Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

C'est Vendredi, c'est le Bordel #421

... Alors on me dit qu'on est à nouveau un jour en di. Encore ? C'est pas dit. Des oui dire, probablement. Ça sent le complot ourdi. Non parce que ça n'est plus possible de croire en quoi que ce soit en ce moment avec toutes ces fake news qui circulent de partout alors comment savoir que nous sommes bien un jour en di, dis ? On ne saura pas. Mais dans le doute, voici, cher public adoré, un Bordel du jour en Di à vous mettre sous la dent ou sous le coude si vous n'avez pas le temps tout de suite. Mais comme du temps, on en a tous, autant le gaspiller joyeusement au Bordel et pour ce faire, je vous ai trouvé un moyen de transport collectif et communautaire de toute beauté et pour les individualistes un peu trop carrés, débrouillez-vous avec le vélo ci-dessous (pompes et rustines non fournies, démerdez-vous).

C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421

La première étape de ce Bordel nous mène tout droit au Yukon–Kuskokwim Delta Regional Hospital de Bethel en Alaska et ne demandez pas pourquoi puisque c'est la faute de Caudill Rowlett Scott qui l'a photographié en 1980 alors pour les plaintes, voyez ça avec lui.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421

Bon, alors le côté glaciaire ne semblant pas plaire à tout le monde, vous êtes toutes et tous invités à vous réchauffer au Lundy’s Warm Mineral Springs Inn à Venice, Floride où vous pouvez prendre la chambre que vous voulez, c'est open-bar, royal au bar et même ulahup barbatruc alors voyez.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421

Et comme il faut bien meubler, je me permets de vous ajouter une lampe Cobra d'Edgar Brandt de 1928 (sa sœur a été vendue 20 000 euros chez Sotheby's, déconnez pas avec), l'œil de Caïn monté en bague pour avoir l'œil partout (pas con), un pot à tabac du XVIIIe siècle pour remplacer Christine Boutin qui s'est désistée au dernier moment et un bidule hypnotique si vous voulez perdre quelques secondes supplémentaires dans ce Bordel. Oui, vous pouvez, yes, you can, si, se puedo.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421

Tels Alice, si vous voulez plonger dans le monde intérieur de la suite de la continuité de ce Bordel, merci de bien enfiler un maillot de bain, plonger dans le sillage de la naïade et continuer un peu plus loin car sinon, ça va bouchonner et avec la qualité de l'air en ce moment, ce serait dommage de polluer ce si beau ciel bleu.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #421

Patientons un instant dans les salles suréquipées du terminus de la Greyhound à Los Angeles en 1969 avant de poursuivre notre route avec Dorothea Lange et deux rêveurs américains en 1937, de nous retrouver pile le 3 novembre 1953 avec Alfred Butts, l'inventeur du Scrabble et son associé James Brunot photographiés par l'immense Arthur Rothstein himself s'il vous plaît et finissons-nous dans une rue de Paris en 1930 grâce à l'œil affuté de Gilbert de Chambertrand qui passait par là et avec un appareil-photo en plus et sacrée chance tout de même quand on y pense.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421

Une pause naturelle de Mick Jones et Joe Strummer des Clashs photographiés par Chalkie Davies dans les toilettes du métro londonien, un magnifique auto-portrait de N. Jay Jaffee en 1979, un hommage au large, à l'immense Brian Dennehy parti cette semaine rejoindre Appolo Creed et puis un peu de Dean, Deano, L'homme le plus cooooool du monde avec toute sa petite famille parce que je vous rappelle qu'ici, c'est mon blog et que si j'ai envie de mettre du Dean Martin, je mets du Dean Martin.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421

Deux Brando pour le prix d'un par Margaret peu Bourke-White, excusez du peu en 1952 pour le magazine Life, une image incroyable de Doug Mills d'un des derniers points presse de la Maison Blanche (mon Late Night Show préféré en ce moment), quelques hispaniques hauts en couleur par Jean-Paul Goude à Brooklyn en 1975 et des gars gaulés comme moi. Dingue. Photocopie. Incredibeul. Huge.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421

Bon alors là, à ce niveau du Bordel, il est de rigueur de se poser la bonne question : mais où c'est-y qu'on va, Bordel ?

