoing mais toute l'équipe technique au fond de la cave revient vers vous pour les photos, on n'avait pas prévu.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412

Allez, comme c'est Noël, je vous mets une grosse pointe Bic. Enfin, en tout bien tout honneur, hein, n'allez pas voir là une quelconque tentative lubrique de ma part. Une règle stricte, je ne couche pas avec mes lecteurs ou mes lectrices. Sauf ma femme. Mon côté Columbo, sans les impairs.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #412

Passons si vous le voulez bien à Pablo Picasso, Jean Cocteau et une admiratrice fort complice pendant un combat de taureaux à Vallauris en 1956, Frank Zappa et tous les Mothers Of Invention et ça en fait par Art Kane et le vrai, l'authentique, l'unique, l'incorruptibilité faite homme : Elliot Ness. Elliot, les gens du blog, les gens du blog, Elliot.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412

Déroulons avec le début de la course de tricycles partant de Marble Arch à Londres jusqu'à Gelnbrook dans le Buckinghamshire dans les années 30 et poussons jusqu'à la Croisette sous la neige en 1940. De bien belles images qu'on aimerait voir plus souvent mais avec le réchauffement climatique, c'est cramé.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412

Passons à un David Bowie dubitatif devant une étrange machine en 1994 et à Janis Joplin en pleine montée d'acides et en pleine descente de capot, ce qui n'est donc pas incompatible.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412

Rajoutons un peu de couleurs avec le splendide illustrations du début des 80's de Dave Stevens qui touche sa bille en filles et en mecs en slips par dessus leurs collants moulants.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412

Et puis si ça ne vous plaît pas, la porte est là. Oui d'accord, c'est une portière mais on ne va pas se mettre à pinailler si près de la fin de l'année.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #412

Deux beaux gifs en passant car ils sont beaux et puis c'est encore un peu mon blog ici, bordel et j'y fais ce que je veux. Ah, je vous préviens : en 2020, ça risque d'être pareil.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412

Tiens, pour appuyer par un cas concret. Là, j'ai envie de Jodorowski. Et paf, "The Holy Mountain", film perché et néanmoins assez sensass comme on disait en 1973 du grand homme, partenaire au long cours de Mœbius.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412

Bon, c'est pas tout les pyschotropes et les délires mystiques mais y'a Noël à préparer, et célébrer la naissance d'un juif blond palestinien qui ressemble à un surfer californien et qui meurt et qui renaît, ça, c'est pas du délire mystique ou je m'y connais pas en délires mystiques.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #412

Ah oui, Bobby, Pamela, JR, Sue hips Ellen, Ellie, Jock, Ray et Donna s'associent à toute l'équipe technique, mes deux assistantes Mauricette et Ekta et moi-même pour vous souhaiter de joyeuses fêtes si vous réussissez à retrouver votre famille dans tout ce bordel.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #412

Ah, quelque chose me dit qu'il pourrait y avoir un message dans le rythme syncopé que transmet ce hamac. Oui, c'est bien du morse. D-O-N-Z-E-L-L-E-S. Mais foutre de cornofulguropoing, qu'est-ce que ça peut bien vouloir dire ?

C'est Vendredi, c'est le Bordel #412

Un indice supplémentaire ? Hmm, voyons voir. Heu, souplesse arrière ? Surya Bonaly ? 96 ? Flexion-extension ? 

C'est Vendredi, c'est le Bordel #412

Mais non d'une pipe en bois de Saint-Claude, bien sûr, il est temps de passer à Ava au saut du lit, Claudia o sole mio, Jane Fonda à fond disco, Lætitia à fond pas perdu pour tout le monde si personne n'en veut et une magnifique sélection de donzelles triées sur le volet avec des sourires et des jambes et du charme et de l'espièglerie et de la gymnastique. Important, la gymnastique.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412

Vite, un peu d'art de qualité afin de clore cette année en beauté avec le travail superbe de Philip Govedare visible en long, en large et en travers de porc sel poivre ici Philip Govedare.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412

Ajoutons une sculpture-plante-insecte d'Agata Ingarden, un peu de "Fête" de Bridget Riley en 1989, du Felicity Robertson Nampitjinpa, "Puyurru" et du Willy Willrab, "Ika ½ watt Luz blanca y brillante" de 1923 et on est pas mal.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412

Alors avec du László Moholy-Nagy, "Untitled" de 1920, du Mark Grotjahn, "Untitled (Creamsicle 864)" de 2010, du Patrick Heron, "January 1973 3, 1973" et du René Magritte, "La voix de l'espace" de 1928, là, on commence à être bien.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412

Et si je vous propose en sus de profiter une dernière fois honteusement des Messages à Caractères Informatifs ci-dessous qui n'attendent que ça, que demande le peuple ? Du pain et des jeux. OK, Rien d'autre ? Les numéros du Super Loto ? La retraite à 50 ans ? C'est pas possible, circulez y'a rien à voir.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412
C'est Vendredi, c'est le Bordel #412

Et c'est tout pour aujourd'hui et pour 2019 alors merci de faire péter le score de ce dernier Bordel de l'année en le partageant avec tous vos amis, votre famille, votre belle-famille, vos collègues ou même des rencontres de passage furtives entre deux portes cochères si vous voulez. N'oubliez pas non plus que vous pouvez vous abonner à ce blog pour que dalle alors qu'en 2020, ça vous coûtera bonbon et peut-être même caramel chocolat et que vous pouvez suivre ce blog sur sa page Facebook Après La Pub sur Facebook qui s'approche irrémédiablement des 2222 membres alors invitez-y aussi vos amis. Sur ce, y'a un réveillon à préparer, des cadeaux de dernière minute à acheter, du champagne à mettre au frais alors on ne va pas vous retenir plus longtemps au Bordel. Bon vendredi, joyeux Noël, bonne année et probablement pas à la semaine, hips, prochaine.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #412

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

sorita 20/12/2019 14:51

bizarrement Elliot Ness à une trogne de poche à gnole. Incorruptible mon cul : ça détournait les cargaisons de sky frelaté et allait s'arsouiller dans des bars forcément interlopes. un mythe s'effondre : écoutons-le tomber en ricanant.

Jules 20/12/2019 11:59

Mêmes initiales d'ailleurs

Jules 20/12/2019 11:59

Ben dis donc Dave Stevens on dirait du Denis SIRE (Ou le contraire)