Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Faut-il interdire le Tour de France ?

par PA Gillet 28 Juin 2012, 08:51 L'actu qui tue

 

... Alors qu'hier une enquête préliminaire a été ouverte sur de possibles pratiques illicites au sein de l'équipe Europcar, (c'est juste une enquête, laissons-leur le bénéfice du doute), il est bon de rappeler certains faits hallucinants sur le Tour de France. Depuis 1997 et les premiers contrôles d'hématocrite par l'UCI (Union Cycliste Internationale), 100 % des vainqueurs du Tour de France ont été convaincus ou soupçonnés de dopage. Vous avez bien lu, 100%. Bon, à part le tout dernier, Cadell Evans. L'exception qui semble confirmer la règle.

 

pancarte_issoudun2009.jpeg

 

Bjarn Riis, Jan Ullrich, Marco Pantani, Lance Armstrong évidemment, Floyd Landis, Oscar Pereiro, Carlos Sastre, Alberto Contador, tous ont été convaincus ou très fortement soupçonnés de s'être dopé. Et avant 1997, le règne de Miguel Indurain n'a pas dû se faire au Rioja non plus. De plus, si les contrôles n'étaient pas toujours en retard d'une, voire deux échappées d'avance, ce taux monterait encore plus (ah non, plus de 100%, c'est pas possible). Disons-le clairement, le cyclisme est un sport malade du dopage.

 

Virenque_Festina.jpeg

 

De la bibine qui secoue les jambes aux pilules de caféine, du pot belge (amphétamine + héroïne + antalgiques + cocaïne = vive le sport) utilisé à partir de 1920 au vin à la coca, de Fausto Coppi qui gobait des amphets comme d'autres des Treets aux injections d'hormones à partir des années 60, d'Anquetil qui a avoué s'être dopé de longues années à la mort de Tom Simpson en 67, d'Eddy Merckx à Roger de Vlaeminck, de Bernard Thévenet à Pedro Delgado, à Bjarne Riis, à l'affaire Festina, à Marco Pantani qui est mort dopé et drogué au dernier degré à l'utilisation de l'EPO au petit-déjeuner à la place des corn-flakes, ce sport est devenu une route vers le cimetière pour beaucoup de coureurs étonnamment fauchés dans la fleur de l'âge. On ne compte plus les cyclistes emportés par un cancer entre 30 et 50 ans, par une leucémie ou d'autres maladies étonnantes pour de jeunes gens censés être en pleine forme car sportifs professionnels. 

 

SimpsonMerckxPN67-hc-PhSpt.jpeg


Ce qui ne veut pas dire pour autant que les autres sports échappent au dopage, il faudrait être naïf pour le croire. Mais le cyclisme a tout de même une très longue tradition de dopage légal ou non, plus ancienne encore que les autres sports. Et comme le cyclisme est beaucoup plus contrôlé, ça éclabousse plus souvent. Le but ici n'est pas de faire le procès du cyclisme et de montrer l'angélisme d'autres sports. Les footeux ont désormais les mêmes médecins que les cyclistes mais ne sont pas soumis à autant de contrôles. Par exemple lors de la Coupe du Monde de football en Allemagne en 2006, aucun contrôle anti-dopage n'a été diligenté. Zéro. Nib. Allez-y les gars, faites-vous péter les veines. Il serait par contre judicieux de se demander si l'arrêt complet du Tour de France pour un, deux ou cinq ans n'aiderait pas à remettre les choses à plat en créant un choc mondial. C'est mon avis. Je le partage. Et avec vous en plus. Maintenant, faites-en ce que vous voulez et roulez jeunesse.

 

 

commentaires

le gros 06/04/2013 15:09


http://www.avaaz.org/fr/petition/Non_au_passage_du_Tour_de_France_2013_au_Col_de_Sarenne/

PA Gillet 23/04/2013 09:23



Merci



Hans 10/07/2012 15:29


HA HA c'est agaçant quand quelqu'un écrit des injustices hein ?? 


Cela dit à votre niveau vous y aller fort en prétendant qu'un espoir de 22 ans Thibault Pinot est dopé. 


