Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

C'est Vendredi, c'est le Bordel #425

... C'est assez incroyable mais il semblerait que nous soyons à nouveau un jour en di et même, selon des sources recoupées avec soin, un vendredi. Puisque nous sommes enfin déconfinés, nous savons à nouveau quel jour nous sommes et il semblerait qu'ici, une vieille tradition implique que ce soit un peu le Bordel en ce dernier jour de la semaine travaillée. C'est important les traditions alors considérons que c'est parti pour un nouveau Bordel avec les sublimes images infrarouges de Kate Ballis qui expose actuellement à Melbourne si vous passez par là. Sait-on jamais, j'ai des lecteurs et des lectrices partout sur le globe (je vous vois). Pour en voir plus de Kate en tout cas, son Instagram est là : Kate Ballis c'est ici.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425

Sans transition, passons à ces planches cryptozoologiques créées en association avec la mythique maison Deyrolle par l'artiste Camille Renversade dont vous pouvez voir plus de travaux eud' par là : Camille Renversade Deyrolle.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425

Comme ça, tout de go, je vous rajoute un beau Bordel créé avec l'incroyable alphabet en 3D imaginé par le studio espagnol Cess autour de nombreux artistes du XIXe et XXe siècle. Le premier ou la première à trouver toutes les références gagne un abonnement totalement gratuit au Bordel et ma considération distinguée enrubannée de bolduc de qualité.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425

Pas facile. Mais faisable. À votre bon cœur messieurs dames dans les commentaires. 26 artistes à trouver, certains évidents et pour d'autres, bon courage.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425

Poursuivons si vous le voulez bien (sinon, la porte est là-bas) par un lit bien pédicuré, une carte avec un village d'irréductibles Ricains qui résiste encore et toujours aux envahisseurs d'Hambourg et des bagues pour les yeux qui ne sont plus dans la colline mais en monture d'argent mais c'est une toute autre histoire que nous ne vous narrerons pas aujourd'hui parce que Wes Craven est actuellement indisposé depuis qu'il est décédé le 30 aout 2015.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425

Poursuivons avec ce vendeur en rollers motorisés qui fait son plein dans une station-service du Connecticut en 1961, Dennis Hopper qui révise ses répliques sur le tournage de Rebel Without a Cause et le Général Douglas McArthur parce que, pourquoi pas et puis c'est mon blog ici donc j'y mets ce que je veux. 

C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425

Et comme vous m'êtes assez sympathiques, toute l'équipe technique du Bordel et moi-même sommes heureux de vous inviter au 90e anniversaire de Pablo Picasso à Vallauris avant d'apprécier cette superbe bague pour deux personnes créée par Otto Künzli en 1980 et de profiter de la plastique avantageuse (et je ne vous parle même pas de la voix de satin) du trop tôt disparu Sam Cooke.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425

Quant à la suite de... non, malheureux, surtout pas, ne touchez pas ce b... trop tard.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #425

Ah ben oui mais si on ne respecte pas les consignes, hein... bref, poursuivons par un peu de merchandising en direct de La planète des Singes avec des boucles de ceintures Zira, Zaïus ou Cornelius (au choix), un peu de Basquiat des rues parce que Samo not Dead et Uschi Obermaïer en plein roulage de bédo et please don't bogart, Uschi, pass it over to me (spéciale dédicace à la Nottingham University Crew et aux amateurs d'Easy Rider, de Steppenwolf et de Farternity of Men).

C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425

Pouf, comme ça, parce que j'ai envie et qu'ici c'est toujours mon blog, je relance de quatre Katharine Hepburn bucoliques en diable et en 1934 par le photographe George Hoyningen-Huene pour le magazine Vanity Fair parce que Pif Gadget et Métal Hurlant n'existaient pas encore sinon croyez bien que George n'aurait pas loupé l'occasion.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425

Bon, un petit tour, ou deux, ou trois ou quatre ou autant que vous voulez et on y retourne.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #425

Il aurait été dommage, en cette semaine sainte pour ceux qui croient en Brian, de ne pas noter qu'il y a 51 ans et quelques jours, une bande d'Anglais a décidé de se marrer de tout et de tout le monde pour mon plus grand bonheur et celui de quelques autres habitants de cette planète. Sur ce, je vous rajoute une marmotte, un cobra royal et un joli intérieur parisien parce qu'après tout, pourquoi pas et qu'ici aussi, c'est mon blog et si l'équipe technique n'est pas d'accord, elle peut mais elle se prendra des coups de fouets alors finalement, non, elle ne peut pas.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425

Bon, sautons dans ce train de banlieue cher à Jimmy Sommerville de Bronsky Beat pour aller un peu plus loin dans ce Bordel car comme disait Jimmy : " You leave in the morning with everything you own in a little black case. Alone on a platform, the wind and the rain on a sad and lonely face. Mother will never understand why you had to leave but the answers you seek will never be found at home. The love that you need will never be found at home. Run away, turn away, run away, turn away, run away, run away, turn away, run away, turn away, run away" et je vous demande de méditer ces paroles de Jimmy pendant quelques secondes. Mais pas trop non plus, on a un Bordel à terminer alors terminus, tout le monde descend.

