Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

C'est Vendredi, c'est le Bordel #401

... Avant, il y avait les vacances, la morsure du soleil, la piqure du rosé frais qui tape sous les tonnelles, la légèreté des tissus, les heures sans heures, les jours sans jours mais il a bien fallu s'y résoudre, ces satanés vendredis sont de retour. Alors bon, tant qu'à y avoir des vendredis, autant essayer de les éparpiller façon puzzle sauf qu'ici, on n'est pas chez Hasbro alors on va la jouer plutôt classique, donc bordélique. Car nous sentons, toute l'équipe technique au fond de la cave, enfin, ceux qui ont résisté à la canicule, et moi-même qu'il y a une sorte d'impatience dans le public chéri mon amour sevré de Bordels depuis un certain temps, voire même un temps certain. Alors que le Bordel n°401 soit (et le Bordel fut) et commençons tout de go par un univers de milliers de morceaux de papier (140 000 précisément) mis en place par l'architecte française Emmanuelle Moureaux pour le Festival de Tanabata. No smoking please et pour en voir plus, c'est sur Colossal eud' par ici : Emmanuelle Moureaux au Tanabata Festival

C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401

Poursuivons chromatiquement dans la même veine par la série "Courts" de Ward Roberts que je soumets à votre légendaire sagacité et œil avisé (le gauche ou le droit, c'est comme vous voulez). Pour en voir plus sur Ward Roberts c'est par ici

C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401

Et en furetant autour de son nom, je suis tombé sur cette autre série plus ancienne prise probablement à Maubeuge ou à Alençon ou à Hong-Kong mais Maubeuge, c'est quand même nettement plus plausible.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401

Avis aux nostalgiques, Sony lance pour les 40 ans de son premier Walkman, le NW-A 100 TPS, un lecteur MP3 qui lui ressemble à s'y méprendre sauf que vous n'aurez plus jamais besoin de sortir votre cassette dont la bande se sera toute emberlificotée dans les bobines. Mais en échange, vous aurez Spotify et Google Music et des milliers de MP3 avec un son dénué des plus hautes et basses fréquences mais bon, les basses et les aigus, c'est pas si important que ça dans la musique, finalement.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401

Argh, gottferdom, c'est désormais trop tard pour cet été mais prenez de l'avance pour le prochain afin d'arborer ce qui est déjà un classique (le zgueg du David de Michel-Ange siouplaît) et qui le deviendra sûrement à l'avenir une fois que toute la plage se pâmera devant vous en bavant de jalousie (si, si).

C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401

Bon, c'est pas tout mais il reste encore de la route dans ce Bordel. Alors au choix, deux options : la version Flower Power of Love of the Road et passe-moi un acide siouplait que l'on hit the road tout en douceur.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #401

Ou la version Bus Stop sans Marilyn, désolé, elle est toujours décédée donc pas disponible mais avec toutes les options, le confort et le mini-bar et le frigo plein, ce qui n'est pas à négliger dans ce choix difficile qui vous attend. Argh, cruel dilemme, mais que faire ? Enfin bon, tardez pas trop, ça bouchonne derrière vous pour voir le Bordel.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401

Allez hop, remise en forme pour tout le monde car je vois que certains et certaines ont profité (vous avez eu raison, j'ai moi-même abusé du Broyé du Poitou, du chèvre doux, demi-sec, sec et du pâté des Deux-Sèvres).

C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401

Passons si vous le voulez bien et si vous ne voulez pas, merci de ne pas en dégoûter les autres, vers l'atelier du Maître Joan Miro à Majorque car d'une, c'est magnifique, de deux et pourquoi pas, alors, non mais, olé señor Zorro vamos a la paya antes de ver Miro tambien et de trois, je fais toujours ce que je veux ici vu que c'est quand meme un tout petit peu mon blog.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401

Pour la suite de ce Bordel, c'est simple : c'est par là. Allez, encore un petit effort, là, voilà.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #401

Qu'avons-nous encore dans les archives du Bordel à vous proposer ? Mais des musiciens de rue de 1922 par August Sander, ce qui n'est pas rien, Jean Harlow dans son Auburn 12C en 1932 ce qui est pas mal aussi, un auto-portrait un peu cucul de Jean-Loup Sieff et Sean Connery à la plage du Hilsea Lido de Portsmouth en 1949 et vous conviendrez que ça ne se trouve pas sous le sabot d'une licorne TransCis LGBT et vous me direz, c'est tant mieux car on n'a pas que ça à faire non plus.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401

Ajoutons un Gene glouton, un pan de vie de Harlem en aout 1966 par Don Hogan Charles et une banane cosmonaute car après tout, pourquoi pas, sait-on jamais, ça peut servir.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401

Dans son "Self-Burial (Television Interference Project)" de 1969, Keith Arnatt voulait certainement nous dire quelque chose de passionnant mais de là à savoir quoi, hein, c'est une toute autre histoire que toute l'équipe technique et moi-même n'allons pas vous narrer céans car il reste un Bordel à terminer et nous sommes ici dans une maison sérieuse bien que de petite vertu. Parfois. Rarement. Sur un malentendu.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401

