Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

C'est vendredi, c'est le Bordel #474

... Mais oui, dites donc. Vous faites bien de me le dire mais nous sommes à nouveau vendredi. À peine le temps de se retourner que un, deux, trois, soleil, il est de retour. Alors, que voulez-vous que je vous dise, moi, à part bienvenue au Bordel du Vendredi n°474 de l'histoire de cette ère qui, rappelons-le, a démarré le 27 octobre 1939 à la naissance de John Cleese dans la charmante bourgade de Weston-Super-Mare, sise dans le comté de Somerset. Vendredi, nous sommes, Bordel en voilà avec pour démarrer une petite retraite à vous proposer. Non, rien avant 65 ou 67 ans, on vous dit bordel, écoutez un peu mais juste un lieu pour quitter le monde, sortir du temps et avoir la possibilité de bien vous faire chier de prendre un peu de recul sur la vie au monastère de Sumela en Turquie. Ça vous dit ? Y'a pas de wifi.

C'est vendredi, c'est le Bordel #474
C'est vendredi, c'est le Bordel #474
C'est vendredi, c'est le Bordel #474
C'est vendredi, c'est le Bordel #474
C'est vendredi, c'est le Bordel #474
C'est vendredi, c'est le Bordel #474
C'est vendredi, c'est le Bordel #474
C'est vendredi, c'est le Bordel #474

Après, vous pouvez avoir des envies plus terre-à-terre, plus prosaïques ou bassement matérielles et consuméristes. C'est votre droit, c'est votre choix et je vous propose dans ce cas d'aller faire vos emplettes au shopping mall de Chongquing en Chine.

C'est vendredi, c'est le Bordel #474
C'est vendredi, c'est le Bordel #474
C'est vendredi, c'est le Bordel #474
C'est vendredi, c'est le Bordel #474
C'est vendredi, c'est le Bordel #474

Et si vous pouvez me ramener un Panasonic SG-338 Partygraph ou, éventuellement un SG-200A Funnygraph, ça m'arrangerait pas mal car j'ai perdu mon mange-disque orange, je sais pas ce que j'en ai foutu et pour écouter Nikka Costa, c'est pas pratique. Je suis On my Own.

C'est vendredi, c'est le Bordel #474
C'est vendredi, c'est le Bordel #474

Et une fois toutes ces emplettes faites, vous pourrez aller vous reposer dans cette incroyable maison au design qui en bouche un coin (celui que vous souhaitez) sise plutôt au nord puisqu'elle se situe en Islande et même que c'est le cabinet LYX_arkitekter qui s'y est collé pour l'imaginer et la réaliser. Tudjiou, tout de même.

C'est vendredi, c'est le Bordel #474
C'est vendredi, c'est le Bordel #474
C'est vendredi, c'est le Bordel #474
C'est vendredi, c'est le Bordel #474
C'est vendredi, c'est le Bordel #474
C'est vendredi, c'est le Bordel #474
C'est vendredi, c'est le Bordel #474
C'est vendredi, c'est le Bordel #474

Sur ce, je vous rajoute un peu de légèreté avec ces magnifiques nuages qui nous viennent de Dunhuang et je n'en sais pas plus par manque de référence et par flemme de toute l'équipe technique au fond de la cave, bon, okay, d'accord. Un peu. Bande de fainéants.

C'est vendredi, c'est le Bordel #474
C'est vendredi, c'est le Bordel #474
C'est vendredi, c'est le Bordel #474
C'est vendredi, c'est le Bordel #474
C'est vendredi, c'est le Bordel #474
C'est vendredi, c'est le Bordel #474
C'est vendredi, c'est le Bordel #474
C'est vendredi, c'est le Bordel #474

À ce niveau du Bordel, si vous souhaitez voir la suite, il va falloir vous coltiner les quelques marches de ce splendide escalier en spirale de la State Capitol Law Library d'Iowa. S'il craque un peu aux entournures, c'est normal. Il est de 1886. Faizez gaffe.

C'est vendredi, c'est le Bordel #474

Qu'avons-nous ici pour le plaisir des yeux et de l'occiput de vous, public chéri, tout ça ? Mais deux images sublimes d'Arthur Tress, la première au Chase Manhattan Bank Plaza à Manhattan et une autre au Queensbridge Park dans le Queens vers 1969-70 et l'arrivée à JFK cinq ans avant soit en 1964-65, vous aviez trouvé, vous êtes trop forts, c'est magnifique, quel talent mais poursuivons.

C'est vendredi, c'est le Bordel #474
C'est vendredi, c'est le Bordel #474
C'est vendredi, c'est le Bordel #474

L'équipe technique me propose dans l'oreillette de rajouter un peu de Brian Eno de 74 et franchement, hein, au point où on en est, pourquoi pas puis également une Gillian Anderson de qualité et c'est un grand oui parce que si la vérité est ailleurs, Gillian est bien là et c'est l'essentiel. Welcome Gillian, Gillian, les amis du blog, les amis du blog, Gillian. 

C'est vendredi, c'est le Bordel #474
C'est vendredi, c'est le Bordel #474
C'est vendredi, c'est le Bordel #474
C'est vendredi, c'est le Bordel #474

Nous avons aussi un Joe Louis mais par Irving Penn cause qu'on se fout pas de votre gueule au Bordel du Vendredi, une Louise Brooks par Eugene Robert Richee en 1928 pour la même raison et si vous vouliez appeler quelqu'un pour qu'il vous sorte du Bordel dans lequel vous êtes arrivé sans trop comprendre comment, c'est raté, c'est occupé. Vous n'avez plus qu'à scroller jusqu'à la fin, désolé.

C'est vendredi, c'est le Bordel #474
C'est vendredi, c'est le Bordel #474
C'est vendredi, c'est le Bordel #474

Continuons avec ces charmantes Poutinettes d'une autre époque, un vrai pirate avec tous les attributs cause que je fais un peu ce que je veux ici vu que c'est mon blog et deux jolis portraits de Janis Joplin pour sensiblement la même raison.

C'est vendredi, c'est le Bordel #474
C'est vendredi, c'est le Bordel #474
C'est vendredi, c'est le Bordel #474
C'est vendredi, c'est le Bordel #474

Nous avons encore pour votre bon plaisir Bridget Hall par Bruce Weber, Eva Herzigova par Ellen von Unwerth, Helena Christensen et Yasmeen peu Ghauri, excusez du peu, par Albert Watson et Candice Bergen par je sais pas trop qui et j'ai eu la flemme de chercher, je dois l'avouer.  

C'est vendredi, c'est le Bordel #474
C'est vendredi, c'est le Bordel #474
C'est vendredi, c'est le Bordel #474
C'est vendredi, c'est le Bordel #474
C'est vendredi, c'est le Bordel #474

Et puis si ça ne vous va pas, voyez ça avec mon ami  Hnn-NGr-SchMnk de la Twilight Zone (dans l'épisode Second Chance de 1959 si vous voulez farfouiller).

C'est vendredi, c'est le Bordel #474
C'est vendredi, c'est le Bordel #474

Ah ben tiens, il nous reste Debbie mais Debbie semble soucieuse, qu'a-t-elle donc oublié ? Son haut bien sûr, ahahaha, quelle tête de linotte, cette Debbie, c'est rectifié désormais, merci Debbie, tiens un café pour te réveiller.

C'est vendredi, c'est le Bordel #474
C'est vendredi, c'est le Bordel #474
C'est vendredi, c'est le Bordel #474

Et pour vous rappeler qu'à ce niveau du Bordel précis, c'est aussi un peu mon blog, je vous rajoute une affiche avec du Sam Cooke, du Aretha Franklin avec Bill Murray en Maître de cérémonie mais pas celui auquel vous pensez, un très joli étui à cigarettes Art Deco par Jean Goulden daté du 9 juin 1928 et une vue de Baranquilla et de la rivière Magdalena qui s'écoule dans la mer des Caraïbes cause que j'avais envie, voilà.

C'est vendredi, c'est le Bordel #474
C'est vendredi, c'est le Bordel #474
C'est vendredi, c'est le Bordel #474

Rajoutons cette image magnifique de Flor Garduño, Totem, prise à Mexico en 1987, un peu de pain frais livré par un adorateur d'Eisenhower et il n'y a qu'au Bordel du Vendredi que vous pouvez trouver ça, si, si et une image de 1950 de Marshall Hirsh, à Montmartre et plus précisément Rue Lepic et je me souviens, on mangeait du riz au lait et ils ont chargé les flics et c'est dommage tout de même car c'est bon le riz au lait.

C'est vendredi, c'est le Bordel #474
C'est vendredi, c'est le Bordel #474
C'est vendredi, c'est le Bordel #474

Pour mes lectrices chéries, adorées et mes lecteurs chéris, adorés et amateurs de lecteurs, je pose là Benicio del Toro, Werner Schreyer et Albert Delegue (remember Albert ?) et vous en ferez ce que vous voulez. Dans la limite du raisonnable et d'un consentement mutuel, évidemment.

C'est vendredi, c'est le Bordel #474
C'est vendredi, c'est le Bordel #474
C'est vendredi, c'est le Bordel #474

Ah, il semble que Ludmilla ait un message à me faire passer. Il est temps de ? Les donzelles ? Da, Ludmilla, da, ça arrive.