Platini:


http://www.sports-venissians.com/article-le-dopage-dans-le-football-la-loi-du-silence-1-81474454.html

Hans 10/07/2012 15:06


"Regardez les dernières échappées d'hier et d'avant-hier sur le Tour et on en reparle..."


Hier c'était un contre la montre ... pas d'échappées. Blague à part puisque vous êtes TELLEMENT passionné par le Tour il
faudra donc suivre aussi tout le calendrier. Ha NAn-nan... c'est moins drôle hein?! Ce qui est bien c'est de casser avec la foule dans le sens développé par les médias.


Un beau mouton quoi.


Cela dit le Team Sky pue effectivement des pieds. Si cette spéculation de ma part est aussi gratuite que les votres, elle a
au moins le mérite de ne pas être haineuse.


Dites vous qu'une affaire de dopage en cyclisme ne vous donne pas raison. Une affaire donne raison à la lutte
anti-dopage. 


Je pense par contre que pour vous un sport propre c'est un sport où l'on ne cherche pas la dope. Vous aimez
le foot parce qu'il est mode ... il est de bon ton de l'aimer. Mais ce qui est vrai en cyclisme l'est encore plus dans les fédérations qui ferment les yeux.


Mais je dis ça, je dis rien : demain une affaire (genre Di Grégorio) et vous la ramènerez dans le discours
anti cycliste. Et là encore c'est vrai que la Sky donne de l'eau à votre moulin.


Bise au pseudo fondateur de Sport Protect qui sort de nulle part et qui lui aussi tente de se faire beau sur
le dos du vélo. Un peu comme Antoine Vayer dans Libé.


Le vrai rebelle (cer je vois bien que c'est ça l'idée) sera celui qui tentera malgré les vrais risques (cette
fois)  de déboulonner les sports "argentés" comme me disait un journaliste de Libé. Lequel avouait devant une bière que le soucis c'est d'attaquer les sports qui ont un vrai pouvoir
d'omerta

PA Gillet 10/07/2012 15:11



Bon, d'accord, je me suis trompé d'un jour...


Pas de haine dans mes propos, je crois.


Et le foot, je ne l'aime pas parce qu'il est à la mode.


Mon premier match remonte à 78 au Parc, j'étais du France Hollande avec Platini, je suis le PSG depuis le début des années 80 donc je suis loin d'avoir découvert le foot en 98.


 



Arrêtons de dire des conneries toutes faites 03/07/2012 17:21


J'adore votre Blog... Souvent ok avec vous ! Mais en matière de sport... ça va pas du tout :-)


Je vais prendre le temps de vous répondre ET je disparais !


Vous écrivez : "les footballeurs buvaient un
café avant un match, les cyclistes étaient déjà aux amphétamines.le cyclisme fut de toujours un laboratoire plus développé pour le dopage que d'autres
sports".





 Je dis: Depuis l’origine des compétitions, tous les sports ont été confrontés au problème de « la
charge » 





Le dopage est né avec le sport et il en est en quelque sorte le fils spirituel. Fin XIXe c'est la grande époque des breuvages magiques et potions accélératrices venant en droite ligne des hippodromes où l'on retrouve, pêle-mêle, atropine, caféine, strychnine,
cocaïne, arsenic.. 


Tous les sports ont recours à toutes ces substances... le foot aussi!





Depuis les années 1950, deux grandes phases ont permis l'accélération de ce phénomène : d'une part
l'institutionnalisation du dopage dans les pays de l'Est, et d'autre part la "prolongation-expansion" du dopage au nom d'une mondialisation du sport-spectacle..Les anabolisants apparaissent dans le foot, le tennis vers 1955 ... comme en cyclisme... même époque, mêmes
hommes. Ça remonte à loin. La guerre froide était une course aux armements de destruction massive, mais également une course aux
armements biologiques pour dominer le monde sportif. Les Américains
et les Russes, et les Allemands de l'Est par ricochet, étaient particulièrement préparés biologiquement.