Une jolie vue helvète à la va-vite, une vallée du parc national de Zion en Utah et hop, c'est parti, on y va.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401

Ah, excusez-nous, l'équipe technique a un petit souci indépendant de leur volonté, ils n'ont aucune volonté, bande de chiens de syndicalistes, schlak, schlak, schlak, mais tout devrait revenir en ordre d'ici peu de temps et comme Denise Fabre n'est pas disponible (un rendez-vous chez Polydent), il va falloir que je meuble et demain les températures seront un peu au dessus des normales saisonnières dans le nord avec un anticyclone toujours présent sur les Açores et des températures encore quasi estivales dans le sud sauf à Saint-Simon où il y a un micro-climat particulier, surtout à Pâques.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #401

Ah, ça y'est, nous pouvons retrouver la suite de notre programme avec l'incroyable travail de reconstitution 3D du coréen Joongwan Jeong qui a donné vie à de grands classiques de l'art comme la Vénus de Milo, l'Adam de Michel-Ange, Van Gogh et de l'histoire avec ce portrait de Sénèque ("Ce n'est pas parce que les choses difficiles que nous n'osons pas, c'est parce que nous n'osons pas qu'elles sont difficiles") et de Julien de Médicis (à voir ici sur Bored Panda Joongwan Jeong).

C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401

Et ce serait dommage de ne pas rajouter ces splendeurs de natures mortes bien vivantes d'Albert Renger-Patzsch en 1928, de Karl Blossfeld en 1929 et de Robert Mapplethorpe en 1989.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401

Tout comme cette belle image du soldat Robert Maye et de Gloria, sa femme avant de partir pour la guerre de Corée en 1950, cette incroyable illustration de J. C. Leyendecker pour le Saturday Evening Post en 1932 et une "Ice Cold Barbie" de  Bobby Doherty dont vous ferez un peu ce que vous voulez mais attention, c'est gelé.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401

Passons la démultipliée et roulons vers de nouvelles aventures et non, mademoiselle, on ne déconcentre pas le con... le con..., le conducteur. Quel joli sourire néanmoins.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401

Ajoutons bien sûr quelques donzelles car sans elles, le Bordel ne saurait être tout à fait un vrai Bordel qui se respecte et si on ne se respecte pas alors là, c'est la fin des haricots et moi j'aime bien les haricots, surtout les blancs, que ce soit chauds avec le gigot ou froids avec sel, poivre et un peu d'huile de noix.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401

Vite, passons à de l'art avec Antoni Clave, "Nature Morte Sur Fond Rouge", 1959, "La falaise d'Amont", 1881 par Claude Monet (collection privée), un "Auto-portrait" de 1983 de Jean-Mimi Basquiat et un "Soft Beat" de 1988 par Julian Stanczak qui a peut-être quelque chose à voir avec Wadek (aaaah, "Hors la loi" de Robin Davis avec Isabelle Pasco) mais on se renseigne et on revient vers vous.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401

Ajoutons en touche finale ces mimosas de Moïse Kisling en 1944, "Espagne, la nuit" d'Arthur Melville visible au Kelvingrove Art Gallery and Museum si vous passez vers Glasgow, "Tigerlöwe" de 1926 par Oskar Kokoschka et "Piraillan" en 1929 par Willem Van Hasselt. Du Hasselt de mer, en somme bien que Piraillan soit plutôt en Nouvelle Aquitaine donc en somme, pas en Somme.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401

Mais dites donc, ne serait-il pas l'heure de se remettre à cette tradition quasi séculaire des Messages à Caractères Informatifs qui ponctuent généralement les Bordels du Vendredi, histoire de conclure à un moment car c'est bien de tergiverser mais à un moment faut quand même y aller ? Je ne vous le fais pas dire.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401
C'est Vendredi, c'est le Bordel #401

Et c'est tout pour aujourd'hui sauf si vous décidez de partager ce Bordel avec vos ami(e)s ou si vous décidez sans coup férir de vous abonner à ce blog (rescrollez tout en haut) ou de le suivre sur Facebook ici On est tellement sûr que vous aimez, on est tellement sûr que le Bordel vous a manqué que vous ne manquerez pas de rejoindre Après La Pub sur Facebook. Sur ce, y'a les fournitures à acheter et l'été à pleurer alors on ne va pas trop tarder donc bon vendredi, bon week-end et à la semaine prochaine.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #401

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Zardoz 17/09/2019 09:19

Joie de retrouver le bordel que l'on avait pu croire définitivement rangé.
Petit correctif toutefois, il me semble que l'autoportrait cul-cul soit celui de Jean-François Jonvelle et non Jeanloup Sieff... Paix à leurs âmes...
Keep on the good work!

Ewa 13/09/2019 20:35

Arfffff que c'est bon de le retrouver et qu'il est bon celui là..du soleil plein les yeux ....on crève déjà de chaud mais allez, hop on prend quand même parce qu'il ne dessèche pas, il rafraîchit et vivifie tous les pores de la peau....et , last but not the least, il excite l'esprit mais pas que ....Que Vive le Bordel à jamais (au moins tant que je ne serai pas passée de l'autre côté)

PA Gillet 14/09/2019 15:01

Alors tenez bon... longtemps...