Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

C'est Vendredi, c'est le Bordel #424

... Selon des sources oscillant entre "sûres" et "on n'a que ça en ce moment, contentez-vous en", il semblerait que nous soyons le dernier jour en di avant le week-end. Je demanderais bien à mon équipe technique tamoul au fond de la cave de vérifier mais comme ce Bordel est déjà à la bourre, convenons que nous sommes bien un jour en di et attaquons de suite avec ces masques totalement essentiels pour suivre le cours de la Bourse un peu partout dans le monde mais surtout sur votre visage grâce à Huey Yin Wong et sa série "Stock exchange" visible plus en avant eud' par ici : Stock Exchange masks.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #424
C'est Vendredi, c'est le Bordel #424
C'est Vendredi, c'est le Bordel #424
C'est Vendredi, c'est le Bordel #424
C'est Vendredi, c'est le Bordel #424

Dans la série mmmm mais quel bon goût, vous pouvez vous décider pour ces lampes Star Wars façon bois et style Tiffany's que je vous laisserai avec plaisir. Après, tous les goûts sont dans la nature, à défaut de la décharge. Si jamais vous voulez vraiment mais vraiment ces horreurs pour une raison qu'ici chez Après La Pub personne ne s'explique, vous pouvez toujours suivre ce lien Lampes Star Wars Tiffany's.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #424
C'est Vendredi, c'est le Bordel #424
C'est Vendredi, c'est le Bordel #424
C'est Vendredi, c'est le Bordel #424
C'est Vendredi, c'est le Bordel #424
C'est Vendredi, c'est le Bordel #424

Pour les autres, je peux vous proposer une belle sélection avec ce splendide synthétiseur ASYZ made in Czechoslovakia aux alentours de 1971, cette étonnante boucle de ceinture chauve-souris réalisée par Ferdinand Erhart vers 1910 (et visible au Rijk Museum d'Amsterdam si vous n'abusez pas trop des space-cakes) et un MacIntosh SE de présentation en 1987 qui vous dévoile tout mais vraiment tout, tout, tout, petit coquinou.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #424
C'est Vendredi, c'est le Bordel #424
C'est Vendredi, c'est le Bordel #424

Bravo à Banksy pour son don de la semaine à l'hôpital de Southampton, rajoutons une carte des groupes de Metal dans toute l'Europe car sait-on jamais, ça peut servir, tout comme cet abécédaire du bédo sorti en 1993 de la plume et de l'imagination fertile de Paul Corio dans le célèbre Village Voice, LE magazine New Yorkais par excellence. 

C'est Vendredi, c'est le Bordel #424
C'est Vendredi, c'est le Bordel #424
C'est Vendredi, c'est le Bordel #424

Comme il nous reste de la route dans ce Bordel, je peux vous proposer deux options, l'une collective avec cet extraordinaire Golden Dolphin bus de 1956 et de la marque Viberti. Ou bien pour les plus individualistes d'entre vous (j'en vois quelques uns et unes), vous avez également l'option Abarth 1500 Biposto qui chie pas mal la classe au niveau de la défécation classieuse.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #424
C'est Vendredi, c'est le Bordel #424
C'est Vendredi, c'est le Bordel #424
C'est Vendredi, c'est le Bordel #424
C'est Vendredi, c'est le Bordel #424
C'est Vendredi, c'est le Bordel #424
C'est Vendredi, c'est le Bordel #424
C'est Vendredi, c'est le Bordel #424

Comme vous êtes désormais toutes et tous bien installés pour poursuivre la route du Bordel, prenons la direction de Prague où nous attend la A1 House par le cabinet d'architectes A1 et heureusement, ils sont meilleurs en architecture qu'en recherche de noms de maison et c'est une bonne chose qu'il fallait souligner car c'est quand même important et oui, bon, je meuble un peu mais c'est logique pour une maison.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #424
C'est Vendredi, c'est le Bordel #424
C'est Vendredi, c'est le Bordel #424
C'est Vendredi, c'est le Bordel #424
C'est Vendredi, c'est le Bordel #424
C'est Vendredi, c'est le Bordel #424
C'est Vendredi, c'est le Bordel #424

