Après la Pub... Sandrine Estrade Boulet

par Pagman 24 Janvier 2009, 10:53 Après la pub



 ... Après la Pub, Sandrine Estrade Boulet a d'abord commencé par ne rien faire du tout. Mais alors rien de rien. Et surtout pas de la pub. Elle se levait à des heures indues, laissant sa progéniture prendre sa voiture pour aller à l'école. Elle s'invitait chez ses amis à une heure du matin pour titiller des oreilles de bull-terrier frileux, manger des madeleines et boire du bon vin.  Elle lançait des "niiiiiin !" tonitruants à tout bout de champ pour un oui ou pour un non, se prenant pour la réincarnation de Criquette Rockwell, une semi-célébrité-ex-reporter-directrice de la program-mation de la télévision de St-Andrews-mère en devenir-future femme de médecin-business-woman-ex-chanteuse de piano-bar pour malentendants-artiste de vaudeville hors pair et pourtant fortement poitrinaire. Dans ses moments de lucidité, elle revenait en elle-même et allait, comme à son habitude, se faire épiler le maillot au Starbuck's Café et acheter du vernis à ongles chez Courrèges mais seulement au prix d'efforts inouïs. Elle inventa ensuite des chorégraphies sur des musiques des années 80, réécouta d'une traite toute la discographie des Pixies depuis leur création en 1986 sous la houlette de Charles Thompson IV, plus connu sous le nom de Frank Black. Elle Nikona, elle H&Ma, elle Marc Jacobsa, elle a même failli Paul Smither mais ce sera pour un peu plus tard car c'était fermé. Un jour, elle obligea même ses amis à regarder " Le petit Baigneur", oui, je sais, c'est dur mais l'amitié, la vraie, est à ce prix ultime. Bref, elle profita, découvrant le plaisir de ne plus avoir de PPM, de briefs contraignants sur des lunetiers égocentriques français, des eaux à bubulles françaises, des voitures de fabrication française avec portes latérales françaises ou des bouquets de chaînes de télévision françaises avec des ex-stars du football français commençant par Zinedine et terminant par Zidane.

 
Et puis, un matin, Sandrine se réveilla et eut une révélation. Un peu comme Bernadette Soubirous à Lourdes le 11 février 1958 sauf que Sandrine ne s'appelle pas Bernadette, qu'elle ne pouvait être à Lourdes en 1958 car elle n'était pas née et qu'en plus, Bernadette Soubirous n'a jamais été directrice artistique chez Euro RSCG BETC mais on n'est jamais sûr de rien avec ces canonisées basses du bulbe. Sandrine, donc, illuminée par une zénithale et divine lumière (en fait un spot de son plafond qui avait un faux contact et s'allumait puis s'éteignait de manière épisodique) comprit qu'à ne rien faire comme ça, elle allait assez rapidement s'emmerder et que ce serait dommage de gâcher tout son talent et ses années d'expérience professionnelle à faire des cakes déjà prêts de chez Picard. Elle se remit alors à l'illustration, domaine qu'elle taquinait en amatrice et développa des images que seul son cerveau de blonde azimutée pouvait concevoir. Si certaines voient des nains partout, Sandrine, elle, voit des bouches dans des champs de pierres, des personnages dans son quotidien urbain et quand elle revient à elle, elle fait aussi des logos rigolos pour écolos mais pas que.






Puis elle réfléchit et se dit aussi (une Sandrine pouvant avoir jusqu' à deux révélations par jour) que se mettre en free-lance permettrait probablement de mettre des épinards dans l'assiette et du beurre dans les épinards qui sont dans l'assiette, dans les jours fastes. Alors, elle s'attela à la tâche de se créer un site de free-lance digne de ce nom et tant qu'à faire, avec un nom qui sort de l'ordinaire : www.joliedirectionartistique.com. Dedans, elle y mit beaucoup d'amour, pas mal de son talent, des annonces presse avec une jolie direction artistique, des affiches bien fichues avec une jolie direction artistique et même des films avec des images pour les yeux et du son pour les oreilles et une jolie direction artistique, le tout coordonné par une jolie direction artistique. Notons que l'accumulation de "jolie direction artistique" dans cette dernière phrase n'est en rien une volonté stylistique rébarbative de ma part mais un moyen d'aider Sandrine à faire référencer son site grâce aux mots clé que sont jolie, direction et artistique.

Pour la suite de ses illustrations, il faudra attendre un peu. Elle y travaille mais faut pas la pousser, les visions ça ne se commande pas sur Ebay non plus.

Et pour jeter un œil, une oreille, un pied, un bras, un testicule, un foie ou ce que vous voulez sur le site de Sandrine, c'est bien simple, c'est pas compliqué, c'est tout con, c'est ici :
link


 

commentaires

Haut de page

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog