Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

K2000 TKC

par pagman 1 Décembre 2009, 21:37 À part ça


... Oui, David Hasselhoff a (encore une fois) été hospitalisé d'urgence. Oui, le David Hasselhoff. Celui qui suscita votre désir en sortant fougueusement tout de cuir vêtu de sa voiture à lumière stroboscopique rouge sur le devant pour sauter la veuve et secourir l'orphelin. Celui qui forçait l'admiration sous le nom de Michael Knight, justicier sur gommes, j'ai pas dit à la gomme, non, aventurier des temps modernes dans sa voiture avec intelligente artificielle de série, la gentille Kitt, doux acronyme de Knight Industry Two Thousand, y'en a là-dedans. Celui qui faisait pleurer dans votre chaumière dans les années 80, celui qui célébra la chute du Mur de Berlin avec une chanson que tout le monde oublia pour le bien de l'humanité et se consacrer à faire la fête, ce David Hasselhoff là a un sérieux problème d'alcool. Ou d'alcools.

Et ce n'est pas en changeant son ensemble
Cuir Center fleur de peau pour un maillot rouge dans "Alerte à la Bimbo", non, pardon, "Alerte à Malibu" que ça s'est amélioré. Pourtant, on aurait pu croire que la vie au grand air, la claque vivifiante des vagues du Pacifique et les exercices physiques intenses, rentrer le ventre, sortir le ventre, rentrer le ventre, que sa nouvelle condition de chef-sauveteur lui imposait aurait pu lui donner goût à une nouvelle vie plus saine. Mais non. D'un autre côté, les tentations sont nombreuses à Hollywood, les fontaines de champagne pullulent comme les bubons sur une peau de lépreux, les fêtes somptueuses et somptuaires sont monnaie courante et il n'a pu résister à ce front incessant de sollicitations et s'est définitivement noyé dans son verre qui ne contenait pas d'eau.

Il faut dire que ce n'est pas évident non plus. Même dans les journaux quand on annonce sa pénultienne entrée à la clinique Betty Ford, sa volonté d'en finir avec le jaja ou
son énième coma éthylique comme ci-dessous, il n'est jamais très loin du mal qui le ronge. Et si le journaliste termine son papier par " On ignore encore la cause de son hospitalisation", il a vraiment de la merde dans les yeux car il suffit juste de regarder la publicité juste en dessous pour avoir la solution.



commentaires

Haut de page