En continuant un petit peu plus loin sur la route, nous nous retrouvons, oh chance, à l'ancienne gare de la Cincinnati Union Terminal (Architectes : Felheimer, Wagner, Crêt et Wank) joyau Art Déco ouvert en 1933, fermé en 1972 et depuis transformé pour devenir le Cincinnati Museum Center et ça, c'est une idée qu'elle était pas conne vu la beauté et les volumes de l'endroit.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #424
C'est Vendredi, c'est le Bordel #424
C'est Vendredi, c'est le Bordel #424
C'est Vendredi, c'est le Bordel #424

Tant qu'à se balader dans des détails, je vous mets un petit Jean-Honoré Fragonard des familles de la famille des Fragonard, "Paysage pastoral avec un berger et une bergère" pour que vous ayez le temps de vous perdre un peu dedans car vous n'avez que ça à foutre et en plus, c'est beau et ça fait du bien.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #424
C'est Vendredi, c'est le Bordel #424
C'est Vendredi, c'est le Bordel #424
C'est Vendredi, c'est le Bordel #424

Poursuivons plus en avant avec "Le laitier" et "Rue Saint-Vincent, Montmartre" de Charles Ciccione et la "Rue de la Bûcherie vue du cul-de-sac Saint-Ambroise" en 1866 par Charles Marville.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #424
C'est Vendredi, c'est le Bordel #424
C'est Vendredi, c'est le Bordel #424

Plus près de nous (sans Dieu), je relance d'un trio de Stephen Shore et d'une excellente interview du Maitre si ça vous tente : Phaidon Stephen Shore American Surfaces.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #424
C'est Vendredi, c'est le Bordel #424
C'est Vendredi, c'est le Bordel #424

Si vous avez des amis prêtres dans le besoin, passez-leur ce magazine pour parer au plus pressé, ce qui ne vous empêchera pas d'admirer ces jeunes bolchéviques fortes têtes à Moscou car vous aimez l'éclectisme et c'est pour cette raison que vous apprécierez aussi ces deux portraits de Sidney Poitier par Brian Duffy en 1965 et puis ici, c'est mon blog et j'y fais ce que je veux alors si vous voulez autre chose, faites-vous votre blog à vous.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #424
C'est Vendredi, c'est le Bordel #424
C'est Vendredi, c'est le Bordel #424
C'est Vendredi, c'est le Bordel #424

Et comme là aussi, c'est toujours mon blog, j'ajoute l'incroyable Chef John Smith, a.k.a White Wolf photographié vers 1920 à l'hypothétique et canonique âge de 137 ans, ainsi qu'une image de Russell Lee de 1940, "General marchandise" car je la trouve magnifique comme cet instantané de La Havane par René Burri que voici.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #424
C'est Vendredi, c'est le Bordel #424
C'est Vendredi, c'est le Bordel #424

Allez, on se pose le fondement deux secondes sur ce Sofa de Gaettano Pesce pour Cassina en 1987 et on y retourne car ça n'est pas tout à fait terminé et faudrait voir à pas trop traîner.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #424

Trinquons donc avec Ingrid Bergman si elle veut bien nous en laisser mais la goulue ne semble pas décidée à partager.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #424
C'est Vendredi, c'est le Bordel #424
C'est Vendredi, c'est le Bordel #424

Bon, tournons-nous alors vers aaaaaaaaaahAna de Armas dont le charme hypnotique nous fait dire qu'on ne serait pas loin de la partie consacrée aux donzelles dans le Bordel. C'est une hypothèse. Allons vérifier à pas de loups.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #424
C'est Vendredi, c'est le Bordel #424
C'est Vendredi, c'est le Bordel #424

Mais oui, il y a bien quelques donzelles éparses dont Anny Disco Queen Duperey, Sue Lyon en 1962 à la première de Lolita et Marisa Mell dans Danger Diabolik en 1968. À noter que Marisa respecte les consignes et porte son masque bien comme il faut. Bien joué Marisa.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #424
C'est Vendredi, c'est le Bordel #424
C'est Vendredi, c'est le Bordel #424

