Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Une pierre à la mer.

par Pagman 28 Août 2009, 11:34 À part ça


Qui voit Molène voit sa peine.
Qui voit Ouessant voit son sang.
Qui voit Flou va chez Afflelou.
Qui voit Groix voit sa croix.
Qui voit Sein voit sa fin.
 

... dit le dicton dont je mettrai bien en doute l'authenticité, du moins en partie. En tout cas, le dicton n'est pas la moitié d'un con, ce qui m'arrange car pour couper con en deux, ce n'est pas facile. Mais il a bien raison car au large du Finistère, il ne fait pas bon naviguer si on ne s'y connaît pas. La Mer d'Iroise est constellée de rochers à fleur d'eau qui ont vu pas mal de bateaux, des galions aux super tankers, s'y accrocher depuis des générations et les îles du Ponant (Ouessant, Sein, Groix etc...) ont payé un lourd tribut à leur nature hostile.




Si le dicton n'était pas aussi négatif et ne versait pas à ce point dans un pessimisme de mauvais aloi, il aurait pu rajouter  : "Qui voit Molène s'offre un voyage sans âge, vogue entre ciel et terre, foule une lande vierge parsemée de trous mous et de moutons, profite de ses embruns rafraîchissants, est accueilli avec le sourire, mange des crêpes avec bolée de cidre doux ou brut incluse dans la formule et voit finalement à peine sa peine".




D'accord, c'est plus long, moins rythmé mais c'est vrai aussi. Car si l'élément liquide autour n'est pas toujours accueillant, les habitants de ces terres, eux, sont à l'opposé. Les Skréos (les Molénais) sont comme leur île : rudes mais ouverts à tous vents, invariablement vers les autres. Ils savent accueillir et surtout recueillir.





Les Molènais sont réputés pour leur excellence en matière de sauvetage et l'histoire de l'île est rythmée des récits des naufrages alentour dont le plus célèbre, celui du Drummond Castle en 1896 fit 258 victimes. Face au dévouement dont firent preuve les habitants de l'île pour secourir les rares survivants (3) et offrir une dépouille digne à bon nombre d'autres dans le cimetière de l'île, la Reine Victoria tint à offrir aux Molènais une citerne d'eau pour pallier au problème d'eau potable sur l'île et une horloge pour le clocher de l'église car tout le monde ne peut pas avoir une Rolex au poignet et on voit l'église, l'horloge et son clocher de partout dans l'île.




1200 m de long, 800 de large, soit moins d'une heure à pied pour en faire le tour, 202 habitants, des moutons, des poules, des lapins, des chats, un bouc, un Super 8/Banque/Cave, un magasin de journaux/tabac/dépôt de pain/droguerie/jouets et autres, une crêperie, un Fan Club de Johnny Halliday, un hôtel, un restaurant tenu par le fan n°1 de Johnny, des ruelles, des fils électriques, la lande tout autour, un port, des bateaux et la Mer.




Une retraite au plan d'eau. Un caillou qui flotte sur l'eau, insubmersible, attaqué de toutes parts. Un univers si confiné qu'il vous appartient aussi dès que vous y posez le pied, un sentiment d'être nulle part mais très précisément en plein milieu de ce nulle part, d'être aussi vulnérable que puissant en même temps. C'était ma troisième visite en dix ans sur "l'île chauve", "Moal Enez" en breton, d'où Molène tire son nom. Mais c'est pas sûr non plus car il y avait aussi une famille Mol ou Moal à qui appartenait l'île au X eme siècle donc la situation reste ouverte à toutes les élucubrations et en gros, sans preuve véritable et indubitable, restons sur ce consensus mou jusqu'à la réouverture de l'enquête par Lilly Rush de Cold Case si, entre deux intuitions, elle se découvrait une envie subite de venir en Bretagne manger de la saucisse fumée aux algues. On ne sait jamais.




Ces images sont les premières d'une série dont vous pouvez voir l'intégralité sur ma page Flickr mais sinon, le plus simple, c'est quand même de cliquer directement sur le petit lien que je m'apprête à ajouter une fois que j'aurai terminé cette phrase qui n'en finit pas de s'allonger comme le muret de béton ci-dessous : link




Et pour tout savoir sur Molène si ça vous tente, le site (indispensable et remarquablement documenté) est à deux brassées de là, précisément juste ici, allez, souquez ferme matelot, que diable, hissez haut, ici : link



commentaires

Haut de page