Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Parc perdu

par PA Gillet 15 Septembre 2012, 13:08 PSG

 

... Hier, il m'est arrivé une chose très bizarre. Comme à mon habitude depuis une trentaine d'années, je suis allé au Parc des Princes, ce stade comme nul autre, soutenir les rouge et bleu du PSG. Je tiens le virus de mon papa qui m'y a emmené petit et élevé à Stade 2, L'Equipe et France Football. Ce stade, cette équipe sont dans mon ADN, mon cœur, mon sang. Comme le dit ma femme, c'est ma maîtresse. Les années où le PSG végétait à la 16e place, j'y étais. Les hivers où les bouts de pieds commencent à geler dès la première demi-heure, j'y étais. Les matchs PSG-Le Havre avec 11000 spectacteurs au Parc, j'en étais aussi. La finale à Bruxelles et celle de Rotterdam, j'y étais. J'achetais L'Equipe pour lire sur le PSG, je sortais mon écharpe à chaque match, j'étais fier de ce club, amoureux de ce stade unique à l'architecture extraordinaire et à la fantastique accoustique.

 

parchaut.jpeg

 

Hier, à 20h11, en prenant la rue boulonnaise qui mène de chez moi en droite ligne vers le Parc, j'étais à fond, comme à chaque match, comme chaque année. Putain, voir Zlatan Ibrahimovic au Parc des Princes, un rêve encore impossible il y a quelques mois. Et Thiago Silva et Pastore et Nenê et Verrati et les autres. Sacré belle équipe que nous ont sorti les Qataris. Une équipe sur le papier encore meilleure que celles avec Rai, Weah, Okocha, Ricardo, Leonardo déjà et autres Valdo, les nec plus ultra de ce qu'on a eu en 30 ans.

 

stra.jpeg

 

Hier, je me réjouissais de retrouver cette ambiance magique, d'avoir les poils qui se hérissent sur les bras après avoir enjambé deux à deux les escaliers qui me menaient à ma place en B bleu haut pour ceux qui connaissent. De très bonnes places, juste ce qu'il faut en hauteur pour apprécier le jeu collectif mais pas trop haut non plus, pour entendre le claquement d'un tacle sur un protège-tibia. Parfait.

 

parc.jpeg

 

Hier, j'espérais retrouver ces sensations, ces couleurs, ses émotions qui me suivent depuis si longtemps. Mais en fait, rien de tout ça. Hier, pour la première fois de ma vie, je me suis emmerdé pendant un match du PSG. Ce n'est pas la qualité du jeu du jeu (prometteur mais encore perfectible hier) qui est en cause. Hier, j'ai plus regardé les tribunes que le match. Hier, j'ai aperçu du vide. Un Parc rempli en majorité de gens qui viennent voir un spectacle. Comme on va au cinéma, comme on va au théâtre. Un Parc où dès qu'un but est marqué, le soufflé retombe ensuite, un Parc où les spectateurs ne sont pas de supporters mais des consommateurs, où la culture footballistique s'amenuise un peu plus. Un Parc où la chaleur de la Ville-Lumière a disparu pour laisser place aux lasers et aux Pet Shop Boys. Un Parc où la majorité ne connaît pas les chants du PSG, où ceux qui restent les scandent une minute puis s'arrêtent, de guerre lasse, avec le sentiment de ne plus être chez eux.

 

yeux-parc.jpeg

 

Un Parc à l'anglaise où les places augmentent de plus de 50% en deux ans, un Parc où on ne sait plus soutenir une équipe, un Parc de loisirs. Hier, après 12874 Matchs au Parc des Princes (approximation toute relative), j'ai fait mon jubilé au Parc.

 

parc-gorilles.jpeg

 

Je n'y ai plus vu de baraques à frites, plus senti d'odeurs de merguez. Je n'ai plus senti la montée d'adrénaline qui accompagnait chaque arrivée dans ce lieu magique. Hier, les stewarts aux alentours du stade étaient de gentilles stewardesses tout sourire. Hier, devant le Parc, on avait le sentiment qu'il ne fallait pas parler trop fort, de peur de déranger, qu'il ne fallait pas applaudir debout trop longtemps, de peur de se faire virer par la sécurité. Hier, le Parc était policé, gentillet, niais, un Disneyland du foot où les papiers gras sont immédiatement ramassés.

