Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

C'est Vendredi, c'est le Bordel #447

... C'est-à-dire que bonjour, oh nous sommes déjà vendredi, c'est incroyable car encore hier on était lundi et c'est fou comme le temps passe vite quand on a plein de boulot pour une agence d'Outre-Manche sur un projet international worldwide en 360 toussa. En bref, désolé pour mon silence de ces derniers temps mais comment dire, le planning est un peu chargé en ce moment à tel point que vous avez été privé(e) de Bordel du vendredi la semaine dernière et que vous avez failli être privé(e) de Bordel du vendredi cette semaine aussi si je n'avais pas veillé tard, très tard pour arriver quand même à vous trouver une belle sélection d'images à vous mettre sous la dent. Celle que vous voulez. Vous avez trente-deux possibilités, sauf en cas de dent creuse bien sûr car ça resterait coincé dedans et c'est déjà assez le bordel comme ça. Bienvenue donc dans ce Bordel du Vendredi n°447 composé d'images vues pendant la semaine, remisées par devers moi dans un petit dossier et reversées ici dans un ordre pas tout à fait aléatoire mais pas loin non plus afin de constituer un Bordel digne de ce nom, nom de nom. Et autant démarrer avec une petite douceur : cette splendide bague à morceau de sucre par Meret Oppenheim elle-même en 1936-1937 dans un grand élan de création un soir où elle a été obligée de boire un sale Robusta amer et noir de chez noir alors paf, l'idée de génie.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447

Maintenant que vous avez le sucre, direction les hauteurs de Londres pour le cup of tea, avec ou sans nuage de lait grâce à ces incroyables photos aériennes de 1920 par Alfred G. Buckham. Et du coup, t'as le bonjour d'Alfred. Mais d'en haut. Pour en savoir plus sur Alfred, c'est eud' par ici : Alfred Buckham aerial photos

C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447

Non, ce n'est pas the London Eye, la célèbre grande roue londonienne mais une mode d'exercice fort heureusement passée, relatée par les actualités Pathé en 1936 et excusez-moi, je vais vomir mais je reviens de suite.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447

Dirigeons-nous désormais vers Cologne où nous attend le restaurant le Bastei, splendide réalisation de l'architecte Wilhelm Ripahn construite en 1924, détruite ou quasiment pendant la guerre et reconstruite dans les années 60 par Wilhem, encore lui, lui-même personnellement avec ses petits bras tout frêles et une toute petite truelle.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447

Et si c'est pas trop votre truc, l'architecture, je vous invite à admirer au choix ce magnifique vase "Geno" en céramique par Montières (une marque Française, môssieur, madâme), cette incroyable statuette du Xe au XVIe siècle (on sait pas trop) visible au Metropolitan Museum of Art Arts of Africa, Oceania, and the Americas (là, on sait), cadeau de H. L. Bache en 1969 (année érotique, oui, on sait aussi) ou de passer vous détendre cinq minutes à la Catton House de Arthur Erickson et Geoffrey Massey), construite en 1967 (année pré-pré-érotique) grâce à la photo de John Fulker. Merci John.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447

Tout de go, je vous mets une splendide boite ornée d'un serpent datant de 664 à 30 avant J.C (pas John Cleese, l'autre), une image de la Duluth library en 1980 par Hunnar Birkerts si jamais vous avez déjà envie de vous poser confortablement dans ce Bordel et le plus grand bol de céréales au mondes car sait-on jamais, peut-être lisez-vous votre Bordel au petit-déjeuner.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447

Je rajoute un Jim Morrison en pleine crise christique à souhait, Gunilla Lindblad vêtue d'un sarong et photographiée par JP Zachariasen pour Vogue 1970, une excellente année, et Tina Louise car Tina, comme Claudia, Raquel et quelques autres, est toujours la bienvenue au Bordel du Vendredi.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447

Passons en rase-motte dans le ciel d'Amsterdam grâce à John Fernhout et son image "Summertime Amsterdam" de 1934, dansons à Paris avec ce couple capté en pleine gigue par Robert Doisneau et si vous aimez James Joyce (comment ne pas aimer James Joyce ?), voici l'une des rares photographies de lui, prise par on ne sait pas qui exactement mais en 1918 précisément.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447

Si vous avez le blues, ça tombe bien car Howlin' Wolf est là pour vous (bon et pour une interview pour le Chicago Defender en 1970, d'accord mais c'est un détail qui restera entre nous). Du coup, je vous mets un peu de lui ci-dessous pour nourrir votre fin de lecture de Bordel par du bon son.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447

Ça vous dit un peu plus de musique ? Ok alors c'est au fond du couloir.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #447

Comme vous m'êtes sympathiques (toutes et tous, à part quelques uns), je vous mets un peu de Keith Richards à la cool, une Cindy Lauper à 100 000 volts par Annie Leibovitz et un bon Jimi de derrière les fagots (Les Fagots, bar-tabac-PMU, 113 route de Bois-le-Roi, 46573 Saint-Basile-sur-Schlougnette).

