Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mais Bernardaud, tu es stone ?

par pagman 18 Janvier 2010, 10:13 Vite - de l'art !


... Marie-Elisabeth Bernardaud - Porcelaine - de - Limoges - Limoges - ancien - Limoges - Contemporain - Bernardaud de l'immense famille française des  Bernardaud - Porcelaine - de - Limoges - Limoges - ancien - Limoges - Contemporain - Bernardaud se balladait tranquillement à La Vegas pour faire quelques emplettes de choses moches mais colorées et clignotantes comme tout ce qui se fait à Las Vegas. Malgré le demi-million de dollars qu'elle venait de perdre au casino, Marie-Elisabeth était d'humeur primesautière et profitait de l'enchantement féerique en carton-pâte ce cette ville si particulière où le vice côtoyait la luxure qui elle-même frayait avec le stupre, ce cochon.

Marie-Elisabeth aimait ces immenses limousines d'un blanc immaculé qui lui rappelait la porcelaine de son enfance, spécialité familiale depuis que Léonard Bernardaud, son arrière-arrière-arrière-arrière-grand-père racheta la maison Delinières en 1863. Delinières - Porcelaine - de - Limoges - Limoges - ancien - Limoges - Contemporain - Delinières, ça ne sonnait pas bien alors Léonard Bernardaud eut l'idée géniale de donner son nom à sa société.  Bernardaud - Porcelaine - de - Limoges - Limoges - ancien - Limoges - Contemporain - Bernardaud, quand même ça marchait mieux.

Tandis que Marie-Elisabeth déambulait joyeusement dans les rues sous l'effet du champagne qu'elle avait ingurgité par magnums entiers car elle avait soif de vie et de bulles aussi, elle tomba sur un charmant jeune homme qui lui proposa de la raccompagner vu son état lamentable. Marie-Elisabeth, après un moment de doute, accepta car de toutes façons, elle était bien trop bourrée pour rentrer à pied jusqu'à sa suite du Venetian. Accord, l'homme lui offrit d'abord son bras puis devant les yeux pétillants de désir de Marie-Elisabeth, lui offrit le reste après qu'ils se furent immergés tous deux dans le jacuzzi olympique de sa suite Royale. À l'issue d'une nuit blanche, quoi de plus normal pour Marie-Elisabeth fière et digne héritière des porcelaines  Bernardaud - Porcelaine - de - Limoges - Limoges - ancien - Limoges - Contemporain - Bernardaud, elle se trouva fort dépourvue quand elle s'aperçut que son Prince Charmant avait décampé au petit matin.

Pour seule trace de leur union, il lui avait laissé un polichinelle dans le tiroir et sa carte de visite sur laquelle son nom était inscrit en lettres blanches, tiens, quel hasard, sur fond noir : Gil Grissom. 9 mois plus tard naissait Beccy Ridsdel, fille de Marie-Elisabeth  Bernardaud - Porcelaine - de - Limoges - Limoges - ancien - Limoges - Contemporain - Bernardaud et de Gil Grissom qui ne la reconnut pas, poussant ainsi Marie-Elisabeth à lui donner le nom de son nouvel amant Jean-Eudes Maurice-Ridsdel de la grande famille des Ridsdel connue pour ne pas faire grand chose dans la vie à part se taper des héritières avec des noms de familles longs comme une conférence de Frédéric Lefebvre. Beccy grandit, grandit et elle aussi fut happée par le virus familial de la porcelaine qu'une haine farouche de son géniteur perdu l'incitait à malmener pour notre plus grand plaisir et j'arrête mes élucubrations débiles ici pour vous laisser profiter du travail sublime de Beccy qui a une certaine propension à autopsier des assiettes mais de là à savoir pourquoi, je n'en ai aucune idée.


Beccy-Ridsdel_04.jpg

Beccy-Ridsdel 03
Beccy-Ridsdel 01
[Beccy-Ridsdel-Ceramics-stripped-to-the-bone-yatzer 5

Beccy-Ridsdel 05
Beccy-Ridsdel-Ceramics-stripped-to-the-bone-yatzer 8

commentaires

den 27/01/2010 14:59


le Fruit of the lom s'impose


pagman 27/01/2010 21:34


Ou du Petit-Bateau uni.


den 27/01/2010 09:40


voir Freud ou Jung ou d'autres
PS : change de calecon ! ça fait toujours du bien


pagman 27/01/2010 11:28


Ok, je vais mettre en avance celui du mois prochain.


SÄndy Swenssön 18/01/2010 14:02


belle idée ces tasses disséquées.

c'est bien pour un lundi.


pagman 18/01/2010 14:44


Oui, je trouvais aussi.


Tonton B. 18/01/2010 13:01


Non, PA, non, je ne peux pas te laisser montrer des photos de porcelaines et de dessous de porcelaines comme ça.
Non, ne te transformes pas en éditorialiste pour Modes et Travaux, PA... pas toi.
Pas toi qui boit le thé avec le petit doigt en l'air, le rebelle du tea time de Boulogne. les médias n'attendent qu'une chose, PA, que le biscuit que tu trempes dans ton thé se casse pour en faire
la une des journaux et effrayer la ménagère de Rotschild.
Tu te perds PA, tu va dans le sens du vent, tu suis la meute. Mais crois tu que tous ces gens qui boivent du thé à la menthe ne pensent pas qu'à une seule chose ? Venir te voler tes biscuits chez
toi, dans ta bonne terre de France. Du thè à la menthe sur les champs Elysées, quelle honte.
La porcelaine à Limoge et le pays du fromage ira de l'avant.
Le débat sur l'identi(thé) à l'heure du 4 heures, il faut en avoir une belle paire, de Spéculoos, pour oser l'aborder, et toi tu viens avec quoi comme solutions ? Des dessous fleuris de porcelaine
de Guy Degrenne c'est aujourd'hui le premier.
Non PA... Non.
Pas toi
Pas là
Pas ici
Pas maintenant
(pas ton avis sur ton blog, non)
Non à la liberté d'expression sur porcelaine, non à la liberté d'impression sous Madeleine, et comme dirait l'autre, la démocratie à ses limite.
PA, Tu t'égares, puisse le Seigneur te remettre sur le droit chemin du napperon en dentelle.

Mais voyons nous plutôt dans une caravane, pour en débattre autour d'un bon thé avec une lichette de Rom... (Oups j'ai ouvert un débat là encore ou bien ?)


pagman 18/01/2010 14:44


Je crois qu'il faut que je change de caleçon.


Francesca 18/01/2010 11:43


C'est parce que les porcelaines montrent impudiqueent leurs ravissants dessous que t'est venue cette idée de revisiter à ta sauce l'histoire de la famille ?
As-tu bien mesuré les conséquences de ton audace ?
Je te ferais un de ces procès en diffamation, moi, tiens !
" Affaire Ridsdel/Pagman "...

C'est si joli, si féminin, délicat, charmant et j'en passe. Merci de ces photos.


pagman 18/01/2010 12:08


Mais de rien, j'ai complètement craqué aussi...


Haut de page