Débutée à la fin des années 1990, l’affaire de dopage dans le football italien dite "affaire des veuves du Calcio" (enquête effectuée sur 6 000 professionnels depuis 1950)  dresse un tableau pour le moins alarmant: sur 400 joueurs professionnels décédés depuis le début des années 60, près de 70 sont morts de manière suspecte. Parmi les 24 000 joueurs analysés, le taux de
victimes de cancer représente le double de celui de la population normale.


Donc ils ne marchaient pas qu'au café les footballeurs:-) 


 



Vous écrivez aussi : "disons franchement que dans
un peloton du Tour, 70% des coureurs sont dopés"







Il est impossible d'avancer un pourcentage de dopage quelque soit le
sport. le cyclisme suit depuis  2005 le dispositif de géolocalisation dans le cadre duquel les sportifs doivent annoncer trois
mois à l'avance leur adresse précise et leurs éventuels déplacements pour chaque jour du trimestre à venir. Ils peuvent en effet subir un contrôle à n'importe quel moment, entre 6 heures du
matin et 21 heures.


Vous écrivez aussi : "Mais j'en connais peu malgré tout où 9 champions sur 10 ces dernières années ont
été convaincus ou soupçonnés de dopage". 





Regardez le 100 mètres. La majorité des finalistes du
100 mètres aux JO de Sydney, en 2000, étaient "préparés". Pas mieux depuis ...


L'affaire Balco à mis sur la touche la majorité des stars de
l'athlé.  Lors de l'opération Puerto  en 2006, le Dr Fuentes  avait avoué
dans Le
Monde qu'il
soignait  des grands joueurs espagnols du Barça et du Real Madrid ... En
NBA, au football américain, en hockey sur glace ou encore au baseball, la lutte contre le dopage n'en est qu'à ses prémices. Des fédés très conciliante avec le dopage, ( de véritables "paradis fiscaux" du
dopage). Elles accueillent des joueurs étrangers de plus en plus nombreux.
Des athlètes qui, ensuite, peuvent prendre part à d'autres types de compétitions, avec leur équipe nationale par exemple :-(.


Actuellement, un basketteur évoluant en NBA ne peut pas subir plus de quatre tests par saison.
Et ce, seulement entre le déb

PA Gillet 10/07/2012 09:55



Regardez les dernières échappées d'hier et d'avant-hier sur le Tour et on en reparle...



Tout ce qui est extrême est anecdotique 02/07/2012 23:04


Article léger-léger ... "tradition du dopage plus ancienne que les autres sports " vous dites ? !
Ca sort d'où ça ??? Le dopage existe depuis l'antiquité ...Et le dopage existe dans toutes
les activités humaines où l'individu peut se valorisergrâce à ses performances professionnelles, sociales, politiques, physique, mentales et même sexuelles. Les cols blancs, les politiques, les étudiants aux examens, ... Même les aphrodisiaques, c'est du dopage sous la
couette ! La triche est consubstantielle à l'homme.


Vous comparez avec le foot. En 1958, un ancien footballeur de Bologne, Gerardo Ottani, qui
va devenir médecin, mène une enquête dans le Calcio. Elle montre que 27 % des footballeurs italiens consomment des amphétamines, 62 % des stimulants du cœur ou de la respiration et
68 % des hormones et des stéroïdes anabolisants. Nous sommes en 1958 ! À seulement un match et deux entraînements par semaine. Aujourd'hui, en 2011 les footballeurs professionnels sont à
deux trois matches par semaine et au minimum à un entraînement par jour, et ils seraient à l'eau de source ?


La médiatisation d'une affaire comme celle de la Juve a été moindre que dans le cyclisme par
exemple. La presse française n'a pas enquêté très loin, alors que pour le cyclisme, certains vont même fouiller dans les tiroirs de l'UCI. Une icône comme Zidane a été épargnée. La presse ne lui pose pas
de question, personne ne veut au choix, lui déplaire, le heurter ou l'indisposer de peur de ne pouvoir l'interviewer à nouveau.Dans une émission, Johnny Hallyday avait déclaré qu'il se faisait changer le
sang deux fois par an dans une clinique "sur les conseils de mon ami Zizou", qui y allait lui-même deux fois par an. Un journaliste a osé poser la question à Zidane, qui a juste rétorqué qu'il n'était jamais allé dans cette clinique accompagné
de Johnny. C'est un peu léger comme défense...


