Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

C'est lundi, c'est Vlad Dracul

... Netflix, Amazon Prime, Canal Play, OCS, Netflix, Amazon Prime, Canal Play, OCS, parfois j'ai l'impression que le monde ne tourne plus qu'autour de ces quatre noms, qu'il n'y a plus que ça, que c'est le centre de notre vie. Bon, ok. Chacun son truc. Et il paraît qu'actuellement sur Netflix, il y a un Dracula revisité qui, selon les commentaires que j'ai pu lire est soit absolument génial et indispensable soit Cheh c naze Van Helsing c 1 meuf mdr. Ne l'ayant pas vu, je ne peux que vous proposer un autre Dracula qui lui, vaut son pesant de litres de perfusions d'O, de A, de B ou d'AB. Celui de Georges Bess, immense auteur français de BD qui revisite le roman de Bram Stoker avec maestria (une copine) et beaucoup d'originalité tout en restant très fidèle à l'histoire. 

C'est lundi, c'est Vlad Dracul

Georges Bess est un formidable conteur, virtuose à la fois par la qualité incroyable de son graphisme mais aussi par son utilisation de l'espace. Comme Sergio Toppi, Bess se permet tout. Il déstructure, reconstruit, nous fait voler de case en case en embarquant avec lui le lecteur. Comme un spectateur de plus de l'histoire qui se déroule sous nos yeux, nous sommes dans l'intrigue, dans la neige de Transylvanie, dans les murs froids du château du Comte aux dents longues.

C'est lundi, c'est Vlad Dracul
C'est lundi, c'est Vlad Dracul
C'est lundi, c'est Vlad Dracul
C'est lundi, c'est Vlad Dracul
C'est lundi, c'est Vlad Dracul
C'est lundi, c'est Vlad Dracul
C'est lundi, c'est Vlad Dracul
C'est lundi, c'est Vlad Dracul

Chef d'œuvre graphicogothique (ou gothicographique, comme vous voulez), ce roman visuel de Georges Bess mériterait bien de finir dans votre bibliothèque car il n'y a qu'ici, sur ce blog, que des gens de goût et de qualité auquel toute l'équipe technique Tamoul au fond de la cave et moi-même souhaitons une excellente année 2020.

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article