Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Viva El Diez K !

par pagman 4 Décembre 2009, 10:16 La vie est un Western


... Tandis que Shark Ozzie tentait péniblement d'atteindre le seul urinoir encore en état de marche du Tea & Fwan, la porte battante des WC claqua avec fracas. Engin en main, Shark se retourna et pissa dans un violon oublié sur le sol par un musicien bourré de la troupe de Square Dance qui sévissait dans la grande salle du saloon. Le bruit qui s'ensuivit confirma que le violon n'était pas un Stradivarius et qu'à défaut de se soulager dans l'urinoir, Shark savait viser une cible à terre.

Tout à son affaire, Shark aperçut la silhouette menaçante d'El Diez K. Connu sous ce court et énigmatique sobriquet, El Diez K n'avait pourtant rien de Mexicain malgré un sombrero acheté à Cancun, station balnéaire en plein essor. Un sombrero de la mer, en somme. Et si son prénom fleurait bon les Enchiladas, la Tequila et le soleil de Mexiiiiiiiico, El Diez K était Mexicain comme Shark était honnête, c'est dire. Mais depuis son intégration au FMI, la Fuerza Mexicana International, tout le monde pensait qu'El Diez K était un Chicano pur porc. Même lui. Depuis, tous les matins, il se faisait réveiller au son de la Cucaracha et ça le mettait en joie bien qu'il ait déjà la réputation d'être épisodiquement priapique.

El Diez K s'approcha de Shark qui rangea prestement son engin pour poser sa main sur son Colt. L'hygiène de Shark laissant à désirer, c'est une des raisons pour lesquelles on refusait souvent de lui serrer la main.




"Dis-moi Shark, il paraîtrait que tu fais courir des rumeurs sur moi tel un coyote poursuivi dans le désert par un crotale qui aurait des jambes et de l'endurance ? Je me serais laissé dire car je me laisse souvent dire des choses à moi-même, je suis comme ça, que tu aurais des dossiers sur moi que tu les garderais sur le coude des fois que je veuille me présenter à ta place comme Sheriff de Chihuahuan ? Je te préviens, soit tu dis à tes gars d'arrêter de colporter ces rumeurs, soit je vais être obligé de sévir. Et quand je sévis, ça chie à Chihuahuan et parfois même dans le ventilo."

"Mais non, pas du tout mais voyons, enfin, hein, absolument pas. Que n'aurais-je commandité un tel acte ignoble ? Pourquoi ? Je vous le demande, monsieur El Diez K ?"

"Ah non, c'est moi qui te le demande, Shark."

"Ah. Euh. Oui."

"La prochaine fois que j'entends parler de ça, je vais voir le juge Roy Bean pour déposer plainte. Et Roy Bean, sans les haricots que je lui ramène chaque semaine du Mexique, ça fait plus que Roy."

"Ah. Euh. D'accord."

"Si je commence à faire ressortir l'info que tu t'es tapée Lorrie Ferrirans, la gratte-papier du Chihuahuan Daily (voir ici : Daily Mineur.), je suis pas sûr que Carlula Belluni soit très contente. Les galipettes, les gouzis gouzis et les chansons douces à la guitare sur l'oreiller, c'est fini. Hasta la Vista, la Carlula."

"Ah. J'entends bien et je vous en remercie. Je vais faire le nécéssaire. Grr."




"Je suis content que tu le prennes comme ça, Shark. Evitons quand même que ce soit l'armée Mexicaine à Chihuahuan. Et attention, quand je dis "Armée Mexicaine", je ne parle pas de la vraie armée avec des soldats et des fusils mais de l'expression ironique "C'est l'Armée Mexicaine" qui veut dire un gros foutoir ingérable, même que ça vient du fait que de 1910 à 1911 pendant la Révolution Mexicaine avec Zapata, l'armée, ses Généraux compris, était principalement composée de peones sans aucune formation militaire et que, de fait, ils étaient parfaitement inefficaces et totalement désordonnés. Comme ça, t'auras appris un truc aujourd'hui mon petit Sharkie."

Toisant El Diez K du regard tant qu'il le pouvait car le bâtard était bien plus grand que lui et ça lui faisait mal au niveau des cervicales, Shark quitta les WC qui, par chance, n'étaient pas fermés de l'intérieur. Shark détestait El Diez K, il savait qu'il était une menace pour lui. Et qu'en plus, il était connu pour son aptitude à tirer dans tous les sens, même dans les coins. Un Connard WC, se dit-il en haussant les épaules.

... À suivre...

L'original, as usual, ici : link

 
 

commentaires

Haut de page