PS / Oscar Pereiro n'a pas été convaincu de dopage. 


Quand à Contador le TAS  a été sur ce coup-là prisonnier du règlement, l’appliquant de façon aveugle, sans nuances,
estimant que la seule présence de clenbutérol – même à l’état de traces – suffisait à prouver la triche biologique. Mais alors, pourquoi la thèse du complément alimentaire serait-elle plus
pertinente que celle de la viande ?



PA Gillet 03/07/2012 11:57



Ca sort du fait qu'à l'époque où les footballeurs buvaient un café avant un match, les cyclistes étaient déjà aux amphétamines. Certes, le dopage existe depuis l'antiquité mais le cyclisme fut de
toujours un laboratoire plus développé pour le dopage que d'autres sports. Je ne suis pas aveugle pour autant et les 8 kilos de muscles pris par Zidane en un an en arrivant à la Juve sont un
exemple de plus que le dopage est malheureusement généralisé. Mais comme le cyclisme est bien plus contrôlé, forcément, ça se voit plus. bien sûr qu'il ne faut pas interdire le Tour de France
mais arrêtons aussi l'hypocrise et disons franchement que dans un peloton du Tour, 70% des coureurs sont dopés. C'est juste mon sentiment et je le partage et vous avez tout à fait le droit de ne
pas être d'accord. D'ailleurs, merci pour votre réponse argumentée.



Jerôme 02/07/2012 21:27


Je suis tombé par hasard sur ton blog et cet article est à vomir . Va plutôt interdire la final si triste du championnat d'europe de Football , Espagne - Italie : a gerber . Bref , tu m'as l'air
bien intelligent à tirer des conclusions si hatives . Je sais pas qu'elle est le but de ton blog mais si c'est dans un but journalistique tu as encore du boutot à faire !

PA Gillet 03/07/2012 12:00



Ah non, je ne suis pas journaliste. Déjà, un article commençant à l'interrogative "Faut-il interdire...", c'est loin d'une conclusion. Evidemment, les autres sports sont touchés. Mais ça se voit
plus dans le cyclisme car les contrôles sont renforcés, systématiques alors que c'est moins le cas dans d'autres sports. Mais j'en connais peu malgré tout où 9 champions sur 10 ces dernières
années ont été convaincus ou soupçonnés de dopage. Ca fait un bon ratio, quoi qu'on en dise.



Arrêtons de dire des conneries toutes faites 02/07/2012 15:43


Lassant ... 


Une fois de plus ce genre de réflexion (récurrente depuis 98) passe totalement à coté de la réalité dans le cyclisme actuel.


Arrêter le Tour ???? La question n'est pas là ... LA vraie question serait d'arrêter les grands évènements sportifs :


Le dopage est omniprésent dans le sport de haut niveau. On en retrouve partout : football,
basket, tennis ou encore dans des disciplines plus confidentielles comme le tir à l’arc ou les fléchettes !


Le
foot est le dernier de la classe dans la lutte antidopage. Un coureur cycliste a 1 chance sur 10 d'être contrôlé, un footballeur 1 sur 2.000. La lutte antidopage est efficace lorsque vous avez 10
% des compétiteurs contrôlés, dans le football, on en est 0,05. Et l'on s'est réjoui en 98, année de la Coupe du monde, de n'avoir eu aucun contrôle positif pourtant Deschamps avait un taux
d'hématocrites à 51,2% (il avait menacé de ne plus répondre à l'Equipe s'ils continuaient à le harceler) et les prélèvements de cette époque n'ont toujours pas été
analysés...  À la grande époque de l'OM, sous Tapie, il y
avait dans les vestiaires un tableau noir sur lequel était écrit : "Ce soir, piqûre pour tout le monde." Et Éric Cantona avait ajouté : "sauf pour Cantona". 


