Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C'est vendredi, c'est le Bordel #337

par PA Gillet 8 Juin 2017, 23:17 Le Bordel du Vendredi

 

... Mais oui, à nouveau, une fois de plus, inéluctablement, nous sommes encore vendredi. Dame, ça tombe mal mais allons-y. Encore un vendredi, me direz-vous. Oui, encore un vendredi, vous répondrai-je et puis comme ça on peut avancer. Car un vendredi pris comme ça, sans rien, c'est un peu fade mais un petit quart d'heure dans ce vendredi pris au grand capitalisme en sabotant sciemment la production française et les bénéfices insolents que votre patron fait sur la sueur de votre sueur en lisant ce bordel du vendredi, c'est un acte révolutionnaire. N'ayons pas peur des mots. AAAAH ! Sens Commun. C'est vrai, y'a des mots qui filent les chocottes. Mais entamons ce bordel avec un prince de. Un prince de quoi ? Un prince de rien, juste un prince de. C'est bon, vous avez lu ? C'est donc désormais un prince de lu.

C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337

Sans hésitation ni transition, même pas un petit fondu au noir, non, rien, métal, épure, poursuivons sur le superbe travail de Kai, comme San Ku Kai mais sans San Ku, Caemmerer, photographe américain qui a documenté l'expansion chinoise dans ces zones encore vides de tout habitant. À voir en long, en large et en travers ici sur l'excellent site Vernaculaire : vernaculaire.com/villes-fantomes-chinoises-kai-m-caemmerer

C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337

Et puis hé, ho, tant qu'à être dans la photo, autant se faire plaisir avec du Stephen Shore de qualité en Kodachrome s'il vous plaît.

C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337

Certes, les fleurs c'est périssable mais c'est joli aussi alors en voilà quelques unes pour vous (oui, toi, toi, toi et toi, non pas toi, bon, toi aussi), ainsi qu'un magnifique chignon par Irving Penn que mon ami Gregory Kaoua aurait aimé monter (le chignon, pas Irving) et une statue de femme sumérienne de 2700 avant Jésus Christ soit rappelons-le encore une fois si tant est qu'il faille le faire et oui, il faut le faire, soit en 4639 avant John Cleese. Vertigineux.

C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337

Repartons d'un pied léger avec ces astucieuses chaussures-pigeon pour voler de vos propres ailes sur le macadam de votre vie, c'est bon, on dirait du Barbelivien sans les droits d'auteur. Et puis si vous n'aimez pas marcher, z'avez plus qu'à pédaler.

C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337

Poursuivons par ce jeune amateur de cônes par Jacques Sonck en 1986, des léopardes en goguette à Paris par Edouard Boubat en 1952, un pauvre directeur artistique travaillant une esquisse de jambe pour une annonce du temps passé et Isaac Hayes à la cool, mec dans son bureau de Stax Records, en 1971, année cool, mec.

C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337

Enchainons sur ce panneau dans lequel nous ne tomberons pas car il est bien trop haut, un Paul Simonon sinon rien et Vanity 6 qui n'étaient que trois mais qui valaient bien pour neuf et puis if the six turn out to be nine, i don't mind, i don't mind.

C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337

Et puis si ça ne vous plaît pas, voyez ça avec Lorraine. Faizez gaffe, c'est pas la moitié d'une quiche, Lorraine.

C'est vendredi, c'est le Bordel #337

Mais tout de suite passons à Marie-Hélène Arnaud à l'Eden Roc au Cap d’Antibes par Georges Dambier pour le magazine Elle et même que c'était le 10 juin1952 à 16h43 précisément et ce, pour vous rappeler que je fais un peu ce que je veux ici vu que c'est mon blog et d'ailleurs, je rajoute une motarde choucarde, un Sean Connery bien moussant et une situation périlleuse et gars, bon courage. 

C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337

Mais si vous voulez bien vous donner la peine de poursuivre par ici, ce serait sympa parce que si vous allez par là, on n'en a pas fini. Allez, hop, hop, au pas de course.

C'est vendredi, c'est le Bordel #337

Il est temps de passer à quelques donzelles de qualité car un bordel sans donzelles serait rapidement voué à l'échec et fermerait ineluctablement ses portes et ce serait dommage, vous en conviendrez. Déjà que la Marthe là, elle a foutu le bordel, n'ajoutons pas une couche supplémentaire.

C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337

Et puis, si ça ne vous plaît toujours pas, hé ho vous êtes maso d'être encore ici mais voyez ça avec Dieu ci-bas. Pour une fois qu'il sert à quelque chose, celui là.

C'est vendredi, c'est le Bordel #337

Allez, sautons ensemble dans l'inconnu, cœur avec le grillage pour tout le monde et poursuivons gaiement dans ce capharnaüm ambiant.

C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337

Vite, passon à de l'art car l'art, ça ne fait jamais de mal et parfois même ça peut faire du bien, avec Emil Alzamora qui a la main verte et alerte, Kim Tschang-Yeul, artiste coréen avec "Event of the night" de 1972, un peu de prononciation par Tauba Auerbach, quelques comètes de Wassili Kandinski et une chatte agile de Yoko Tanji.

C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337

Et il est l'heure de passer aux célèbres Messages à Caractères Informatifs de la semaine qui ponctuent généralement ce bordel de quelques points essentiels et néanmoins solennels (trompettes, flonflons).

C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337
C'est vendredi, c'est le Bordel #337

Et c'est tout pour aujourd'hui mais n'oubliez pas que vous pouvez suivre ce blog sur Facebook ici facebook/apreslapub, sur Twitter eud'là twitter/ApresLaPub, et que vous pouvez aussi vous abonner pour ne rien, rien, rien louper. Et si vous avez des amis, chose qui peut arriver dans la vie, n'hésitez pas à partager avec eux ce bordel n°337 avec les jolis boutons Facebook, Twitter ou autre ci-dessous. Un bordel partagé, un bordel offert la semaine prochaine. Fair deal. Bon vendredi, bon week-end et  la semaine prochaine.

C'est vendredi, c'est le Bordel #337

Pour retrouver tous les Bordels du Vendredi, c'est tout en haut dans l'onglet "Catégories" ou bien eud' par ici : apreslapub/le bordel du vendredi

commentaires

SORITA 09/06/2017 10:25

qu'il est bon de relire le mot "choucarde", une espèce de madeleine sémiotique aux parfums d'enfance.

PA Gillet 10/06/2017 13:26

La semaine prochaine, je tenterai de placer "liquette".

Jules 09/06/2017 10:12

Inspiré

PA Gillet 10/06/2017 13:27

Expiré.

Haut de page