Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Boyliwood

par Pagman 21 Janvier 2009, 00:46 À part ça


 
... Vous avez adoré Bienvenue chez les Chtis ? Le Transporteur 3 est en boucle dans votre lecteur DVD ? Vous attendiez Valkyrie de Tom Cruise avec impatience ? Surtout, ne courez pas voir Slumdog Millionaire, le dernier film de Danny Boyle, réalisateur du très moyen La Plage, du bien meilleur Trainspotting et de l'excellent Petits meurtres entre amis. Slumdog Millionaire est un film tellement tout qu'il va falloir que je sorte mon dictionnaire de synonymes pour ne pas me retrouver rapidement à sec de superlatifs. C'est beau, intense, dramatique, romantique, philosophique, terrifiant, remuant, épatant, mémorable, admirable, inévitable, ça vous remue les tripes comme un roller-coaster en surcharge, ça vous émeut, meuh, comme une vache folle à l'abattoir et ça vous enchante comme l'air de cithare apaise la digestion d'un curry vindaloo. La partition que nous joue Danny Boyle avec sa caméra ultra mobile dans la foule est au plus près des ordures, des odeurs, de l'ordinaire de la vie d'un bidonville indien où perdre un membre de sa famille d'un coup de barre dans la gueule et repartir comme si de rien n'était, sans même un petit Mars est aussi normal que d'acheter une Barbie par mois pour nos chères têtes blondes que l'on aime beaucoup par ailleurs.


Je ne vous fais pas le pitch, beurk, je vais vous faire un résumé concis du sujet. C'est bien plus joli.

Jamal Malik a 18 ans, c'est un moins que rien, orphelin né à Mumbai et simple porteur de thé. Pourtant, il est sur le point de remporter 20 millions de roupies dans la version indienne de «Qui veut gagner des millions?» sans Jean-Pierre Foucault, il a un très mauvais accent indien et porte assez mal le turban. La police arrête Jamal avant la question finale car il est soupçonné de tricherie. Interrogé à l'ancienne à la gégène, Jamal explique alors assez vite d’où lui viennent ses connaissances. Il raconte sa vie dans la rue, ses expériences, son histoire d'amour avec une fille qu’il a perdu et surtout, pourquoi il a la réponse à chacune des questions qui lui ont été posées pour prouver son innocence. Mais je ne vous dirai rien de plus. J'ai dit résumé, donc je ne vais pas m'épancher et je préfère vous laisser le soin de découvrir ce film magnifique par vous-même car ce sera bien mieux que par moi et en plus, je l'ai déjà vu.

Et pour mes amis homo sapiens sapiens masculins, il y a un petit plaisir supplémentaire avec la découverte de la aUUUUUUUhaaa, pardon, la très jolie Freida Pinto dans le rôle de Latika. Bravo quand même à tous les autres acteurs, les plus jeunes et les autres, qui sont absolument parfaits de justesse. Mais quand même Freida Pinto, aUUUUUUUUhaaa. Et schwing aussi quand même. Voilà.














 

commentaires

snoring solutions 26/11/2013 08:07

This movie has virtually shocked the entire movie industry and took Inid and its prestige to the global world. It gave a new meaning to the film industry as a whole whch gave a new market to Indian cinema as well.

Nicolas Ancion 22/01/2009 20:38

Un bon film, pas de doute. Pas aussi poignant, tout de même que ses deux premiers, qui m'avaient tous deux soufflé. Ici, je sens plus le travail et les idées qui restent cérébrales, alors que dans Trainspotting et Petits meurtres, elles étaient viscérables, elles vibraient avec la musique et les images. La bande son, par exemple, est bien moins réussie ici.

cozette 21/01/2009 10:45

Ça tombe bien, on y va ce soir.

lisa 21/01/2009 04:39

I agree with you. This was a great movie, and the camera work, particularly in the early chase scenes, was fantastic.

Haut de page