En 1998, en Italie, le laboratoire antidopage officiel a été fermé durant six mois
parce qu'on s'est aperçu qu'il falsifiait les analyses de certains joueurs pour les blanchir. Le procès de la Juventus, où jouaient à l'époque Deschamps et Zidane, a révélé l'ampleur du dopage
dans certains grands clubs de foot. Lors des perquisitions, les
carabiniers ont retrouvé 281 médicaments différents prescrits dans un but de performance. Une pharmacie hallucinante qui équivaut à celle de l'hôpital d'une ville moyenne. Bref, les footballeurs
professionnels sont traités comme de grands malades ! 


Dans le foot, on trouve surtout des anabolisants, des stimulants, des transporteurs
d'oxygène qui permettent de courir sans être essoufflé et surtout de tenir le dernier quart d'heure. Après, tout dépend du poste que l'on occupe sur le terrain. 


Quand les contrôles se sont durcis dans le cyclisme, certains sont allés voir du côté
du foot où il y avait aussi plus d'argent. Il faudrait que les contrôles
antidopage dans le foot soient enfin gérés par des organismes indépendants. Pour en finir avec l'image falsifiée d'un sport épargné par le dopage.


Le premier ayant
porté des accusations de dopage sur le milieu du tennis était Yannick Noah, en 1980, dans une interview à Rock and Folk. En 2009, certains joueurs, Rafael Nadal notamment, avaient été scandalisés de voir des préleveurs débarquer à leur
hôtel au petit matin. l’AFLD ne met plus les pieds à Roland-Garros.


Il n’est pas normal que le cyclisme qui accomplit de réels progrès, de réels efforts, voit les caméras
s’orienter sur lui alors que d’autres beaucoup plus discrets, peuvent être moins pugnaces dans la lutte contre le dopage dans l’indifférence totale.


L’ITF a réalisé l’an passé, hommes et femmes confondus, 216 contrôles hors compétition, dont
21 sanguins. Un chiffre en baisse par rapport à 2010 (229 contrôles dont 10 sanguins) et qui devient ridicule si on le compare au cyclisme. En 2011, l’Union cycliste internationale a réalisé 5650 contrôles hors compétition dont plus de la moitié
étaient des contrôles sanguins. Il y a donc eu l’an passé 26 fois plus de contrôles hors compétition pour les cyclistes que pour les joueurs de tennis.


Aucun joueur de tennis n’a jamais été contrôlé positif à l’EPO. Pour une bonne raison : ce
produit est peu recherché, et de moins en moins. De 114 contrôles en 2006 à 21 en 2009. Depuis, l’ITF ne communique plus à ce sujet. L’EPO n’est pourtant pas passée de mode. Elle reste terriblement efficace dans tous les sports et est utilisée
sous des formes et à des doses variables malgré son défaut majeur : elle est détectable. Le meilleur moyen de la repérer est de contrôler un même athlète plusieurs fois sur une courte
période = ce que seul le cyclisme fait.


Serena Williams, n’a subi aucun contrôle hors compétition en 2011, pas plus que la dernière gagnante
de Roland-Garros Li Na.


Interdisons aussi les J.O ?

PA Gillet 03/07/2012 12:01



Obligeons surtout toutes les fédérations à avoir le même type et la même fréquence de contrôles et on y verra sûrement plus clair. merci pour cette réponse franche et argumentée en tout cas.



Brian May 29/06/2012 01:07


Il y a du vrai qu'on reparle du dopage systématiquement avant le Tour : en même temps, les affaires de dopages éclaboussent le cyclisme toute l'année (dernièrement la condamnation à 12 ans de
suspension pour Riccardo Ricco).


Je fais du vélo depuis un an, j'en suis mordu et à force de lire sur le cyclisme, j'ai cette impression que


1.la lutte anti-dopage et le passeport biologique font énormement depuis quelques années pour nettoyer le milieu.


2.Merde, en quoi un coureur à la base exceptionnel, qui s'est entraîné comme un malade, n'a plus de vie de famille, souffre n'a pas le droit de se doper pour se surpasser ? Et si on appliquait la
même critique pur Jimmy Hendricx, les Rollings stones qui nous ont pourtant donné les meilleurs morcaux de musiques au monde : auraient-ils produit les mêmes bijoux sans être dopés ? (bon je
réfléchis encore sur la validité de ma comparaison...)

PA Gillet 29/06/2012 16:22



Disons qu'on attend un peu moins du rock une notion de bonne santé et de modèle social mais bon, c'est pas faux non plus.