C'est Vendredi, c'est le Bordel #421

Et c'est une excellente question que je (et toute l'équipe technique Tamoul au fond de la cave) vous remercie d'avoir posé, d'ailleurs elle est là, pas loin du pot à tabac, elle va se plaire, y'a du soleil et je l'arroserai régulièrement ce et sur ce, sautons sur la selle de Jeremiah Johnson pour aller saluer Lou Ferrigno qui a une petite faim et Vincent Price qui attend la nuit pour se sustenter (oui, j'avais, à cet instant du Bordel une envie d'utiliser le mot "sustenter" qui n'est pas facile à placer tous les jours alors voilà, c'est comme ça).

C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421

Enfin ! À la suite d'un quête longue et harassante, nous avons atteint le but ultime : le centre de contrôle opérationnel de l'énorme Bordel mondial actuel. Ah. Ok. On comprend mieux maintenant. Désolé d'avoir dérangé,  on va se démerder nous-même.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #421

Et quel meilleur enchainement que ces quelques images du Docteur Folamour qui n'est vraiment pas loin de certains dirigeants actuels et c'est pas pour dire mais on est dans un sacré beau bordel. 

C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421

Et puis si ça ne vous plaît pas, voyez ça avec Lothar Engelbrecht von Kalowski IIIe du nom et vous fatiguez pas à argumenter, il n'a plus d'oreilles.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #421

Introducing la maravillosa Rossy Mendoza dans Santo contra los secuestradores, délicieux navet de 1973 car Rossy, bien que née à Majorque parle comme vous, pas toi et moi dans la langue de Molière avec peut-être un soupçon d'accent encore un peu léger mais c'est un modèle d'intégration cette Rossy, de Palma donc.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #421

Merci Rossy pour cette introduction toute naturelle avec consentement vers les donzelles de la semaine sans lesquelles le Bordel ne pourrait être qu'au chômage technique avec Maria Elena dans le plus simple appareil (un petit Kodak jetable), Ann Margret sur la carpette, Céleste et Babar et Lynda, une cabane au Canada ou pas, Quinn O'Hara (la fille à Maurane) et Shalia West (la fille à Artemus), un abat-jour de toute beauté, un porté-levé maîtrisé à la perfection, disons-le, c'est du beau boulot et les juges ne s'y trompent pas, 10, 10, 10, 10 et 10.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421

Mais comment évoquer les donzelles sans souhaiter un magnifique 82e anniversaire à la plus craquante de toutes entre elles, la arghissime Claudia Cardinaaaaaaaaaaaaale ? C'est fait.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421

Et puis si ça ne vous plait pas, pop dans ta face de rat.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #421

Vite, passons à de l'art avec Iqi Qoror, "Le Pape Innocent d'après Bacon d'après Velazquez", Mel Ramos, "Gitanes Légères" de 1999, Wayne Thiebaud, "River and levee" de 1996 et "Tommy Todtmann" Max Pietschmann en 1885.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421

Un peu d'"Impatience" d'Arshile Gorky en 1945, un "Satyre" de 1958 de Rafael Zabaleta, un "Sans titre" magnifique d'Harry Bertoia en 1938 et une "Couleur Additive, de 1970 et de Carlos Cruz-Diez sacrément chouette pour les mirettes. 

C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421

Last but not least, Harry Callahan, “Sunlight on Water” de 1943, "Sainte-Adresse" par Claude Monet en 1867, "Saint-Malo" en 1907 par Maurice Prendergast et une "Jeune femme lisant" par Augustin Zwiller parce qu'ici aussi, je fais ce que je veux.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421

Et il est l'heure de passer aux Messages à Caractères Informatifs de la semaine des jours en di alors allons-dy.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421
C'est Vendredi, c'est le Bordel #421

Et c'est tout pour cette semaine mais ça fait déjà un sacré beau Bordel que vous ne manquerez pas de partager avec des amis dans le besoin avec les boutons Twitter et Facebook ci-dessous, comme vous ne manquerez pas de vous abonner à ce blog et/ou de le suivre sur sa page Facebook ici Après La Pub sur Facebook afin de ne rien manquer en ces temps de confinement. Sur ce, c'est pas tout mais comme on n'a rien à faire, je peux éventuellement faire trainer cette phrase assez longtemps si vous le souhaitez mais on va quand même abréger, hein, alors bon vendredi, bon week-end et à la semaine prochaine avec des jours en di.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #421

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

loran 17/04/2020 22:07

je suis passé ce matin.. y'avait rien.. j'etais deçu et je me suis dit 'unjourendi prochain alors !'
et ce soir.. paf ! vive le repassage