 

C'est Vendredi, c'est le Bordel #425

Venice Beach, Venice Beach deux minutes d'arrêt le temps d'admirer ces masques de Mardi-Gras mais sans trainer non plus car vous avez rendez-vous à Coney Island pour quelques tours de Grand Huit et de montagnes russes avec au choix, Grace Kelly, Debbie Harry ou Lemmy Kilmeister. On ne se fout pas de vous au Bordel. Jamais.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425

Et puis si ça ne vous plaît pas, voyez ça avec Annie Ripcurl-Oakley III, issue d'une longue famille de chasseuses de primes alors je serais vous, certes je lirais ce Bordel plutôt que de l'écrire mais je ne bougerais pas trop quand même. Annie a la gâchette facile et si vous comptiez la soudoyer, non, elle n'aime pas les sucettes.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #425

Oui kesséssé, belle rousse incendiaire à lunettes (et rousse incendiaire à lunettes, rousse incendiaire à baskets) ? Un message de la plus haute importance à transmettre du didi ?

C'est Vendredi, c'est le Bordel #425

Mais oui, évidemment, il est temps de célébrer les donzelles qui font la notoriété du Bordel jusqu'à Jouy-en-Josas et ses environs avec la sympathique et pneumatique Nata Lee (de son vrai petit nom Natalya Krasavina) qui s'est mise aux couleurs de ce blog et c'est fort sympathique à toi, Natalya. Tiens, un point de rationnement pour la pandémie 2021.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425

Mais comme le Bordel est plutôt bigame, n'omettons pas le rôle essentiel de ces quelques donzelles supplémentaires dans le succès de ce Bordel, avec Jenny Agutter, la magnifique Jessica 6 de l'Âge de Cristal, un peu de lecture, un peu de vélo (bicycle, bicycle, i want to ride my...), un peu de plongée, un peu de pieds au mur, un peu de gymnastique et un peu de Julie Ege, dauphine de Miss Norvège 1962, année pré-pré-pré-pré-pré-pré-pré-érotique mais quand meme un peu érotique, merci Julie.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425

Vite, passons à de l'art avec une "Console et deux fenêtres" de Raoul Dufy en 1948, Eddie Martinez, "Future Passed" de 2018, Frank Brangwyn, "Ponte della Badia" d'avant 1956 (après, il état occis) et "Gentle accent" de 1934 par Wassily Kandinsky parce que j'aime beaucoup Wassily, très chastement s'entend.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425

Et encore un peu d'art en sus avec un sublime "Portrait of the Artist’s Daughter, Mary", par Franz von Stuck, Sergio Fergola, "The Room of the Voice J", du Toni Costa "Alternazione Visuale" de 1963 et enfin du Steven Baris, "Jump Cut E6" de 2019 et là, on est pas mal.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425

Et c'est l'heure de passer aux célèbres Messages à Caractères Informatifs de la semaine que vous pouvez partager tout autour de vous en n'omettant pas de mentionner le Bordel, ce serait gentil à vous, en vous remerciant bien beaucoup.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425
C'est Vendredi, c'est le Bordel #425

Et c'est tout pour aujourd'hui à moins que vous n'ayez envie de relire ce Bordel une deuxième fois ce qui est possible en rescrollant touuuut en haut ou à moins que vous ne souhaitiez partager ce Bordel avec quelques amis auquel cas, les petits boutons ci-dessous sont pour vous pour twitter ou facebooker ce Bordel du jour si vous l'avez apprécié. En parlant de Zuckerberg, vous pouvez suivre ici Après La Pub sur Facebook pour ne rien manquer comme 2262 fans ravis et pas forcément au lit mais c'est possible aussi et je crois qu'on a fait le tour alors on ne va pas s'attarder non plus en cette veille de premier week-end de semi-liberté alors bon vendredi, bon week-end et à la semaine prochaine.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #425

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article