Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

C'est Vendredi, c'est le Bordel #382

 

... Oui, il est de retour, oui, il a pris son temps, oui, il a bien profité. Le Bordel revient, il a épousseté dans tous les coins, ouvert grand les portes pour aérer un peu, lessivé les banquettes et il est prêt comme un sou neuf pour recevoir vos auguste séants encore hâlés des fruits d'un été qui fuit pourtant déjà, rhâââ. Et comme le bordel alentour ne semble pas en mesure de s'arrêter un jour, il n'y a pas de raison pour que celui-ci cesse, du moins pas avant épuisement complet de l'auteur ou pétage de durites de toute l'équipe technique dans la cave. Mais ne tergiversons pas outre-mesure, vous l'attendez depuis longtemps, (roulements de tambour), voici donc le Bordel n°382 avec pour démarrer, le travail délicat et néanmoins photographique de Clarissa Bonet qui n'a rien à voir avec Lisa, sauf leur noms et pour en voir plus, c'est par ici : Stray Line par Clarissa Bonet (parce que parfois la Bonet que vous avez demandé n'est plus attribuée mais pas là).

C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382

Prenons un peu de recul, bon, un peu plus, encore un peu, allez roucoule, roucoule, roucoule, là c'est bon et admirons ces images surprenantes, magiques et incroyables de la sonde Juno autour de Jupiter.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382

Revenons sur le plancher des vaches pour admirer la maestria d'André Franquin en deux dessins et de Mœbius en un, ce qui tendrait à penser que Mœbius est supérieur à Franquin alors qu'il n'en n'est rien. On ne compare pas le génie, on l'applaudit. 

C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382

Génie (et sans bouillir) s'il en est, la ligne de Jacques Saoutchik en 1938, carrossier, ébéniste, et designer de cette ahurissante Hispano-Suiza H6C Xenia Streamliner commandée par le roi du pastis André "Du Beau, du Bon" Dubonnet.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382

Lignes encore, celles épurées, courbes et rassurantes de la chapelle San Bernardo (réalisée par Nicolás Campodónico) perdue en pleine pampa argentine aux alentours de La Playosa, Cordoba, si toutefois, vous passez dans le coin au détour d'un raccourci que jamais vous ne trouvâtes. Attention, vous avez un homme avec le petit doigt tout raide derrière vous.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382

Essoufflé(e) ? Ah ben oui, on n'a plus l'habitude du Bordel, on se relâche et c'est le drame. Posez-vous sur ce magnifique rôti deux minutes, ça ira mieux.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #382

Pour les vegans, il y a l'option salon des années 40 disponible. N'ayez crainte, on a bien lavé dans tous les coins (enfin, surtout l'équipe technique).

C'est Vendredi, c'est le Bordel #382

Et puis de toute façon, si ça ne vous plaît pas, voyez ça avec le cerbère plus bas.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #382

Qu'avons-nous encore de ridiculeusement inutile mais totalement indispensable ? Mais un concours de mangeurs de saucisses le 19 novembre 1952 à Munich par exemple mais aussi une bonne tête de vainqueur sous une bonne tête de vaincu et le Mont-Rushmore avant d'être présidentialisé parce qu'on est un peu comme ça au Bordel. De rien. Ça nous fait plaisir.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382

Comme ce Michael Caine multiple de qualité, He Crow, chef Oglala Sioux, photographié par Edward Curtis vers 1907 et Jean Renoir, Ingrid Bergman et Jean Gabin par Daniel Fallot, 1955 parce que c'est aussi ça, le Bordel. Libidineux oui. Mais avec la classe.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382

Ajoutons cette chère madame Watson qui trimballe Leila, son cygne apprivoisé pour faire son shopping (mais Leila le mérite, elle sait ouvrir les portes toute seule et garde bien la maison), William Burroughs en villégiature à Paris et on commence à être bien, bordelistiquement parlant.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382

Bon, encore ? D'accord. Comme vous n'êtes pas rassasié(e)s, ajoutons donc un Ace Frehley en slip panthère, mais oui, mais alors, un Johnny Weissmuller de compet', les appartements privés de Gustave Eiffel au quatrième étage de la tour Lui-Même, María Acha-Kutscher qui fait perdre la tête à la statue de la Liberté, veux-tu bien la rendre, malheureuse et Siegfried Sassoon, poète célèbre, par Cecil Beaton en 1927 et je ne résiste pas au plaisir de partager avec vous ces quelques lignes tirées de "How to die", écrit dans les tranchées de la Grande Guerre, histoire de bien casser l'ambiance. C'est aussi ça, le Bordel.

Dark clouds are smouldering into red
While down the craters morning burns.
The dying soldier shifts his head
To watch the glory that returns;
He lifts his fingers toward the skies
Where holy brightness breaks in flame;
Radiance reflected in his eyes,
And on his lips a whispered name.