Martin du Blog de l'Ardoisier 28/06/2012 13:07


Encore un article qui ne va pas au fond du problème :-(


D'abord, vous titrez que 100% des vainqueurs depuis 97 ont été convaincus de dopage. Puis vous indiquez que le vainqueur 2011, Cadel Evans, ne l'a pas été. Contradiction de taille, non ?


Ensuite, vous oubliez de souligner que les cyclistes sont les sportifs les PLUS et les MIEUX controlés de la planete. Pendant ce temps, Zidane peut avouer se faire transfuser du sang frais,
Ribery peut avouer se soigner aux corticoides, Agassi et McEnroe peuvent avouer avoir pris des produits dopants... Tout le monde s'en moque. C'est tellement plus facile de tirer sur l'ambulance !


Le fait que Cadel Evans, qui a la réputation d'avoir toujours été propre, gagne ENFIN le Tour de France est le signe que les choses s'améliorent dans le cyclisme. Il est important de le
souligner.


Le fait que l'Espagne remporte la Coupe du Monde de foot, et s'apprête à remporter l'Euro... Le fait que Nadal remporte 7 fois RG, etc... Tout cela prouve que les autres sports ont du travail sur
la planche. Et ça, il est également important de la souligner.


Il est temps de renommer votre article "Faut-il interdire l'EURO 2012" !

PA Gillet 29/06/2012 16:20



Ok, j'y réfléchis. Merci...



SPORT Protect 28/06/2012 11:24


Oui, tout à fait.


Mais...


Quand on embauche deux personnes pour effacer ou rendre illisibles les messages concernant le "dopage" toujours plus nombreux laissés sur les routes...


Quand on questionne les jeunes et qu'ils ne savent pas ce que signifie, par exemple, le maillot vert...


Quand le nombre de spectateurs diminue au bord des routes malgré les plans de France Télévision qui peuvent laisser croire le contraire...


Quand l'audience télé chute à chaque nouvelle affaire de dopage...


 


Les organisateurs, qui se donnent du mal reconnaissons le, devraient se poser la question de savoir si le tout répressif est la seule et unique alternative. Parce que la poule aux oeufs d'or, à
force de pondre des scandales, elle commence à être fatiguée...

PA Gillet 29/06/2012 16:20



Merci pour cette réponse précise et étayée.



SPORT Protect 28/06/2012 11:08


Comme l'illustre votre article, le Tour de France a une histoire fortement liée avec les affaires de dopage. Depuis, plus de 13 ans à l'écoute des sportifs de haut-niveau et amateurs sur
cette thématique (tous sports confondus), il en ressort qu'il existe dans le cyclisme, au delà même de la question du dopage, une profonde culture du médicament. C'est à dire, la prise détournée
de médicaments (parfois ne contenant pas de substances dopantes) pour soigner ses performances. 


Ce qui est dommage en ce qui concerne le Tour de France c'est qu'aucune démarche d'information et de protection n'y soit associée. N'aborder le dopage que sous l'angle de la lutte et de la
répression est une voie sans fin ou sans issue, au choix. Il y a quelques années, j'avais rencontré le directeur du Tour, Christian Prudhomme à qui j'avais proposé un partenariat ; l'idée :
profiter de cet événement pour faire un "Tour de France de la Protection". Une sacrée aubaine pour faire de la prévention auprès des clubs cyclistes que l'on pourrait toucher dans chaque ville
étape... Le Tour aurait ainsi une "utilité pragmatique" pour agir concrètement et durablement... L'idée était peut être trop neuve à l'époque et les organisateurs pensaient peut être que des
postures communicantes suffiraient à redorer l'image du Tour. Il n'en est rien ! Sans actions de prévention et de protection en profondeur et sur le long terme, rien ne bougera.


Il y a le problème, ils ont le Tour, nous avons les outils. Y a plus qu'à !


A bon entendeur.


Dorian Martinez
Fondateur SPORT Protect 

PA Gillet 28/06/2012 11:14



C'est difficile de tuer la poule aux œufs d'or et de reconnaître la vérité.



Haut de page