C'est vendredi, c'est le Bordel #474
C'est vendredi, c'est le Bordel #474

Une seule donzelle cette semaine mais le regard et le minois tout à fait absolument waouh de Lauren Mellor vaut le coup d'œil et comme vous êtes là, l'un dans l'autre comme disait la jeune mariée, ça tombe pas mal tout ça.

C'est vendredi, c'est le Bordel #474
C'est vendredi, c'est le Bordel #474
C'est vendredi, c'est le Bordel #474
C'est vendredi, c'est le Bordel #474
C'est vendredi, c'est le Bordel #474
C'est vendredi, c'est le Bordel #474
C'est vendredi, c'est le Bordel #474
C'est vendredi, c'est le Bordel #474
C'est vendredi, c'est le Bordel #474
C'est vendredi, c'est le Bordel #474
C'est vendredi, c'est le Bordel #474

Vite, passons à de l'art car on n'en a jamais assez avec Me and My Parrots de 1941 par Frida Kahlo, Ada Belle Champlin (1875-1950) avec California Costal View de 2013 et un magnifique Gerhard Richter, Flow (933-1) de la même année.

C'est vendredi, c'est le Bordel #474
C'est vendredi, c'est le Bordel #474
C'est vendredi, c'est le Bordel #474

Et avec Pia Fries, Maserzug 1 de 2008, The Eem par Anthonie Pieter Schotel et Flowers B de 2005 par Yayoi Kusama, on commence à être pas mal dans la diversité bordelistique de ce Bordel.

C'est vendredi, c'est le Bordel #474
C'est vendredi, c'est le Bordel #474
C'est vendredi, c'est le Bordel #474

Ne manque plus que quelques Messages à Caractères Informatifs et il semblerait que la boucle soit bouclée comme disait Lance Armstrong en continuant à pédaler toute la nuit dans sa chambre d'hôtel pour éviter que son sang radioactif ne coagule.

C'est vendredi, c'est le Bordel #474
C'est vendredi, c'est le Bordel #474
C'est vendredi, c'est le Bordel #474
C'est vendredi, c'est le Bordel #474
C'est vendredi, c'est le Bordel #474
C'est vendredi, c'est le Bordel #474
C'est vendredi, c'est le Bordel #474
C'est vendredi, c'est le Bordel #474
C'est vendredi, c'est le Bordel #474
C'est vendredi, c'est le Bordel #474
C'est vendredi, c'est le Bordel #474
C'est vendredi, c'est le Bordel #474
C'est vendredi, c'est le Bordel #474
C'est vendredi, c'est le Bordel #474
C'est vendredi, c'est le Bordel #474
C'est vendredi, c'est le Bordel #474
C'est vendredi, c'est le Bordel #474
C'est vendredi, c'est le Bordel #474
C'est vendredi, c'est le Bordel #474
C'est vendredi, c'est le Bordel #474
C'est vendredi, c'est le Bordel #474
C'est vendredi, c'est le Bordel #474
C'est vendredi, c'est le Bordel #474
C'est vendredi, c'est le Bordel #474
C'est vendredi, c'est le Bordel #474
C'est vendredi, c'est le Bordel #474
C'est vendredi, c'est le Bordel #474
C'est vendredi, c'est le Bordel #474
C'est vendredi, c'est le Bordel #474
C'est vendredi, c'est le Bordel #474
C'est vendredi, c'est le Bordel #474
C'est vendredi, c'est le Bordel #474

Et c'est tout pour aujourd'hui sauf si vous voulez bien avoir la gentillesse de partager ce Bordel partout dans le monde avec des amis de préférence mais vous faites comme vous voulez, des connaissances, c'est possible aussi. Même des collègues si ça vous dit. Si vous voulez tout suivre de ce blog, deux options s'ouvrent à vous : vous abonner en mettant votre mail dans la case Newsletter en rescrollant tout en haut de ce Bordel ou suivre toutes les publications d'Après La Pub comme le font plus de 2500 fans en délire ici Après La Pub on Facebook. Sur ce, vous avez vu ce ciel bleu ? Ça sent sacrément la merguez et la sieste dans le hamac alors bon vendredi, très bon week-end et à la semaine prochaine. 

C'est vendredi, c'est le Bordel #474
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
K
Comme une bonne salade de fruits fraiche ! Merci pour le boulot !
Répondre
F
Top. Comme d'hab.
Répondre
P
Merci bien beaucoup, toujours agréable d'avoir un petit commentaire comme ça.
M
Il me convient, il me plaît ce "Bordel". Les ouvriers du sous-sol ont fait de bonnes et belles recherches. Merci.
Répondre
P
Je leur transmets (et merci pour votre commentaire très apprécié aussi par le taulier).