You’d think, to hear some people talk,
That lads go West with sobs and curses,
And sullen faces white as chalk,
Hankering for wreaths and tombs and hearses.
But they’ve been taught the way to do it
Like Christian soldiers; not with haste
And shuddering groans; but passing through it
With due regard for decent taste.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382

Mais vite, passons à la suite, ah merde, une nationale, bon, passons à la suite à 80 km/h.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #382

Un verre avec vue (si quelqu'un sait sur où, toute l'équipe technique est preneuse pour un cocktail), un tour de force super héroïque, un André le Géant et son petit-déjeuner et allons donc voir ce qu'il se passe dans l'ombre de la porte de Tannhaüser.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382

Alors Rick ? Des rayons C qui brillent ? Des navires d'attaque en feu surgissant de l'épaule d'Orion ou tous ces moments se perdront (encore) dans le temps, comme les larmes dans la pluie ? Bon, il est temps d'y aller.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382

Et puis si ça ne vous plaît toujours pas, voyez ça avec Lenny.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #382

Et afin de vous rappeler qu'ici, c'est quand même un petit peu mon blog, je vous rajoute pour le plaisir (non, Herbert, tais-toi) Maureen O'Hara et John Wayne qui s'échangent un bon gros baveux dans "L'homme tranquille" de John Ford himself, siouplait.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382

Alors au niveau du point de vue de la donzelle de la rentrée, je me permets de soumettre à votre sagacité la splendide et talentueuse Misty Copeland de l'American Ballet Theatre, première afro-américaine à être danseuse principale de ce prestigieux ballet qui aurait mérité un peu de ménage plus tôt. Misty, les gens du blog, les gens du blog, Misty.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382

Encore un peu ? Suivons cette accorte demoiselle qui semble savoir où aller.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #382

Oh, un peu de Samantha Fox. Bon alors d'accord mais pas trop non plus. Juste pour le plaisir du souvenir qui s'efface peu à peu. Mais hop, la revoilà. Touch me. Non, Samantha, n'insiste pas. Touch Me. Laisse-moi réfléchir. Touch Me. Bon, juste une petite caresse alors.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382

Bon, ben (non les gars à la technique, j'ai pas dit "Bon bain", suivez un peu), que nous reste-t-il à explorer dans ce Bordel 382 ?

C'est Vendredi, c'est le Bordel #382

Non mais... oh, mais non ! C'est quoi cette... enfin ce... ce bordel dans mon bordel ! Il va encore falloir que je change d'équipe technique. Déjà que j'avais dû remplacer celle décédée dans la cave lors de la canicule de cet été, ça va encore faire des frais tout ça. Merci de ne pas oublier la cagnotte du Bordel : La Cagnotte du Bordel

C'est Vendredi, c'est le Bordel #382

Vite, passons à de l'art avant que tout ceci ne dégénère totalement, avec Alexandre Calder, "Derrière le Miroir No. 173 (Abstract II)" de 1968, František Kupka, "Blanc Autonome" de 1952, Laszló Moholy-Nagy, "Composition A 19" de 1927 et Mauro Oliveira, "Rainbow Fan III" de 2016.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382

Passons aux Messages à Caractères Informatifs qui vous avaient peut-être manqué mais sachez que de leur côté, ce n'est pas réciproque. Quelle bande de punks.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382
C'est Vendredi, c'est le Bordel #382

Et c'est tout pour aujourd'hui mais avant de quitter ce bordel, veillez à le laisser dans l'état où vous l'avez trouvé. Vous pouvez aussi le partager avec qui vous voulez de l'Afghanistan jusqu'au Zimbabwé, vous abonner à ce blog ou suivre sa page Facebook ici Après La Pub ou encore laisser une petite piécette en contribution à la cagnotte du Bordel ici Soutien au Bordel du Vendredi si et seulement si ce bordel vous a plu. Sur ce, bon vendredi, bon week-end, bonne rentrée et à la semaine prochaine.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #382

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Sophie Bailly 06/10/2018 10:27

Rien que pour les sublimes images de Misty Copeland, merci :)

Jean 14/09/2018 18:46

Quel retour !
Un régal.

kim 14/09/2018 14:19

Un verre avec vue (si quelqu'un sait sur où, toute l'équipe technique est preneuse pour un cocktail),
- c'est le Miramonti Boutique Hotel – Merano, Italie. Si tu paies, j'irai!

PA Gillet 14/09/2018 18:37

Dès que la cagnotte du Bordel a atteint son objectif, avec joie ! :)
Merci pour le tuyau.

leuyak 14/09/2018 11:50

bien ! comme d'hab ! merci :-)

Jules 14/09/2018 10:23

Je n'aurais pas tenu plus longtemps

Arnaud CHAMBERT-PROTAT 14/09/2018 08:45

Formidable ! Merci.
Arnaud

PA Gillet 14/09/2018 09:28

Avec plaisir...