Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C'est vendredi, c'est le Bordel #188

par PA Gillet 10 Janvier 2014, 00:00 Le Bordel du Vendredi

… One again a fly, yes it is friday. Friday, bloody friday. Indeed. It is complètement crazy mais oui, nous sommes encore vendredi et à lecture des évènements de la semaine, il y a fort à croire que le bordel ne s'est pas perdu en route en 2013. Loin de là. Du Sénat où 13 connards vendus ont décidé de ne pas lever l'immunité de Serge Dassault (à une voix près) aux municipales à Paris qui tournent au ridicule avec NKM qui clope avec des SDF et Beigbeder qui fulmine avec lui-même, principalement, de la quenelle qui se multiplie à Valls qui se démultiplie, du Sativex qui débarque au Paris-Dakar qui est, maheureusement, une fois de plus, à mon grand regret, reparti pour tuer quelques autochtones et polluer de beaux paysages, de la Coupe du Monde de football en hiver (bon, ok, c'est en 2022) aux températures quasi estivales de la semaine, de la Tunise au Japon (chasse à l'homme, intoxication à la pizza et j'en passe), de la Syrie au Mali, d'Israël à l'Indonésie, le bordel est bien présent eud' partout mais il n'est pas toujours aussi magnifique que cette splendide chaise en bois de je sais pas quoi mais qui est malgré tout, de toute beauté et si ça vous intéresse, cherchez.

C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188

Non, c'est vrai, je ne vais pas vous mâcher le travail à chaque fois quand même. Alors c'est la même chose, si vous voulez absolument affubler votre bichon, votre bouledogue ou votre chihuahua des ces ridicules accoutrements, démerdez-vous. Bon, à la rigueur, je peux éventuellement vous donner l'adresse pour les skates à hamster et pour ce clavier destructuré mais seulement si vous êtes gentil(le). Sinon, vous pouvez vous fourrer le doigt dans l'œil et pour ne pas le récupérer au bout, veuillez à ne pas vous munir de ces faux ongles vrais bijoux.

C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188

Bon, à part ça, qu'avons-nous là ? Là, nous avons le mot "là". Mais par contre, plus loin ci-dessous, nous avons une splendide Gibson Flying V de qualité et de fort beau format, une Alfa Romeo Carabo (un proto) sous toutes les coutures et pour prendre un peu de hauteur, suivons le décollage de ce Boeing 747 pendant au moins 30 secondes avec un appareil photo (sans, ça ne fait pas le même effet).

C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188

Sinon, je ne sais pas si vous saviez mais sinon, vous le saurez bientôt : tous les continents de la Terre ressemblent à un coq quand on sait y faire, ce qui laisse un peu d'espoir à la France pour asseoir enfin sa domination mondiale (Arh arh arh aaaarh, rire sardonique). Y'en a qui fument la moquette et pas que Danny Finegood qui fut arrêté en 1976 pour avoir commis ce crime de lèse-majesté mais très drôle quand même (pas la majesté, le crime).

C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188

À part ça, j'ai découvert cette semaine les images du photographe Bill Butterworth et c'est du beurre qui vaut vraiment le coup comme dirait la regrettée Maria Schneider. Bill a arpenté entre 83 et 84 les abords de Time Square et après, on ne sait plus trop ce qu'il a fait mais la série (tirée du livre "The Forty Deuce") est magnifique et me donne envie de chanter à tue-tête "Hey you, the rocksteady crew, show what you do, make a break, make a move. Hey you, the Rock Steady Crew, b-boys, breakers" et même "electric boogaloo" alors c'est vous dire. J'ai presque envie de mettre des Creeks.

C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188

Sur ce, prenons la route avec Al Satterwhite pour apprendre un peu ce qu'est la classe car la classe, c'est d'être chic dans sa manière de s'habiller et pour ça rien de tel que d'aller chez Azzedine Alaia (photo contractuelle avec Yasmeen Ghauri) ou de s'acheter des sous-pulls de Yoji Yamamoto (photo non contractuelle mais j'ai remplacé par des donzelles) mais faudrait voir quand même à pas confondre coquetterie et classe (voir ici pour les incultes http://vimeo.com/26249810). Passons donc à Mila Ryzhkova, Melanie Iglesias, Cartman bien au chaud et une petite sélection de Maruschka Detmers car j'ai envie et jusqu'à preuve du contraire, ici c'est un peu mon blog. Donc, je fais absolument ce que je veux surtout depuis que les petits Laotiens que j'avais capturé dans la cave ont réussi à se fair la malle en creusant un tunnel à la seule force de leurs dents qu'ils ont en nombre impressionnant comme la copine à Cyril.

C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188

Sinon, il me reste une Mila perplexe, une Alfa qui n'en est pas une puisque c'est une Lotus Elite de 59 (merci PH), une mode tout ce qu'il y a de plus ridicule (le tatouage de téton en forme de cœur alors qu'un téton au naturel, c'est tellement beau) et si vous voulez bien suivre ces trois charmantes hôtesses pour aller vers la suite de ce bordel, ce serait sympa et puis, elles ont un peu mal au bras à force de tenir la pose alors merci d'accélérer.