 

baraque.jpeg

 

Pourtant, ce Parc, il est en moi. Je l'ai pratiqué, fréquenté, photographié pour le compte du PSG (voir ici sur ma page Flickr link), libre de m'y abandonner pendant une semaine de 7h du matin à 7h du soir. Une semaine de pur bonheur à passer de ses entrailles à ses recoins les plus secrets. Le Parc, je le connais centimètre par centimètre.

 

330777710_b5332720e8_o.jpeg

 


 

330778057_1f19d2294f_o.jpeg

 


 

esca.jpeg

 


 

330776396_17af93f99e_b.jpeg

 


 

330778340_4995222fbf_b.jpeg

 


 

330777150_df0ac4bf1a_o.jpeg

 


 

tyson.jpeg

 


 

377765421_1f491e37cf_o.jpeg

 


 

330780713_71b195f7c2_o.jpeg

 


 

330779539_320ee8ede8_o.jpeg

 


 

330780276_b257b9b87b_o.jpeg

 

Merci le PSG, merci le Parc pour les PSG-Real, PSG-Steau, Liverpool, Barcelone, pour tous ces moments que je garderai toujours au fond de moi et qui me font encore frissonner rien que d'y penser. Mais tout ceci est désormais du passé.

 

3582531581_6fcb9c8a1c_b.jpg

commentaires

fred 20/09/2012 16:27


Malheuresement je ressent la même chose que toi. Moi aussi j'ai eut la chance de connaître le parc des Ricardo, Raï, Ginola, des 4-1 contre le Real, des 2-1 contre le Barça,  Des retournés
d'Amara, des soirées chaudes contre l'OM, Galatasaray, liverpool. C'est vrai qu'avec les Qataris c'est comme si on avait dépouillé le club de son histoire, de son identité de son âme et c'est
vrai que le parc n'est plus qu'un produit, achetable et jetable. Il faut donc nous trouver un deuxiéme stade, un endroit à l'abris du fric et de la politique. Descendons tous dans les troquets,
chantons nos chants dans la rue, conspuons le maillot de Marseille comme d'antant, ressortons nos drapeaux, crakons surt l'avenue. On nous a pris le parc, prennons Paris.


 

PA Gillet 08/10/2012 22:56



On est des vieux cons.



Valérie 17/09/2012 23:37


Pas footeuse (!) mais triste pour toi ; c'est toujours tragique un rêve qui s'écroule. Amicalement


Valérie

PA Gillet 08/10/2012 22:57



merci



Sté 17/09/2012 15:08


Allez les verts !

PA Gillet 08/10/2012 22:57



Fruité c'est plus musclé.



Brian May 16/09/2012 22:21


J'ai un peu de mal à comprendre : je ne veux pas être dur mais ça ressemble à une nostalgie «du bon vieux temps». Et le bon vieux temps, je pense qu'il n'existe jamais vraiment, que chaque
moment, chaque décennie trouve «son» bon vieux temps. Mais je dis ça, je suis le premier à regretter de ne pas avoir vécu le Tour de France de Mercx, celui de Fignon ou encore de Bobet... En tout
cas, les photos du stade et de son architecture et sa déco toute particulière sont extra-ordinaire. ça sent l'habitué qui a l'oeil.

PA Gillet 16/09/2012 22:53



Y'a de ça, c'est vrai. Mais y'a aussi de l'indicible, du ressenti, de l'émotion et le sentiment de participer à une œuvre collective dans l'exaltation des 90 minutes, qui a disparu avec cette
nouvelle population. Quand le Parc vibrait, avant, dans les moments uniques, les plus intenses, il y avait le sentiment probablement idiot d'appartenir à une masse, un truc puissant,
inexplicable, comme la fourmi qui fait son dû pour que l'ensemble de la fourmillière en profite. Pas du fanatisme, juste la sensation de vibrer à l'unisson. Et ça, avant de le retrouver, tous les
Qataris du monde peuvent bien s'associer, ils ne le ramèneront pas.



Bustin 15/09/2012 15:53


J’ai toujours regardé le football avec un œil circonspect, cependant j'ai pu deviner ce que tu ressens et exprimes après avoir lu l’amusant et attendrissant "Carton Jaune" (Fever
Pitch) de Nick Hornby.

PA Gillet 16/09/2012 22:53



Exxxxxxcelllllent livre.



Haut de page