Pêle-mêle, ajoutons une Shar Sto ou une Ron Ne, bref une demi Sharon Stone, une lectrice d'Eames (donc une femme de goût), un peu de linge sens dessus-dessous avec ou sans trous, un café, un dessert, un massage, un passage à la Bar et Shirley et Shana et le compte est bon, on y va.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #424
C'est Vendredi, c'est le Bordel #424
C'est Vendredi, c'est le Bordel #424
C'est Vendredi, c'est le Bordel #424
C'est Vendredi, c'est le Bordel #424
C'est Vendredi, c'est le Bordel #424
C'est Vendredi, c'est le Bordel #424
C'est Vendredi, c'est le Bordel #424
C'est Vendredi, c'est le Bordel #424
C'est Vendredi, c'est le Bordel #424

Et puis si ça ne vous plaît pas, merci d'adresser le formulaire D872 en trois exemplaires à Krystal qui le mettra immédiatement à la poubelle.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #424

Vite, passons à de l'art avec Douglas Huebler, "Untitled (Wall Relief)" de 1964, Imre Bak, "Ohne Titel" de 1967 et Léon Spilliaert, "Yellow and Purple Sea" de 1923 comme ça au moins, vous aurez vu la mer.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #424
C'est Vendredi, c'est le Bordel #424
C'est Vendredi, c'est le Bordel #424

Ajoutons du Prabhakar Barwe, "King and Queen of Spades" de 1967, du Satish Gujral, "Untitled" de 1968, du Robert Neuman, "Small Mirage Painting" de 1966 et du Raoul Lozza avec "Maquette de estructura abierta de la pintura concreta Nº416" (oui, tout ça) de 1960 et là, on est bon.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #424
C'est Vendredi, c'est le Bordel #424
C'est Vendredi, c'est le Bordel #424
C'est Vendredi, c'est le Bordel #424

Et c'est l'heure de passer aux célèbres Messages à Caractères Informatifs alors ne perdons pas de temps car nous nous tournerions les pouces à savoir qu'en faire et au bout d'un moment, aye, pouce-elbow et c'est le drame.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #424
C'est Vendredi, c'est le Bordel #424
C'est Vendredi, c'est le Bordel #424
C'est Vendredi, c'est le Bordel #424
C'est Vendredi, c'est le Bordel #424
C'est Vendredi, c'est le Bordel #424
C'est Vendredi, c'est le Bordel #424
C'est Vendredi, c'est le Bordel #424
C'est Vendredi, c'est le Bordel #424
C'est Vendredi, c'est le Bordel #424
C'est Vendredi, c'est le Bordel #424
C'est Vendredi, c'est le Bordel #424
C'est Vendredi, c'est le Bordel #424
C'est Vendredi, c'est le Bordel #424
C'est Vendredi, c'est le Bordel #424
C'est Vendredi, c'est le Bordel #424
C'est Vendredi, c'est le Bordel #424
C'est Vendredi, c'est le Bordel #424
C'est Vendredi, c'est le Bordel #424
C'est Vendredi, c'est le Bordel #424
C'est Vendredi, c'est le Bordel #424
C'est Vendredi, c'est le Bordel #424
C'est Vendredi, c'est le Bordel #424
C'est Vendredi, c'est le Bordel #424
C'est Vendredi, c'est le Bordel #424
C'est Vendredi, c'est le Bordel #424
C'est Vendredi, c'est le Bordel #424
C'est Vendredi, c'est le Bordel #424
C'est Vendredi, c'est le Bordel #424
C'est Vendredi, c'est le Bordel #424

Et c'est tout pour aujourd'hui sauf si vous souhaitez partager ou offrir ce Bordel du Vendredi n°424 sur les différents réseaux grâce aux petits boutons situés ci-dessous. N'oubliez pas que vous pouvez vous abonner à ce blog pour une somme dérisoire comprise entre 0 et 0 euro et que vous pouvez le suivre sur Facebook sur sa page dédiée ici Après La Pub sur Facebook et c'est pas tout mais on a un déconfinement (pour certains) à préparer alors bon vendredi, bon week-end et à la semaine prochaine.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #424

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jules 09/05/2020 15:11

Je sors sur mon balcon le vendredi soir à 20.00h. pour applaudir le bordel et tout ce qu'il fait pour nous