C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447

La musique, ça va cinq minutes alors passons, pourquoi pas, à Michael York qui n'a pas l'âge de cristal mais bel et bien celui de ses artères et c'est somme toute assez logique.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447

Je vous rajoute un Bowie en pleine patouille chez Damien Hirst, un McCartney en plein délire au bord de la piscine sans petit pull marine et un Jack Kerouac sur la route, ah non, il a fait un arrêt pipi, ceci expliquant donc cela.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447

Que reste-t-il (de nos amours) dans ce Bordel ? Mais un splendide exemplaire du génie français avec cette sublime étude de textile de 1910 à 1929, réalisée à la mine de plomb, à la gouache et à la peinture d'or, cette explosion de tête car j'avais demandé à Pénélope Solète de nous faire une explosion de foufoune mais elle est indisposée et ce canon, ah non Canon qui a pris sacrément cher. 

C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447

Ah, il semble que l'on tente de me faire passer un message ? Mais de quoi peut-il bien s'agir ?

C'est Vendredi, c'est le Bordel #447

Oui, pourriez-vous être un peu plus consistante dans vos explications s'il vous plaît mademoiselle ?

C'est Vendredi, c'est le Bordel #447

Bon, demandons à Buster Keaton, il a peut-être une idée de ce qui se trame. Buster, un mot ? Ah non, je suis bête, il ne parle jamais.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #447

Bon, selon toute vraisemblance, il est temps de passer à quelques donzelles de qualité dans ce Bordel, souhaitons-le aussi, de qualité avec un très joli drapé, une Anita un peu enfumée, une Claude Carrefour dans Mayfair de mars 1972 parce que Léna Leclerc et Germaine Lidl avaient un empêchement et une charmante inconnue nue mais nimbée d'une belle lumière à la Steven Klein du milieu des années 90 mais en un peu moins bien mais on s'en contentera pour le moment.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447

Vite, passons à de l'art avec Alessandro Mastro-Valerio In the Space de 1944, une Chaise à sa place de Roderic Barrett, une Plage au clair de lune non datée de Leon Spilliaert et un Arbre de bord de mer de 1958 par Milton Avery.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447

Rajoutons un peu de Seri Tanaka, Quiet Wednesday de 2017, Steps with Shadow F (Paper Pool 2) de 1978 par David Hockney, un petit Keith Haring des familles de la famille des Haring donc et de 1988 et Octobre. Domotkanovo en 1895 par Valentin Serov, histoire de finir en beauté, en toile et en huiles savamment disposées sur celle-ci.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447

Et il est temps de passer aux célèbres Messages à Caractères Informatifs de la semaine qui n'attendent que vous et vous êtes là donc l'un dans l'autre, ça se goupille plutôt bien tout ça.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
C'est Vendredi, c'est le Bordel #447

Et c'est tout pour aujourd'hui mais n'oubliez pas que pour vous concocter ce Bordel, son auteur et toute l'équipe technique au fond de la cave ont puisé profond dans leurs réserves de sommeil afin de vous contenter et qu'ils ne gagnent rien, c'est juste pour le plaisir (tais-toi Herbert) alors que ce serait sympa de partager ce Bordel eud' partout avec tous vos amis car c'est une récompense toujours appréciée que de voir le Bordel du Vendredi voyager de par le monde vers des inconnu(e)s. Sur ce, c'est pas tout mais le couvre-feu est levé, on peut aller s'enjailler tranquillement alors bon vendredi, bon week-end et à la semaine prochaine si les Grands-Bretons me lâchent un peu la bride et la grappe par la même occasion.

C'est Vendredi, c'est le Bordel #447
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

claude schmitt 25/06/2021 13:44

Toujours un régal de regarder ce Bordel. Mais, il va falloir battre et réprimander l'équipe technique tamoule, Ce n'est pas Bill Wyman mais Keith Richards que l'on voit sur les deux photos. Allez à +

PA Gillet 25/06/2021 15:50

J'ai immédiatement flagellé toute l'équipe technique au fil barbelé avec finition fil de papier de verre et fait moi-même les modifications ad hoc.