C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188

Bon alors, au niveau des garçons, c'est un peu chiche cette semaine mais je vous rappelle que je suis férocement hétérosexuel avec une très légère prédisposition pour les brunes piquantes calibrées de tout le pourtour méditerrannéen si possible et que voilà, je fais avec ce que j'ai (ma femme étant alsacienne). En l'ocurrence, un barbu qui a trop bu, un Big Foot dans son habitat naturel, un Kirk avec phaseur géant et les Smiths au complet et non, ne me remerciez pas.

C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188

Et puis si ça ne vous plaît pas, adressez-vous ci-dessous au niveau de la banquette arrière.

C'est vendredi, c'est le Bordel #188

Allez, revenons à un peu de paix et de sérénité avec Maxime, ermite stylite en Georgie. Alors non, dans son monastère reculé, Maxime ne dessine pas de sublimes vêtements au soir tombé et ce n'est donc pas une faute de frappe. Maxime est bien stylite et pas styliste. Les stylites sont des ermites anachorètes (des gens un peu frappés qui ont fait le choix d'une vie uniquement spirituelle dans la solitude et le recueillement alors que des Curly et des amis, c'est un peu tellement la folie). Les stylites vivent au sommet d'une ruine, d'une colonne ou d'un truc très haut et super casse-gueule en pierre comme ci-dessous pour y pratiquer une ascèse totale. Vous ne pourrez pas dire que ce bordel est donc totalement inutile.

C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188

Revenons à des plaisirs plus terrestres avec les gifs de la semaine qui sont au nombre de 3 et demandez pas pourquoi. C'est un hasard fortuit totalement inopiné.

C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188

Sans plus tarder parce que bon, hein, quand même, passons à un peu d'art avec Adolphe Gustave Binet (1854-1897) et son très joli croquis bien chiadé tout de même de la construction de la Tour Eiffel avec un peu de crayon, d'encre de chine et d'aquarelle pour réhausser le tout. Pour les pignoleurs ou les pignoleuses car c'est permis et même souhaitable, le dessin fait 45,6 x 31,9 cm et il date de 1888. Ensuite, nous avons le mobile (par Calder) mais pas le meurtier, à moins que ce soit Chris Lanooij en 1919 et au niveau actuel de l'enquête, toutes les supputations sont tout à fait supputables.

C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188

Allez hop, à Créteil avec cette image de Willy Ronis qui m'a fait boum à la seconde où je l'ai découverte dans le très joli livre qui lui est consacré par Jean-Claude Gautrand chez Taschen que j'ai eu pour mon Noël à moi.  Ensuite, je sais pas vous mais moi, j'ai le Dahl et même qu'il s'appelle Johan-Christian de son petit nom et que le tableau se nomme "Moon Night Over Dresden" et qu'il est de 1827 et je vous rajoute, c'est pour moi, une petite chute d'Icare par l'auguste Auguste Rodin.

C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188

Un peu de John Singer Sargent avec une vue du Mont Pilate en 1870, "La douleur d'Orphée" par Pascal Dagnan-Bouveret (1876) et un petit Steven Quinn "The End of the Road" car c'est vers là qu'on se dirige tous. Logiquement. Inexorablement. Indubitablement. je parle de la fin du bordel, bien sûr. 

C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188

Allez, cerise sur le gâteau, poktroll sur la schlougnette (voir ici pour la recette : le bien le mal et le major fatal), je vous rajoute l'atelier de Franz Kline et comme c'est l'Epiphanie, une petite couronne de Jean-Mimi.

C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188

Car il est l'heure de découvrir, telle Messaline sortant le grand jeu devant son nubien préféré, une croupe callypige splendide, euh non, désolé, les Messages à Caractères Informatifs dont certains sont envoyés par Neal Patrick Harris qui vient de finir ses vacances et lui aussi a le droit de s'exprimer ici.

C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188
C'est vendredi, c'est le Bordel #188

Et c'est tout pour aujourd'hui mais ça nous fait déjà un beau bordel tout ça. Alors n'oubliez pas de remercier le tenancier du lieu en likant, twittant, google+ant et linkedinant ce bordel comme des morts de faim mangés eux-même par des zombies que sont mangés par Alien que mange lui-même King-Kong qui se fait bouffer par Godzilla qui est attendu par MegaShark. Mais ne faites ceci que si et seulement si vous avez apprécié ce bordel. Si vous vous êtes fait grâve chier, désolé, j'ai fait ce que j'ai pu mais peut-être n'avons-nous pas les mêmes valeurs, sans forcément parler rillettes. Sur ce, bon vendredi, bon week-end, abonnez-vous si ça vous chante, chantez si ça vous dit et à la semaine prochaine.

© Tim Ullrich

© Tim Ullrich

Il me reste à vous proposer un petit récap' des articles de la semaine (car ce blog existe aussi les autres jours) avec un lundi consacré au travail superbe de Nina Nolte dans cool-pool, avec mardi des Lego et du rock dans tout-à-lego et mercredi quelques-graham-de-finesse pour saluer l'anniversaire de Graham Chapman et jeudi les portraits destructurés d'erik-olson. Et sinon, tous les bordels du vendredi du monde de l'humanité toute entière sont disponibles ici : Le Bordel du Vendredi. Et là, c'est vraiment fini.

commentaires

Haut de page